• "Je voyais maintenant que c'étaient les créatures les moins terrestres qu'il soit possible de concevoir. Ils étaient formés d'un grand corps rond, ou plutôt d'une grande tête ronde d'environ quatre pieds de diamètre et pourvue d'une figure. Cette face n'avait pas de narines - à vrai dire les Martiens ne semblent pas avoir été doués d'un odorat - mais possédait deux grands yeux sombres, au-dessous desquels se trouvait immédiatement une sorte de bec cartilagineux. [...] En groupe autour de la bouche, seize tentacules minces, presque des lanières, étaient disposés en deux faisceaux de huit chacun. Depuis lors, avec assez de justesse, le professeur Stowes, le distingué anatomiste, a nommé ces deux faisceaux des mains."

  • Marie Kondo, la papesse du rangement auteure du best-seller La Magie du rangement (+ de 380 000 ex. vendus en France), est de retour avec un ouvrage sur le rangement au travail, co-écrit avec un psychologue du travailIl est facile de se retrouver complètement dépassé par le fouillis et le désordre sur son lieu de travail. Qui ne s'est jamais senti épuisé par des réunions inutiles, des dossiers anarchiques, une liste interminable d'e-mails et des tâches chronophages ? Ce sont là les périls modernes du monde professionnel susceptibles d'éteindre peu à peu la joie d'exercer notre métier, de limiter les chances de faire progresser notre carrière et de nuire à notre bien-être.
    Il existe une solution pour remédier à cela. Dans
    La Magie du rangement au travail, l'auteure à succès et vedette de Netflix Marie Kondo et Rice Scott Sonenshein, psychologue du travail, rapportent des histoires, analysent des études et proposent des stratégies pour vous aider à vous débarrasser du désordre dans le but de laisser la part belle aux tâches vraiment importantes.
    Grâce à la méthode KonMari, mondialement célèbre, et de travaux à la pointe de la recherche,
    La Joie du travail vous aidera à surmonter les difficultés posées par le désordre régnant sur votre lieu de travail et à bénéficier de la productivité, de la réussite et du bonheur qui s'offrent à vous lorsque vous avez un bureau et un esprit bien rangés.

  • Il fait partie des dix Français qui sont partis dans l'espace. Avec sensibilité et humour, Michel Tognini nous raconte sa vie de cosmonaute, digne des super productions hollywoodiennes.  Émotions, couleurs, odeurs, vous voilà dans la peau d'un cosmonaute. Tour à tour à bord d'un vaisseau russe Soyouz, dans la station Mir, ou avec des cosmonautes américaines sur une navette Columbia. Michel Tognini nous raconte l'intensité de l'entraînement physique et psychologique à la Cité des Étoiles, les relations entre les hommes et les femmes d'une culture différente, dans un huis-clos où tout incident peut se transformer en tragédie, la gestion du stress... Il nous fait vivre l'adrénaline du compte à rebours sur le pas de tir de Baïkonour et toucher du doigt la stupéfiante beauté de notre planète vue du cosmos.  Et les cosmonautes qui partiront demain sur Mars, comment sont-ils sélectionnés, sur quels critères, faut-il des équipages mixtes ou pas, des profils dominants ou conciliants ?  Après avoir exploré l'espace, Michel Tognini participe désormais au recrutement et à la formation des futurs équipages. C'est lui qui a permis de recruter Thomas Pesquet.  L'espace pour de vrai... au moins le temps d'un livre.

  • Savez-vous que l'Univers pourrait bien être en pétard ou au moins chiffonné ? Que la Grande-Bretagne aurait subi une pluie infestée d'aliens ? Connaissez-vous le lien entre Newton et les pirates ?

    L'astrophysicienne Yaël Nazé dévoile la face la plus folle de l'astronomie.

    Ne vous étonnez pas de croiser des hommes et des femmes singuliers aux destins étonnants, des objets célestes étranges et des hallucinations collectives !

    Vous reviendrez de ce voyage inédit dans les étoiles, riche d'anecdotes cosmiques, et avec une certitude : l'univers n'a pas fini de nous étonner...

