Sciences humaines & sociales

  • Débutant ou expérimenté, tout enseignant peut se sentir interpelé, si ce
    n'est déstabilisé, par un ou des événements venus perturber le climat de sa classe. S'installent alors des moments de doute et d'interrogation sur son métier, ses choix pédagogiques voire éthiques, sa posture, ses gestes professionnels... Sans forcément en être arrivé là, vous pouvez vous questionner
    sur votre pratique afin de l'affiner ou de la repenser.
    Pas à pas, cet ouvrage vous invite à prendre du recul et à interroger vos
    valeurs, vos objectifs et les moyens que vous souhaitez mettre en oeuvre.
    Pour cela, vous ne trouverez aucun mode d'emploi, mais des pistes de
    réflexion, des idées concrètes, de l'inspiration. Pour aller au bout de votre action, vous serez également amené à créer vos outils sur-mesure (gestes professionnels, dispositifs et supports de médiation) pour construire un cadre serein dans votre classe.
    Ce livre est votre compagnon quotidien pour une autorité éducative et bienveillante au service de la réussite et du bien-être de vos élèves, comme du vôtre !

  • Spécialiste reconnu depuis plus de 40 ans, Jean-Charles Terrassier répond aux questions des parents et des enseignants :
    o Comment identifier les enfants à haut potentiel ? Avec quels tests ?
    o Faut-il leur faire sauter une classe ? Entrer au CP avant 6 ans constitue-t-il un bon choix ? Quelles en seront les conséquences ?
    o Comment agir face à la précocité de l'enfant ?
    o Que peuvent faire les adultes pour l'épanouissement de ces enfants ?
    L'auteur analyse les particularités du développement des enfants à haut potentiel grâce à des démarches et concepts devenus des références : dyssynchronie, effet Pygmalion négatif, QI compensé...
    Ce livre aide à identifier la précocité et à faire les bons choix éducatifs pour l'épanouissement de ces enfants à haut potentiel.

  • Dans un récit vivant et actuel, l'équipe d'un hôpital de jour témoigne du quotidien, de l'intime, de la rencontre et de l'échange d'une clinique engagée. En suivant la temporalité d'une journée ordinaire, s'y expose une pratique qui allie éducation, pédagogie et thérapeutique, non pas « contre » une pathologie, mais avec l'enfant en souffrance psychique et sa famille.

    Tous les acteurs - éducateurs, infirmière, institutrices, assistante sociale, secrétaire, pédiatre, psychologues, pédopsychiatres, directeurs, psychanalystes, psychomotriciens et cuisinière - racontent leur idée du soin qui s'inscrit dans une expérience collective et plurielle de quarante ans, fière de ses résultats thérapeutiques au long cours.

    Cet essai de transmission vise à rendre de l'espoir aux enfants, aux familles et aux professionnels à partir des valeurs humanistes orientées par la psychanalyse et la psychothérapie institutionnelle d'aujourd'hui, loin d'une psychiatrie dogmatique et culpabilisante qui, associée à une baisse constante des dotations budgétaires, remet en cause tout l'édifice institutionnel du soin psychique destiné aux enfants.

  • Cet ouvrage n'est pas là pour arbitrer la querelle des pro et des anti-autorité, ni pour discuter des multiples dispositifs pédagogiques censés l'asseoir. Il est là pour permettre aux enseignants que la question taraude mais qui sont souvent englués dans des débats houleux en salle des professeurs de prendre du recul. D'envisager cette question autrement. L'autorité, en crise ? Et si elle était tout simplement en mutation, comme l'est notre monde, où tout change tellement, et si vite ;
    Les élèves ne sont plus les mêmes. L'avenir qu'on leur propose non plus : la part d'inconnu est bien plus importante qu'avant. Comment y « préparer » les élèves ? Comment leur permettre de s'ouvrir à ce futur dont personne ne sait encore grand chose ?

    À l'enseignant de s'ouvrir, lui aussi, à cet inconnu. Son autorité ne pourra venir que de sa disponibilité à ce qui arrive en classe et de son inventivité dans sa pratique. Le projet n'est pas utopique : ça et là, des « labs » pédagogiques se mettent en place pour expérimenter, en classe, cette nouvelle relation au temps et à l'autre.

