• Les pensées secrètes d'un poney grincheux enfin dévoilées ! " Je me suis fait avoir sur toute la ligne ! Mon ami Noé a déménagé et sa famille m'a collé en pension au club des Edelweiss, un endroit abominable ! Rempli de stars à crinières tressées et de ponettes à leurs mémères ! Tout ça me rend vraiment... méchant ! Et les choses ne s'arrangent pas quand on m'inflige Jeanne, la pire cavalière qui soit, et qu'on m'oblige à partir en randonnée avec cette maladroite hargneuse sur le dos... " #Humour #Impertinencepourquoiest-ilsiméchant?

  • Les pensées secrètes d'un moustique romantique enfin dévoilées !
    Vous êtes-vous déjà demandé ce qu'avaient dans la tête ces moustiques, qui tournent et retournent autour de la vôtre ? Enfin, ce roman vous le dévoile : entièrement écrit par l'un deux, et pas n'importe lequel. Roméo est un moustique, oui, mais atypique. D'abord, il ne pique pas (seules les moustiquettes le font !) ensuite, il parle l'humain et est devenu le meilleur ami de Camille, la grand-mère de Clélia, avec qui il aime regarder la télé, surtout les séries romantiques aux scénarios très compliqués !
    #Humour #Impertinence #lesmoustiquessontpartout

  • Comment mettre les élèves au travail ? Comment préparer la classe ? Comment ramener à la tâche les élèves distraits ou agités ? Comment mettre en place des activités qui fassent réellement apprendre ? Comment réagir à l'agressivité ou à l'insolence de tel ou tel ? Comment et quand évaluer ? Comment aider les élèves en difficulté ?
    À ce type de questions, ce livre donne des réponses précises et concrètes, et même ce qu'on pourrait appeler des « recettes ». Mais faire la classe n'est pas une activité ordinaire qu'on pourrait pratiquer mécaniquement. Il faut faire des choix et se donner des principes. Ce sont eux que Bernard Rey s'attache à éclairer.
    Il s'adresse ainsi aux enseignants débutants. Mais le livre provoquera aussi la réflexion des maîtres chevronnés. Quant aux parents d'élèves, ils trouveront grâce à lui un accès aux coulisses d'une activité qui concerne, jour après jour, leurs enfants.

  • Georges Vals, à la soixantaine jusque-là sereine, voit tout à coup son univers s'écrouler : sa fille Victoria, qui depuis vingt ans est sa « tendre et belle injustice », devient du jour au lendemain un sex-symbol, et prétend qu'il y a plus d'impudeur à montrer son âme sur un écran qu'à montrer... le reste !
    Sa femme Brigitte se sent, à la quarantaine, titiller par le démon de l'indépendance.
    Sa mère Louise, qui a toujours eu le plus grand respect pour les valeurs morales, considère aujourd'hui ceux qui s'en détournent avec une incompréhensible indulgence. L'abbé Costognet, son ami d'enfance, lui rappelle, aussi, que le monde a changé.
    Georges Vals a mal aux autres, jusqu'au jour où...Fin résolument optimiste d'une pièce qui pourrait de définir comme un drame gai.

  • Oeuvre de fiction qui se penche sur la relation de trois amis sur le point de se séparer, le ciné-roman FM Youth, comme le film, livre un portrait réaliste de la jeunesse franco-manitobaine, dans ses goûts, dans sa langue, dans ses aspirations et dans ses conflits. La puissance de FM Youth est d'évoquer l'histoire collective d'une société en plongeant dans l'intimité et le drame humain des trois camarades. C'est une histoire racontée avec humour, parfois avec insolence et irrévérence, mais aussi avec tendresse et générosité. C'est à Saint-Boniface que vivent Natasha, Charlotte et Alexis. Incapables d'imaginer un avenir vécu dans une communauté aussi restreinte, Natasha et Charlotte sont à la veille de quitter pour poursuivre leurs rêves à... Montréal. C'est une séparation difficile pour leur ami Alexis. Sur une période de 24 heures, les trois amis sillonnent les rues de Saint-Boniface, visitent leurs endroits préférés, partent en quête d'amours impossibles, se pointent vers un house party, avant de se perdre dans leurs souvenirs et de faire leurs adieux.

  • Courtepointe, hamac, planche, rabot, guéridon, carte, atlas, barbacane et sarbacane; fréon, brique, pierre, métal, bois, jute, plastique, vinyle et simili synthétique : les appareils, les usages et les substances se confondent devant et dans la glace d´Éric Charlebois. Le poète atypique aime le vertige, les montres fracassées, les heures de pointe, les piments forts et la cannelle. Il a peur du sang, du silence, de l´heure où les lampadaires sont censés s´allumer et où les ampoules s´exaspèrent. Le miroir mural devant la berceuse électrique n´échappe pas à la douce folie qui imprègne sa poésie.

    J´ai écrit mon testament, accoudé au zinc de l´estaminet, des miroirs de kaléidoscope dans les yeux, le tableau périodique pour clavier et toutes les couleurs du spectre à la brunante grisante.

    Un recueil charnière, une berceuse grinçante pour endormir le mortel en soi et préserver le rapport à l´autre.

empty