  • Avec les Nuls, faire pousser ses propres légumes et herbes aromatiques, c'est facile !Vous voulez profiter de produits frais et sains à moindres coûts ?Un potager pour les Nuls va vous permettre de faire pousser vos propres herbes aromatiques et légumes.
    Du choix de l'endroit à la préparation du sol en vue d'une abondante récolte,
    Un potager pour les Nuls vous présente quels légumes cultiver selon votre espace et vos besoins culinaires. Vous découvrirez la meilleure façon d'exploiter votre terrain, de choisir les légumes à faire pousser, de planter les graines correctement et de les protéger. Vous connaîtrez également les meilleurs moments pour la récolte de vos nouvelles " créations ".
    Des avis d'expert pour la préparation du sol, la plantation et la protection de vos produitsDes conseils respectueux de l'environnement pour lutter contre les nuisibles et les mauvaises herbes, pour un potager en bonne santé et prospère.

  • 100 fake news face à la science Nouv.

    Curieux !, le média scientifique aux 650 000 abonné·e·s" On ne peut rien faire pour lutter contre le réchauffement climatique. "" On vivra bientôt sur Mars ! "" Nous n'utilisons que 10 % de notre cerveau. "Les
    fake news ont la vie dure ! Au point qu'on peut toutes et tous se laisser piéger. Pour vous aider à y voir plus clair, le média
    Curieux ! a passé au crible de la science 100
    fake news sur des sujets aussi divers que l'alimentation, le cerveau, l'environnement ou la sexualité, dans un livre ludique et richement illustré.
    Déconstruisez les idées reçues les plus coriaces et aiguisez votre esprit critique ! Vous pourrez ainsi afficher autre chose qu'un air perplexe la prochaine fois que vous entendrez " les garçons sont meilleurs que les filles en maths, c'est prouvé ! "

  • Considérant les ravages du tourisme et les effets délétères de son industrie, il est généralement de bon ton d’opposer à la figure du touriste celle du voyageur, dont les intentions seraient nobles et les agissements respectueux des populations et des environnements. Or, est-il encore possible de concevoir le voyage comme mode d’être au monde et comme moyen d’aller à sa rencontre? Et d’où nous vient ce «besoin» de voyager? C’est à partir de ces questions d’ordre philosophique que Rodolphe Christin nous invite à penser le voyage, lui pour qui cette notion doit avant tout constituer «un acte de l’esprit, une expérience particulière de la pensée et du corps. Autrement dit, une certaine expérience du monde que les infrastructures touristiques mettent à mal et qu’il conviendrait cependant de sauver».



  • "Nous sommes en train de changer le monde, de changer l'histoire, et vous en êtes ou pas." Elon Musk


    Elon Musk fait partie de ceux qui changent les règles du jeu. Largement considéré comme le plus grand industriel du moment, il porte l'i

  • Espace lointain

    Jaroslav Melnik

    • Agullo
    • 31 Août 2017

    PRIX LIBR'A' NOUS IMAGINAIRE 2017
    " ESPACE LOINTAIN : Psychose rare mais sévère provoquant des hallucinations très nettes. Phénomène d'aliénation."
    "Une dystopie qui explore la question de la liberté.Celle de voir, mais aussi celle d'échapper au monde de ceux qui voient et qui règnent sur les aveugles. Ce roman pose très efficacement la question de ce qu'est la liberté, et ce qu'est son coût." Artyom Liss, président du jury du Livre ukrainien de l'année de la BBC en 2013.
    À Mégapolis, ville-monde peuplée d'aveugles, seul " l'espace mitoyen " existe. Les habitants se déplacent grâce aux capteurs électro-acoustiques qui jalonnent l'espace, et dont ils sont dépendants. Un jour, Gabr recouvre la vue. Il découvre avec répulsion l'aspect sordide de " l'espace mitoyen " : un enchevêtrement de métal où déambulent des êtres en haillons. Terrifié par ce qu'il prend pour des hallucinations, il se rend au ministère du Contrôle où on lui diagnostique une psychose des " espaces lointains " avant de lui promettre de le guérir. Mais Gabr est saisi par le doute : et si ce qu'il percevait n'étaient pas des hallucinations, mais bien la réalité ? Sa rencontre avec Oksas, le chef d'un groupe révolutionnaire qui veut détruire Mégapolis, va confirmer les intuitions de Gabr et bouleverser sa vie.
    Tiraillé entre la violence des terroristes et celle des dirigeants - un petit groupe de voyants privilégiés -, refusant de causer la mort de milliers d'innocents, mais incapable d'accepter le mensonge du monde, Gabr devra trouver sa propre voie pour accéder aux " espaces lointains " où règnent encore la liberté, la beauté et l'infini.
    Mi-dystopie, mi-conte philosophique, ce roman interroge notre monde : la technologie nous dérobe-t-elle notre humanité ? Quel prix l'homme est-il prêt à payer pour vivre en sécurité ? Et qu'y a-t-il de plus précieux que la liberté ?
    Livre ukrainien de l'année de la BBC en 2013

