• Les réflexions politiques d'Antonio Gramsci, qui sont contenues dans une trentaine de cahiers rédigés dans les geôles de Mussolini de 1929 à 1935, révèlent une pensée complexe, originale et profonde. En centrant son analyse sur la notion d'intellectuel, Jean-Marc Piotte donne une interprétation cohérente de l'ensemble de cette oeuvre et explique l'apport important de ce penseur, qui renouvelle la théorie marxiste en soulignant le rôle crucial des luttes culturelles dans les luttes politiques.

    Ce livre, paru pour la première fois en 1970, est précurseur de l'intérêt croissant pour un penseur politique du début du xxe siècle dont la pensée est d'une actualité flagrante, notamment pour ce qu'il dit du rôle politique de l'intellectuel en temps de crise.

  • L'essentiel à connaître sur les théories économiques !L'information économique est omniprésente dans nos sociétés, mais elle laisse souvent ceux qui y sont confrontés totalement désorientés. Entre les théories, les théorèmes, les lois économiques, ou encore les courbes de croissance et de décroissance, pas facile de s'y retrouver ! En 50 notions claires et concises, Michel Musolino fait la lumière sur les aspects les plus obscurs de l'économie, et décortique la pensée des plus grands théoriciens (John Maynard Keynes, Karl Marx, Adam Smith, etc.).
    50 notions dont :
    o La loi de l'offre et de la demande
    o Les théories de l'inflation
    o Le libéralisme
    o La théorie malthusienne
    o Le keynésianisme

  • « Les Mémoires de Serge, plus que le récit minutieux et détaillé de sa vie - qu'il ne fait d'ailleurs pas -, sont l'exposé critique des événements historiques et sociaux auxquels les hommes de ce temps ont dû s'affronter, et dont il convient de tirer des leçons pour que, plus avertie et donc plus assurée, la marche vers un objectif ou un idéal sans doute jamais assuré se poursuive. Il s'agit de rendre compte et, ce faisant, de se rendre compte. »
    - Jean Rière

  • Le paradigme hégélien de la reconnaissance, admirablement critiqué par Frantz Fanon dans l'oeuvre phare à laquelle ce livre rend hommage, est aujourd'hui évoqué, sous sa forme libérale, dans les débats entourant l'autodétermination des peuples colonisés, notamment les peuples autochtones d'Amérique du Nord. Politologue et militant, membre de la Nation dénée du Nord-Ouest du Canada, l'auteur reprend ici la critique fanonienne et démontre en quoi cette reconnaissance ne fait que consolider la domination coloniale.

    Cet ouvrage de théorie politique engagée appelle à rebâtir et redéployer les pratiques culturelles des peuples colonisés sur la base de l'autoreconnaissance, seule voie vers une réelle décolonisation. Penseur marxiste, Coulthard sait que le marxisme ne peut s'appliquer tel quel à la lutte des Autochtones, mais il en souligne la contribution potentielle et signe ici un véritable traité de combat décolonial et anticapitaliste.

  • La parution rcente du livre posthume de Louis Althusser, L'avenir dure longtemps suivi de Les Faits (ditions Stock / IMEC, 1992), m'incite noter, comme en marge, quelques souvenirs et rflexions sur une priode et un homme que j'ai connus la fois de trs prs et de trs loin. De trs prs, car j'tais, de 1961 1965, lve l'cole normale suprieure et, comme philosophe, directement en contact avec Althusser qui assurait, assez "thoriquement" il est vrai - non au sens althussrien mais au sens courant du terme - la prparation au concours d'agrgation de philosophie. De trs loin, car j'tais compltement indiffrent l'effervescence intellectuelle qui rgnait alors l'cole et autour de la personne d'Althusser, dont je dcidai immdiatement de "scher" les cours, moins par mpris de ceux-ci que par refus instinctif de m'associer au petit groupe de ceux qui les suivaient. L'alliance, chez Althusser, de la plus extrme lucidit et de la plus totale folie - alliance "contre nature", j'y reviendrai, qui fait d'Althusser un cas, au sens o l'on parle d'un "cas Wagner" ou d'un "cas Nietzsche" - m'a paru digne de rflexion. Ce cas est en effet doublement instructif, clairant d'un mme coup de projecteur ce qu'il peut y avoir de plus raisonnable et de plus insens dans le fonctionnement du cerveau humain. Clment Rosset Cet essai est paru en 1992.