  • Comprendre l'émergence et le développement exponentiel des groupes d'analyse de pratiques aujourd'hui dans les évolutions du monde du travail, repérer la place qu'ils occupent, les rôles qu'ils jouent, les contextes organisationnels dans lesquels ces groupes se multiplient ou au contraire sont empêchés, tels sont les principaux enjeux de cet ouvrage collectif.

  • Accueillir, écouter, conseiller, mesurer, prendre soin, accompagner, soutenir, telles sont les missions qu'assume le psychologue à l'école. Il exerce dans une équipe composée d'enseignants spécialisés en pédagogie et en aide relationnelle, dite RASED (Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté), sur un secteur géographique délimité, auprès d'un ensemble d'écoles maternelles et élémentaires.

    Revendication portée de longue date par les organisations professionnelles, notamment l'Association française des psychologues de l'Éducation nationale (AFPEN) et certains syndicats, la création du corps des psychologues (PsyEN) atteste enfin en 2017 de la reconnaissance par le ministère de l'Éducation nationale d'une profession qui oeuvre à la bienveillance et à l'accueil de tous les élèves. Le concours est désormais ouvert à tous les psychologues.

    L'auteur présente la clinique quotidienne du psychologue exerçant en milieu scolaire. À partir d'exemples tirés de son expérience, elle met en évidence la grande diversité de ses missions, de ses fonctions et de ses interventions, à la croisée du social, de la santé, de l'éducatif et de la pédagogie. Elle  développe les spécificités de son travail auprès des enseignants, des enfants et des parents, en relation avec de nombreux acteurs des secteurs médical, social et médico-social.

  • Forte de son expérience de formatrice auprès des enseignants d'écoles maternelles et primaires, Jacqueline Bonnard s'efforce de répondre et d'aider des enseignants souvent interrogatifs sur les sciences et la technologie dans leur enseignement... surtout lorsqu'ils ne disposent pas des bases d'une culture technique qui rassure et aide à surmonter les peurs de l'inconnu. À travers ses propositions d'activités concrètes et actives pour apprendre à regarder et à interroger les objets, elle explique comment l'enseignant peut «

  • « Au revoir, les enfants. » Ces paroles, immortalisées par le ­ film de Louis Malle, sont les dernières que le père Jacques, directeur du Petit Collège d'Avon, adressa à ses élèves. Arrêté par la Gestapo le 15 janvier 1944 pour actes de résistance, il est déporté à Mauthausen. « Juste parmi les Nations », son procès de béati­fication est en cours. Lucien Bunel entre au petit séminaire de Rouen à l'âge de douze ans. Ordonné prêtre en 1925, il intègre l'ordre des Carmes à Lille six ans plus tard, où il devient le père Jacques de Jésus. Épris d'absolu et de vérité, pédagogue et éducateur hors pair, il fonde et dirige à partir de 1934 le Petit Collège d'Avon, près de Fontainebleau. Pendant l'Occupation, membre d'un réseau de résistance, il cache de nombreux proscrits, dont des enfants juifs, avant d'être déporté au camp de Mauthausen, et de mourir d'épuisement peu de temps après sa libération. « L'enfant est devenu prêtre, le prêtre s'est fait carme et le carme s'est transformé en résistant. » En le suivant dans son milieu familial, puis au séminaire et dans ses premiers apostolats, de l'ambiance feutrée du couvent à l'horreur des prisons et des camps, Alexis Neviaski, avec beaucoup de finesse et de compréhension, fait revivre cette grande figure religieuse et de la Résistance. Le père Jacques est celui que le poète Jean Cayrol, l'un de ses compagnons d'infortune à Mauthausen, célébra par ces vers : « Père Jacques, tu es le feu qui va nous éclairer le visage encore obscur de Dieu. » Une leçon d'humanité, de courage et d'espoir.

  • Vous voulez être photographe, pas gestionnaire d'entreprise. Vous n'aurez cependant pas le choix : vous le deviendrez par la force des choses.

    Gagner sa vie en tant que photographe, c'est être entrepreneur. Être entrepreneur, c'est gérer une entreprise.

  • L'apprentissage par projet, en plaçant le focus sur l'apprenant en action, vient instaurer avec plus de force une dynamique interactive dans l'enseignement. Cette formule stimule en outre la confiance de l'apprenant en ses habilités et la fierté devant ses réalisations. En cela, elle devient une ressource complémentaire de premier plan pour l'enseignant qui continue à assumer globalement sa responsabilité d'éducateur.