  • Denise s'est entichée de Paul, le narrateur. C'en était gênant au début. Alors, malgré ses habitudes volontiers casanières, il n'a pas refusé. Ensemble, ils ont passé un an dans son appartement parisien, une année de routine sans tellement se divertir. Lui, le matin, se rend à son bureau quand elle ne sort pas, car Denise est un chien, de bonne taille, un bouvier bernois, une femelle, ancienne élève de l'école des chiens d'aveugle, un cancre recalé pour sa couardise urbaine. Jeune de quatre ans, elle avait de faux airs de Bakounine.
    Entre eux, l'ordinaire des sempiternelles vadrouilles urbaines se limite à trois sorties quotidiennes dans une géographie relevant plus du pâté que du quartier, un pâté autour duquel ils tournent ensemble, sans varier, des flâneries au carré. Elle s'en contente, en bête, la langue souriante, le croupion au roulis, ses cuissots qui ressemblent tellement aux contours de l'Afrique. Un an de la sorte, Paul s'en fait une peine, tellement que, pour quatre jours, lui et la chienne s'offrent une escapade. Denise au Ventoux.
    Mais que s'est-il passé à la descente entre Denise et son maître sur les gradins du grand Ventoux?? Subitement les voici face à face, comme jamais, rassemblés dans une calme éternité.

  • Effrayant, beau, apocalyptique, obsédant, le cosmos a inspiré, depuis l'Antiquité, quelques-unes des plus belles pages de la littérature. Nicolas Grenier a glané d'étonnantes représentations de l'univers.
    Ouvrage préfacé par Jean-François Clervoy
    Les textes choisis racontent notre conception du monde et les croyances ou fantasmes qu'a fait naître le néant. Ils rappellent que l'être humain a voulu explorer le lointain, l'apprivoiser puis l'inclure dans sa propre histoire.
    Auguste Blanqui, Platon, Ray Bradbury, George Sand, Maurice Leblanc, Edgar Allan Poe se sont emparés de ce vaste et mystérieux sujet, et en sélectionnant des extraits de leurs oeuvres et de bien d'autres plumes, cette anthologie nous fait redécouvrir le ciel à travers le regard ému, sarcastique ou savant de philosophes, romanciers et scientifiques.

  • " La vision de Hao Jingfang est à la fois sensible et grandiose, rigoureuse et délicate, une étude compatissante de la fragilité humaine face au progrès implacable. Sans perdre la foi en la suprématie de la Raison, ses histoires nous rappellent que la seule chose qui changera le monde est la Passion. " - Ken Liu

    Le futur tel que vous ne l'avez jamais lu. À travers douze nouvelles d'une rare sensibilité, Hao Jingfang explore l'humain face à un avenir incertain.
    L'insondable profondeur de la solitude, c'est celle de l'individu confronté à la marche inéluctable du temps et de la civilisation, de l'évolution et de la technique, de l'aliénation et du pouvoir. Sa fragilité et sa détresse, ses désirs et son besoin de résistance, ce sont les nôtres, nous les partageons universellement, et Hao Jingfang les éclaire d'une plume délicate et compatissante.

