• Qui était la belle Rashna ? Quels secrets ont disparu avec elle quand le boeing Kangchenjunga s'est abîmé sur un glacier du Mont Blanc en janvier 1966 ? Un écrivain peut-il redonner vie et combler les zones d'ombre, les silences ? De l'Inde des années 50 aux rives du lac Léman, le portrait d'une femme de tête, singulière et passionnée.
    En janvier 1966, un avion d'Air India explose en plein vol sur le massif du mont Blanc, à l'endroit même où le Malabar Princess s'était écrasé en 1950. On retrouve le corps intact d'une jeune femme, une Indienne nue, vêtue de ses seuls bijoux : c'est Rashna, la belle Parsie. Presque cinquante ans plus tard, sa fille Anusha reconnaît le sari de sa mère dans une exposition. Quentin, un écrivain en mal d'inspiration ayant perçu son trouble, est aussitôt subjugué par la jeune femme. Une certitude germe en lui : ce sari lui donnera la trame de son prochain ouvrage. De rencontre en rencontre, Anusha tente de restituer les bribes de ses souvenirs, ses songes de petite fille hantés par le deuil, tandis que Quentin comble les vides, invente... Et le roman dans le roman apparaît. Quels étaient les secrets de Rashna, cette présence-absence obsédante ? Pourquoi a-t-on retrouvé tous ses bijoux, sauf un, un diamant inestimable ?

  • Cinq bandits de haut vol, deux femmes d'exception, un avocat mythique et... de la musique avant toute chose. D'un côté Jean Villemont, avocat pénaliste amoureux des sommets et sa consoeur Leila Naciri. De l'autre, Franck Jammet, braqueur virtuose et sa compagne Julie Narmon, aussi discrète qu'efficace. Entre eux, un homme et une affaire. Où se trouvait Franck Jammet la nuit du 18 au 19 février 2013 ? Pourquoi Jean Villemont ne se contente-t-il pas de la version officielle ? Qui a réalisé le casse du siècle ?

  • Lydia de Grandmaison participe à la réactivation du Diamant Émeraude dans les eaux sacrées de la mer, en compagnie de Dame-Soleil qui en est l'instigatrice. Des Amérindiens ainsi que des Mayas s'unissent à elles afin que cet événement ouvre une porte au transfert de l'énergie Émeraude ainsi qu'à l'ouverture des consciences de l'humanité afin d'entrer en contact avec les peuples de l'eau.

    Le porte-parole de la Cité intramarine, Jaya, sonde l'esprit de Lydia afin qu'elle et Wakiza s'allient à son peuple et, par le fait même, aident au nettoyage de la planète. Son peuple désire ardemment faire alliance avec les humains pour partager leurs connaissances et les aider dans le processus du nettoyage des eaux.

    En plus de Dame-Soleil, de Lydia et de Wakiza, une quatrième personne se joint à eux. Lydia rencontre Jeanne lors de ses vacances au bord de la mer et une amitié s'ensuit. Elles suivent le mouvement de la Vie et Jeanne évolue rapidement pour faire son entrée en tant qu'artisane du Nouveau Monde Planétaire.

    Chacun à leur façon, par leur force, par leur Amour et par leur lumière, ils accompagnent les peuples de l'eau de la Cité intramarine, les peuples des Cités intraterrestres, les Êtres des vaisseaux de lumière, les Gardiens de la Terre et l'âme même de la planète pour oeuvrer à leur propre évolution et à la libération des forces involutives sur la planète.

  • Au début du XXIIe siècle, les réserves naturelles de la Terre s'étaient raréfiées à tel point, que même l'extraction minière des astéroïdes s'avérait insuffisante. Alors que les chances de sauver la civilisation s'amenuisaient, une perspective de survie émergea de l'exploration de Vénus. D'antiques et gigantesques machines motrices abandonnées à sa surface. Lorsqu'on comprit leurs véritables fonctions, elles prirent le nom de MANDUCARE.
    Cette découverte aussi incroyable qu'improbable, relança l'industrie minière en l'obligeant à s'adapter à une technologie extraterrestre. Des équipes de mineurs furent recrutées pour être envoyées sur Vénus à l'entretien des manducares.
    Mais l'opportunité d'avoir accès aux richesses du sous-sol de Vénus attisa complots et convoitises.

    Au-delà des conditions infernales, l'exploitation de Vénus par les manducares promettait d'autres surprises bien plus terribles encore.

empty