  • Que peut-on faire pour éviter qu'un stage déraille? Cet ouvrage présente 21 cas qui décrivent des difficultés rencontrées par des stagiaires, sans manquer d'interpeller au passage les conceptions et les pratiques de ses accompagnateurs.

  • Infatigable travailleuse, organisatrice et négociatrice chevronnée, pédagogue d'une grande modernité, Marie-Esther Robichaud a oeuvré à la professionnalisation de l'enseignement et a favorisé, par ses méthodes et son mentorat, le développement de nombreuses carrières dans le domaine. Dans cet ouvrage, Nicolas Landry retrace le parcours de Marie-Esther Robichaud et met au jour sa contribution inestimable à l'avancement de l'éducation en français en Acadie.

    L'examen minutieux de la correspondance que Marie-Esther Robichaud a entretenue avec plusieurs enseignant-e-s et administrateurs, de même que l'étude de ses rapports d'inspection des écoles révèlent ses vues sur le recrutement et la formation des maîtres, la langue d'enseignement, l'absentéisme des élèves, la discipline ou encore les conditions matérielles d'enseignement. Surtout, ces documents d'archives donnent à connaître une femme d'avant-garde dans un milieu et à une époque où le pouvoir décisionnel est encore détenu par les hommes.

    La biographie professionnelle de cette pionnière ouvre une fenêtre sur les défis vécus par les enseignant-e-s francophones du comté de Gloucester, dans la Péninsule acadienne, et plus largement sur les enjeux de l'éducation en Acadie entre 1929 et 1965.

  • Quel enseignant ne se souvient pas de son tout premier stage ? C´est sur cette expérience stimulante de développement professionnelle que les auteurs ont voulu partager les résultats de leurs travaux de recherche sur le terrain de la formation à l'enseignement, et ce, dans le but de transformer les pratiques.

  • Nul ne nie qu'il soit devenu difficile d'enseigner aujourd'hui. Tous les enseignants en font l'expérience quotidienne. C'est que nous avons de grandes ambitions pour notre École et que les élèves d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier. C'est que les règles de l'institution scolaire ne sont pas vraiment lisibles et que les équipes pédagogiques ne disposent pas toujours des moyens pour construire un encadrement éducatif cohérent. Ce livre part de ce constat et fournit aux professeurs des outils très concrets pour faire face aux problèmes qu'ils rencontrent quotidiennement. Sur des questions comme l'accueil des élèves et la construction de la cohérence de la classe, les réactions face aux comportements inacceptables, le conseil de classe ou l'accompagnement personnalisé, il fournit des fiches très précises qui pourront être utilisées, reprises et travaillées aussi bien au collège qu'au lycée. Il fait aussi des propositions pour améliorer les évaluations et rendre les relations avec les parents plus constructives, pour mettre en place l'entraide entre élèves ou utiliser le portefeuille de compétences... Autant de fiches pratiques qui pourront donner lieu à des applications dans le cadre d'un travail d'équipe, autour du professeur principal, dans le cadre du projet d'établissement. Alors que l'on se borne le plus souvent à proposer aux adultes, éducateurs et professeurs, de réagir par la seule sanction, quand ce n'est pas par l'exclusion, cet ouvrage propose, lui, de remédier aux difficultés que nous rencontrons. Il n'est pas seulement un moyen de supporter le présent. Il est aussi, et essentiellement, un outil pour préparer l'avenir.

  • Toute philosophie, écrit Platon, commence avec l'étonnement. Que l'Education nationale ait transformé les écoles normales en instituts universitaires de formation des maîtres et simultanément abandonné le terme de maître, au profit du titre de "professeur, pour qualifier la profession et la mission des enseignants, constitue le point de départ étonnant de ce travail. Désigner les maîtres comme professeurs, n'est-ce pas prendre le risque de réduire une fonction, n'est-ce pas viser une dimension purement technicienne de la
    transmission du savoir ? N'est-ce pas chercher à faire l'économie du sujet désirant ? N'est-ce pas tenter d'occulter la question ultime du sens ?