  • «Condamné au vagabondage pour manque de conformisme, j'ai appris les leçons silencieuses des environnements que j'ai fréquentés.»
    Dans cet ouvrage autobiographique, Thierry Pardo raconte les voyages qui ont contribué à son éducation et à celle de ses deux enfants, hors des sentiers battus de l'école. Du Népal au Nunavik en passant par La Paz et Marrakech, il décrit comment les paysages naturels et humains lui ont appris bien plus que n'importe quelle institution scolaire. Le mystère des forêts, le tumulte des villes, le silence des déserts, l'ivresse des montagnes, la profondeur des mers... Tous les éléments sont convoqués pour incarner ce pouvoir de transformation que le voyageur recherche.
    Il en ressort une méditation sur la condition humaine, le rapport à l'autre, la solitude et la liberté, mais aussi sur le tourisme de masse, les moyens de transport et la photographie. Rédigé en hommage au poète Kenneth White et inspiré d'auteurs tels que David Thoreau, Elisée Reclus ou Gaston Bachelard, cet ouvrage nous invite à retrouver notre intimité avec la nature et notre solidarité avec l'univers.
    «Le vagabondage est un cadeau que j'offre à mes enfants parce qu'au-delà des multiples apprentissages, de l'ouverture sur le monde et sa mosaïque de cultures, l'aventure au quotidien procure un rapport apaisé aux risques et aux aléas de la vie.»

  • Ce qu'il s'agit d'analyser, d'ausculter, c'est ce que Walter Benjamin, en 1929 déjà, décrivait comme un espace chargé à cent pour cent d'images. Autrement dit : cette visibilité saturée qui nous arrive de partout, nous entoure et nous traverse aujourd'hui.
    Un tel espace iconique est le produit d'une histoire : celle de la mise en circulation et de la marchandisation générale des images et des vues. Il fallait ébaucher sa généalogie, depuis les premiers ascenseurs ou escalators (ces travellings avant la lettre) jusqu'aux techniques actuelles de l'oculométrie traquant les moindres saccades de nos yeux, en passant par le cinéma, grand chef d'orchestre des regards.
    Mais, sous-jacente à cette innervation du visible, il y a une économie propre aux images : ce qu'on tente d'appeler leur iconomie. Deleuze l'avait entrevue lorsqu'il écrivait, dans des pages inspirées par Marx : « l'argent est l'envers de toutes les images que le cinéma montre et monte à l'endroit ». Une phrase que l'on n'entendra dans toute sa portée ontologique qu'à condition de se souvenir que « cinéma » veut aussi dire ici : « l'univers ».
    C'est pourquoi, tout en se laissant guider par des séquences d'Hitchcock, de Bresson, d'Antonioni, de De Palma ou des Sopranos, ces pages voudraient frayer la voie qui conduit d'une iconomie restreinte à ce qu'on pourrait nommer, avec Bataille, une iconomie générale.

    P. Sz.

  • Voici l'histoire de M. Francisco Fabrigas - explorateur, philosophe, physicien hérétique - qui embarque à bord d'un vaisseau plein d'enfants pour un voyage terrifiant vers une autre dimension, assisté par un capitaine juvénile, un brave garçon sourd, une fillette aveugle et futée, et une botaniste sensuelle, tous poursuivis par le pape de l'univers et un magnétiseur coquet. Sombres complots, cultes démoniaques, jungles meurtrières, pagaille quantique, la naissance de la Création, la mort du Temps, et une créature nommée Sweety : tout cela et plus encore derrière le voile de la réalité.

  • S'approprier un lieu pour l'habiter est un acte fondamental de l'homme. Mais ce que nous sommes, il nous faut aussi apprendre à le faire nôtre, en découvrant, exerçant et habitant nos possibilités. Cet espace intérieur est-il essentiellement celui de ma solitude, où nul autre ne peut pénétrer, ou peut-il être celui d'une hospitalité, un vide central où Dieu vient demeurer ?
    Dans la continuité d'une tradition qui remonte à la Bible, nos diverses demeures (chambre, appartement, maison, temple, château...) ont permis de figurer et de décrire l'intériorité humaine. Il s'agit de schèmes variés, tantôt pour explorer, tantôt pour construire notre personnalité, et par là pour penser le jeu de nos forces et de nos désirs, le déploiement de nos pensées et de nos actes, et en dégager des lois, selon une topique, du mot qui signifie la disposition des lieux.
    Une rupture et un renversement marquent cette histoire. La topique chrétienne, largement méconnue, forme un modèle diversifié et approfondi au long des siècles, lequel pose l'identité humaine comme habitable par une autre présence que la nôtre. À partir de la Renaissance, et depuis Montaigne jusqu'à Rousseau et Kant, tout comme dans la poésie et le roman, elle tend à s'effacer, avec son horizon mystique, au profit d'un face-à-face avec moi-même, tout en usant des mêmes schèmes. Ainsi se fondent l'identité moderne et la subjectivité.
    À travers la pensée de nombreux auteurs, de saint Augustin à sainte Thérèse d'Avila, d'Origène à Dante, de Baudelaire à Freud, ce livre décrit et médite, selon une généalogie, un axe oublié de la pensée de l'identité, lourd de questions toujours aiguës.

