Sciences humaines & sociales

  • L'État québécois a beaucoup évolué depuis les 60 années qui le séparent de la Révolution tranquille. Il a d'abord vécu une importante période d'expansion - comme en témoigne la création de multiples ministères et sociétés d'État - pour ensuite connaître des vagues de réformes ayant pour objectif de diminuer les pressions sur les finances publiques. De nos jours, le concept d'« État québécois » fait référence à une réalité complexe, comprenant de nombreux domaines et instruments d'intervention - comme des ministères ou des sociétés d'État - et, finalement, des moyens, notamment financiers, considérables.

    Pour rendre compte de cette complexité, le présent ouvrage couvre plusieurs secteurs, tout en accordant une attention particulière aux sujets de l'administration publique, de la santé, de l'économie et de l'environnement, des finances publiques et enfin de l'éducation. Ces thèmes - qui correspondent aux cinq parties de cet ouvrage - sont détaillés et analysés en profondeur grâce à la collaboration de spécialistes de renom. En conclusion, le lecteur trouvera les résultats d'une enquête d'opinion réalisée auprès des Québécois afin de connaître leur perception sur les différentes questions traitées dans cet ouvrage.

    Robert Bernier, Ph. D. en science politique, est professeur associé à l'École nationale d'administration publique (ENAP). Auteur de plusieurs ouvrages sur la politique canadienne et québécoise, il a notamment été secrétaire particulier du ministre québécois de l'Industrie et du Commerce (1975-1976), conseiller spécial du ministre de la Défense nationale (1980-1983) et sondeur pour le gouvernement du Canada (1993-2001).

    Stéphane Paquin est professeur titulaire à l'ENAP. Il est directeur du Groupe de recherche et d'études sur l'international et le Québec. Il a rédigé, corédigé ou dirigé 28 livres ou revues scientifiques et publié plus d'une centaine d'articles sur l'économie politique internationale et comparée, sur la réforme de l'État et la social-démocratie, sur la politique internationale des États fédérés ainsi que sur le Québec en comparaison.

  • Les processus de production et de diffusion des connaissances confrontent inévitablement le chercheur et la communauté scientifique à laquelle il appartient à des interrogations relatives à l'intégrité en recherche. Cependant, les normes régissant les pratiques des chercheurs, des évaluateurs de leurs travaux et des rédacteurs en chef de revues savantes (ou autres responsables de l'évaluation) ne sont pas toujours très explicites. De plus, les causes attribuées à l'inconduite et les solutions à y apporter sont encore loin de faire l'unanimité. Cet ouvrage espère amener les chercheurs, particulièrement ceux qui oeuvrent en sciences de l'administration, à réfléchir aux normes qu'ils veulent se donner à partir de ce qu'ils disent penser en ce qui regarde l'intégrité en recherche.

empty