    Convoquant ici le maître rousseauiste de L'Emile et le maître socratique du Banquet, l'auteur nous invite à une réflexion sur les enjeux de la fonction de maîtrise qui
    peut participer d'intentions contradictoires :
    - forclore le sujet en ne visant qu'une transmission de savoir reposant sur des techniques et des méthodes et ainsi l'enfermer dans une dépendance fusionnelle, illusoire et mortifère ;
    - disclore le sujet en le révélant à lui-même comme sujet désirant et, en refusant d'incarner les trésors sacrés du savoir, le sortir du leurre et de l'illusion thaumaturgique de l'éducation.

  • L'auteur propose de nouveaux cadres théoriques pour analyser et expliquer le travail des professeurs et professeures des universités du Québec dans sa richesse et sa diversité. Il étudie cinq aspects particulièrement importants de cet objet multidimensionnel : les composantes du travail professoral, la charge temporelle de travail, l'importance relative des tâches les unes par rapport aux autres, les constellations de travail et le caractère plus ou moins articulé et intégré des tâches.

  • La défaite et l'exode de 1940 amplifient démesurément les problèmes de l'enfance et suscitent par là-même des situations inédites : un cinquième de la population erre le long des routes, de nombreuses familles sont disloquées, près de 90 000 enfants sont "perdus" et la délinquance des jeunes augmente de façon sensible. Pour faire face à cette désorganisation sociale, vont se créer, dans la France de l"0ccupation, de nouvelles institutions : initiatives publiques ou privées mais aussi entreprises de personnes agissant avec l'accord, l'appui ou même parfois à l'instigation des autorités en place. Ce sera le cas, exemplaire, de l'Institut pédotechnique de Toulouse Saint-Simon. Ces tentatives vont se situer, pour les pouvoirs publics, dans une visée politique à plus long terme : coordonner à l'échelle régionale l'ensemble des équipements concernant l'enfance en difficulté actuels et à venir.

    Créé le 22 juin 1941 par l'Abbé Plaquevent, l'Institut pédotechnique de Toulouse Saint-Simon peut être considéré comme significatif de ce qui deviendra après la guerre "le secteur de l'enfance inadaptée" par son double caractère 1 centre d"observation pour enfants en difficulté et centre de formation de personnel éducatif. Mais cette institution présente aussi une forte singularité : dès sa fondation, ces deux structures distinctes sont liées organiquement au sein d'un même ensemble.

    Cette recherche à visée historique s"appuie sur le dépouillement d'archives publiques et privées complété par des entretiens avec une vingtaine d'acteurs, témoins de l'époque. Elle s'est déroulée à l'initiative et dans le cadre d'institutions héritières de l'Institut pédotechnique - le collectif St-Simon, l'Institut régional de formation aux carrières éducatives et sociales - gérées
    par l'Association régionale pour la sauvegarde de ltenfant, de l'adolescent et de l'adulte (ARSEAA) créée en 1943. L'association Echo Saint-Simon a joué un rôle moteur dans ce travail collectif.

  • Ce volume fournit des renseignements et des outils utiles et intéressants pour aider l'enseignant et le chercheur à résoudre le dilemme posé par la nécessité d'élaborer des programmes éducatifs préalablement structurés tout en favorisant l'initiative intellectuelle personnelle de l'élève. Il présente également de nouvelles approches de la pédagogie créative, des stratégies d'enseignement créatif et des exercices.

  • L'auteur analyse, compare et critique une quinzaine d'études québécoises, puis rappelle l'apport de quelques volumes étrangers à la compréhension de cet objet multidimensionnel, distinguant entre autres les sous-objets, les populations étudiées, les objectifs visés, les méthodologies utilisées, les postulats idéologiques des auteurs ainsi que les conclusions ou recommandations les plus importantes de chaque ouvrage.

  • La classe et l'environnementLe groupe-classePréparer, enseigner, diriger, évaluerLes objectifs d'apprentissageL'enseignement des conceptsLa discipline en classeL'évaluation et la mesureEnseigner le françaisL'apprentissage langagier dans les programmes en immersion française. Considérations théoriquesDe l'immersion au français langue seconde. Considérations théoriques et applications pratiquesL'efficacitéCulture et multiculturalismeCulture, système scolaire et programmes d'immersionLe Canada multiculturel : considérations sur les écoles, les professeurs et le curriculum

empty