  • La seule biographie autorisée !
    Un événement littéraire et cinématographique.
    Le 21 juillet 1969, 600 millions de personnes à travers le monde retiennent leur souffle quand elles entendent Neil Armstrong prononcer ces mots désormais éternels : " C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité. " Les images floues en noir et blanc de l'astronaute sautillant sur la surface lunaire, ou encore piquant sur le sol sablonneux le fameux drapeau américain viennent d'entrer dans l'Histoire.
    Comment, alors même que les États-Unis sont en pleine course spatiale contre l'URSS, cet ingénieur comme les autres se retrouve-t-il dans le programme Apollo 11 ? Comment se préparer à une mission aussi dangereuse, pour la grandeur d'un pays ? Quelle vie possible après, quand on a touché les étoiles ?
    Des années plus tard, ce héros très discret a accepté de lever le mystère en se confiant à l'historien James Hansen. Fort de cinquante heures d'interviews exclusives, d'un accès privilégié aux documents privés et aux récits familiaux, et de plusieurs années de recherche, Hansen nous livre un témoignage complet de la vie publique, privée et secrète de l'astronaute qui a changé à jamais le cours de l'Histoire.

  • La joie nous rend plus vifs dans un plus vaste monde. Comment penser cet élargissement du dehors et du dedans, et le chant neuf de ses possibles ? Et de quelle manière décrire ce que la Bible nommait dilatation du coeur, laquelle parfois se produit jusque dans l'épreuve et l'angoisse, comme si leur pression faisait naître une force à nous-mêmes imprévue ? Plus encore que les philosophes, les poètes et les mystiques ont su ce qu'il en est d'être soulevé par cette crue de l'espace, et déchiré presque par cette joie. De saint Augustin à saint Bernard et à sainte Thérèse d'Avila, du trop méconnu Thomas Traherne à Victor Hugo, Walt Whitman, Paul Claudel et Henri Michaux, ces explorateurs de la joie spacieuse servent ici de maîtres et de guides pour ce pays qui peut s'ouvrir au détour du moindre chemin, voire au coin d'une chambre, si nous nous laissons rejoindre et traverser par sa soudaine lumière. Lourd d'histoire est le mot « dilatation », mais riche aussi de promesse. Cet ouvrage est paru en 2007.

  • Fark west

    David Gallais

    Bienvenue sur Fark !
    Rubens n'est pas taillé pour la vie sur Fark : trop maigre, trop faible pour ce caillou déserté qui n'abrite que les rebuts de la société. Alors, que vient-il faire sur cette planète malfamée ? Accroché comme un naufragé à sa sacoche, il vient s'associer à Phyne et de son équipe de mercenaires hauts en couleur. Mais quel est le véritable enjeu de sa venue ? Une chose est sûre, Rubens ne sera plus le même après son passage sur Fark !
    Embarquez pour une virée spatiale palpitante que vous n'êtes pas prêt d'oublier !
    Grand Prix 404 Factory 2018

  • Avez-vous jamais pensé à remercier vos spaghettis de se tenir aussi sagement dans votre assiette au lieu d'onduler en manières de petits serpents jaunes tout autour de vous ? À éprouver de la reconnaissance pour l'eau qui, sortant de votre pomme de douche, se laisse docilement diriger vers votre corps qu'elle asperge agréablement ? La gravité, je vous l'accorde, est cause que nous tombons, ou que se brisent, hélas, des objets auxquels nous tenons ; mais elle retient avec bonheur nos semelles à la croûte terrestre, et organise gentiment le monde autour de nous. Là-haut, une fois gagnée l'impesanteur, les choses en vont bien autrement.   En juillet 2011, la dernière navette habitée s'élève dans le ciel de Floride. Elle emmène Sandra, Fergie, Doug et Rex vers la Station spatiale internationale. La dernière mission d'Atlantis, comme si vous y étiez.