  • Il semble évident de nos jours que l'hégémonie américaine ne compte pas s'affirmer par la construction d'un empire colonial. Pourtant, la puissance militaire des États-Unis est la plus importante et la plus redoutable que le monde ait jamais connue. Comment expliquer ce paradoxe ?

  • On dit George Steiner intransigeant. Il a la passion de l'absolu. Certains le redoutent pour son esprit acide et ses attaques virulentes, d'autres l'admire pour sa culture polyglotte, sa connaissance des textes classiques, ses engagements intellectuels et sa croyance éperdue, après la Shoah, d'une communauté humaine encore possible.
    Avec Laure Adler, George Steiner évoque sa jeunesse (il est né en 1929 de parents juifs viennois, ils migrent en 1940 à New York) et sa formation aux États-Unis, sa position sur le judaïsme, son amour des langues et les grandes mythologies de notre siècle : psychanalyse, marxisme, structuralisme. Il parle aussi de son amour infini pour ce qui fait le goût de la vie : la musique.
    Ce témoignage d'un des plus grands universitaires du XXe siècle au soir de sa vie, avec la complicité intellectuelle de Laure Adler, est une parfaite introduction à l'ensemble de son oeuvre.

    Portrait de George Steiner © Oscar Elias / AISA / Leemage Ce livre est issu de plusieurs series d'entretiens inities par France Culture entre 2002 et 2014, puis reecrits et restructures par les auteurs.
    © Flammarion, 2014.

  • Dit de combat, de révolte et d'amour. La poésie de Jacques Viau est celle des héros. Il nous raconte l'histoire d'une île coincée entre trois langues et une frontière, nous parle de poésie, de résistance, d'histoire et d'humanités à faire. Il est question d'un peuple grand comme le ciel qui éclaire le poème. La parole révoltée capte, dans la fraîcheur naïve des mots, un horizon de beauté et de grandeur. C'est Jacques Viau qui, de sa voix mélancolique, évoque son pays natal et son exil. Le poète dit le chant de la patrie, hymne à l'amour, à la vie et à l'espoir.

  • Jenny Marx Nouv.

    Et si, pour découvrir le véritable Karl Marx, il suffisait d'interroger Jenny, sa femme et première confidente?? Des rives de la Moselle à celles du Mississippi, du cabinet de Frédéric-Guillaume IV de Prusse aux bas-fonds de Londres, Jérôme Fehrenbach restitue la vie de celle qui fut l'amante, l'alliée et le grand amour de l'auteur du Capital. Loin des stéréotypes, il montre que Jenny von Westphalen, de son nom de jeune fille, était une bourgeoise typique du XIXe siècle, attachée aux apparences et aux convenances, et qu'elle n'hésitait pas, comme son mari d'ailleurs, à lorgner sur les héritages. Elle eut néanmoins un courage et une dignité qui forcèrent l'admiration de tous, y compris de ses ennemis. C'est aussi l'occasion de découvrir un nouveau Karl Marx, dans toute son intimité, où des failles et des aspérités méconnues de sa personnalité sont dévoilées pour la première fois.  Fondée sur des archives de famille inédites et des archives secrètes jamais consultées, cette biographie, la toute première du genre, est un événement éditorial. Elle révèle l'envers du décor à la fois conjugal et politique d'un couple mythique.   

  • Leur morale et la nôtre

    Léon Trotsky

    • Bookelis
    • 11 Juillet 2018

    Notre civilisation est celle du manichéisme. La planète se scinde en deux Empires antagonistes, l'Empire du Bien et l'Empire du Mal. L'Empire du Bien est l'Empire du Droit, de la Justice, du Respect de l'Individu, de la Raison. Les autorités morales y prêchent l'amour du prochain aux fidèles : 'Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse'. Dans l'Empire du Mal, au contraire, des autorités morales dépravées incitent des individus ivres de haine et de sang à faire à autrui tout le mal qu'ils ne voudraient pas qu'on leur fasse.

empty