• Pour la première fois, un ancien « Natio », membre d'un des commandos les plus actifs du FLNC de la fin des années 1970 à la fin des années 1990 revient sur son histoire. Jeune militant engagé dans la lutte nationaliste après les évènements d'Aléria en 1976 et la naissance du FLNC, Michel Ucciani va peu à peu glisser vers la délinquance. Les attentats et l'action clandestine lui donnent le goût de l'action, le recours à l'impôt révolutionnaire et autres rackets en font un gangster et un braqueur de haut vol. Cette évolution de la lutte politique et des idéaux de la jeunesse au grand banditisme, pour la première fois racontée de l'intérieur, nous fait comprendre les dérives du nationalisme corse.

  • Louis-Joseph Papineau est une figure à la fois mythique et controversée du nationalisme et de l'indépendantisme québécois. Il paraît aujourd'hui autant susceptible d'être annexé que son souvenir est flou, comme effacé par le temps ou peut-être sciemment poussé vers l'oubli. Ambigu, il rappelle les espoirs et les frustrations d'un peuple qui peine encore à se représenter lui-même et à imaginer son destin. Yvan Lamonde nous livre une analyse historique de la pensée de Papineau qui éclaire la vision qu'avait celui-ci de l'indépendance et de l'émancipation de ses concitoyens. On découvre qu'avant d'être une question de langue ou de religion, la séparation d'avec la métropole était d'abord pour Papineau une question de démocratie. De sa confiance dans les institutions libérales britanniques à l'espérance d'un soutien de la France jusqu'à son admiration pour le modèle états-unien et son rêve d'une «nation colombienne» qui engloberait éventuellement tout le continent, ses idées épousent le paysage politique du siècle de l'éveil des nationalités et évoluent face aux bouleversements qui ont marqué sa vie, comme la rébellion, l'exil, l'ostracisme. Si, en réaction à sa conception de l'émancipation, s'est formé un type dominant de nationalité, essentiellement culturel, axé sur la «conservation» de la langue, de la religion et des moeurs, l'intérêt contemporain d'une réflexion sur l'indépendance par la République indique le renouveau et l'actualité de sa pensée et de son action.

  • Quatre essais portant sur quelques-unes des plus grandes figures de l'indépendantisme du Québec sont à l'honneur dans ce numéro. Tout d'abord, le livre de Victor Lévy-Beaulieu sur Jacques Parizeau propose un « nécessaire recueillement » après le décès de celui-ci en 2015. Puis, Martin David-Blais nous explique comment l'essai de Laurent Duval intitulé Le mythe de René Lévesque risque un « déboulonnage raté ». Les essais de Claude Cardinal sur l'histoire du RIN et de Martine Tremblay sur celle du Bloc Québécois sont aussi recensés dans cette édition. D'autres ouvrages se regroupent sous la thématique de l'héritage, comme par exemple Pratiques et discours de la contreculture au Québec de Jean-Philippe Warren et Andrée Fortin et Google Goulag. Nouveaux essais de littérature appliquée de Jean Larose, tandis que d'autres explorent le thème de « La foi en guerre », avec notamment L'islam dévoilé de Claude Simard et La fabrique du djihad. Radicalisation et terrorisme au Canada de Stéphane Berthomet.

empty