Littérature générale

  • Couple : deux personnes de la mme espce considres ensemble.Couples en vacances avec enfants : spcimen d'un genre particulier qui attend l't avec impatience mais qui risque fort de finir la tte dans le sable.Les Bourdon et les Lafort ont lou deux appartements voisins dans une rsidence avec piscine en bord de mer. Chacun est arriv avec la mme envie : consacrer ce temps bni aux enfants, au repos, aux projets. Et tous sont rattraps par leurs obsessions propres : fuir un mari ennuyeux, gagner vite plus d'argent, faire oublier qu'on a pris dix kilos, faire semblant que tout va bien. Passe l'euphorie de l'chappe belle, ils ne tarderont pas dcouvrir que changer de vie a un prix, que la libert exige du souffle et qu'elle ne s'achte jamais bon compte.Avec un humour acide et une implacable clairvoyance, Nathalie Cte se fait entomologiste de la classe moyenne et pavillonnaire. En filigrane, elle dnonce le monde du travail, vritable machine tuer, et le monde matrialiste, qui propose vainement de se consoler en consommant crdit. On regarde ces personnages ni aimables ni dtestables se dbattre et renoncer. On les regarde, en esprant ne pas leur ressembler.

  • Dans son essai sur la révolte anti-puritaine dans la littérature américaine de l'Entre-deux-guerres, Nicole Guétin établit, à travers les plus grands écrivains de cette époque, le rapport entre le puritanisme des premiers colons du Nouveau Monde et les nombreux troubles de l'Amérique moderne. Dans certaines de leurs oeuvres, ces écrivains dénoncent les effets néfastes d'une mentalité qu'ils caractérisent comme figée et hypocrite. Encore aujourd'hui, dans certaines sphères sociales et politiques, l'impact de l'éthique puritaine reste vivace malgré l'attaque de ces hommes de lettres contre l'austérité et la rigueur de cet esprit qui risque de porter ombrage aux futures générations...

  • Oser penser par soi-même. Voilà le mot d'ordre des écrivains matérialistes des Lumières qui n'ont pas hésité à récuser l'existence de Dieu, à mettre en jeu la réalité d'une « substance spirituelle » - oxymore absurde s'il en est - et à illustrer l'aliénation de ceux qui adhèrent à ce qui mène inévitablement au théofascisme.

    Si Dieu est une chimère et les religions des « folies humaines », la matière, en revanche, existe par elle-même, travaillée par des forces qui rendent compte du monde tel qu'il existe. Du « frayage » des particules élémentaires au transformisme, en passant par la théorie des probabilités, les thèses matérialistes ont pu éclore parce que des « philosophes » ont abandonné le paradigme mécaniste au profit d'une conception complexe de l'organisme, fondée sur l'irritabilité et la sensibilité du tissu animal. L'auteur de Matières incandescentes analyse les conditions d'apparition et de développement des problématiques matérialistes des Lumières (1650-1780) dans une synthèse impeccable qui souligne les liens qui se sont tissés entre réflexion philosophique et avancées scientifiques.

    Professeur émérite de l'Université d'Ottawa, Pierre Berthiaume est spécialiste de la littérature française du xviiie siècle et des relations de voyage en Amérique du Nord. Sa bibliographie comprend nombre d'ouvrages et d'articles qui couvrent les deux domaines de recherche.

empty