  • Les thuriféraires de la mondialisation, comme ses détracteurs, focalisent identiquement leurs analyses sur la collusion de l'économie et des nouveaux avatars, téléinformatiques, de la technique. Et, pour dresser leurs bilans ' positif ou négatif ', ils scrutent et traquent identiquement les effets du processus dans les mêmes champs multiples et hétérogènes de l'écologie et du droit, de la psychologie et de la sexologie, de la linguistique et de la morale, de la politique et des arts figuratifs' Mais dans cet inventaire borgésien, un domaine demeure, de part et d'autre, absent': celui de la spatialité, autrement dit, des modalités selon lesquelles les sociétés humaines construisent et vivent leur environnement spatial.
    À l'issue d'une série d'articles, écrits au fil des vingt dernières années, sur les figures multiples de la spatialisation et de son histoire (architecture, urbanisme, aménagement, protection du patrimoine), Françoise Choay découvre progressivement un propre de l'homme, ''la compétence d'édifier'', et les enjeux majeurs dont cette compétence est dépositaire à l'heure de la mondialisation.

  • 50 ans après le premier pas de Neil Amstrong, que nous raconte la Lune sur l'humanité, ses rêves, ses savoirs, ses conquêtes ? C'est à un voyage interstellaire que nous invite ce livre-fusée où la poésie se mêle à la science.
    Il y a cinquante ans, deux d'entre nous, après avoir quitté le sol de Floride au sommet d'une gigantesque fusée, se sont posés à la surface de la Lune pour la fouler de l'épaisse semelle de leurs bottes. C'était le 21 juillet 1969 et ils se nommaient Neil Armstrong et Buzz Aldrin.
    D'un seul coup, notre horizon a changé. Il s'est peuplé de milliards d'étoiles comme jamais jusque-là des yeux ne les avaient vues.
    Depuis Galilée jusqu'à cette ère de l'odyssée spatiale, l'univers nous est devenu toujours plus infini. Alors qu'avons-nous appris en devenant enfants des étoiles ?
    Fou de science, chroniqueur des galaxies, surfeur des mondes inconnus, Jacques Arnould nous invite à travers cette grandiose aventure, qu'il raconte comme personne, à méditer une sagesse empreinte d'humanisme : en voguant vers d'indicibles horizons, notre nature terrestre nous rappelle à nos responsabilités face à la Terre-Mère.

  • Chacun cherche sa maison, la base à partir de laquelle il lui devient possible d'exister. On habite aussi les rues, les villes et les paysages. Tous ces lieux et ces espaces ont leur qualité propre, leur mémoire. Mais habiter, c'est également laisser des marques sur le sol, dessiner des surfaces, transformer la terre en une vaste demeure.
    Il y a plusieurs manières d'habiter : entendre son voisin, ce n'est pas forcément s'entendre avec lui ; déménager, ce n'est pas être en exil ni partir en vacances. Faisons-nous la différence entre une demeure habitée et une maison hantée ? Il faut donc raconter ces tables et ces lits, ces expériences concrètes, ces chemins où les hommes marchent et vivent.
    Variations philosophiques et littéraires sur nos façons d'être et de nous sentir en un lieu, ce livre est un traité du savoir habiter - et donc un savoir-vivre.

  • « Je n'ai jamais rien lu de tel que le deuxième roman de M. Suddain. C'est à la fois un space opera couvrant la galaxie avec des intrigues, des aventures et des extrapolations technologiques fascinantes et un compte-rendu hilarant, presque nabokovien, des mésaventures gastronomiques d'un critique culinaire dans ses visites de restaurants sur des douzaines de planètes lointaines. »
    Jeff VanderMeer

empty