Tallandier

  • 6 juin 1944 : les Alliés débarquent en Normandie. Après 80 jours de combat, ils libèrent Paris. À la fin mars 1945, la bataille est terminée dans l'est de la France. Il n'en est pas de même à l'Ouest, où 75 000 soldats de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine résistent sans faillir aux assauts des troupes alliées et françaises dans six forteresses édifiées sur le littoral de France : Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle, Royan et la pointe de Grave. Grâce à de monumentales batteries d'artillerie, des fossés antichar et une défense aérienne redoutable, les soldats allemands ont reçu l'ordre de Hitler de tenir jusqu'au bout. Le 14 avril 1945, sous la conduite du général de Larminat, la campagne de l'Atlantique est déclenchée. Après des semaines de combats acharnés où près de 60 000 civils sont pris en otage, les troupes françaises - pourtant peu expérimentées et faiblement armées -, formées pour l'essentiel de combattants FTP et FFI, obtiennent la reddition de l'ennemi. En moins d'un mois, les poches sont réduites les unes après les autres : Royan (18 avril), l'île d'Oléron (1er mai), l'île de Ré et la Rochelle (7 mai), Dunkerque (9 mai) Lorient (10 mai) et Saint-Nazaire (11 mai). Au final, des villes entièrement dévastées où les « empochés » ont enduré des conditions de vie épouvantables alors que le reste du pays fêtait la Libération. Stéphane Simonnet lève ici le voile sur les batailles oubliées de la libération de la France.

  • De 1939 à 1945, le monde entier s'embrase, des neiges de Finlande aux sables du désert de Libye, des îles du Pacifique aux plages normandes, des hauts plateaux d'Éthiopie aux mornes steppes russes. Une guerre totale menée sur terre, sur mer et dans les airs, qui n'épargna pas les populations civiles bousculées, déplacées, contraintes au travail forcé, pillées, bombardées, massacrées, exterminées.
    Cette histoire de la Seconde Guerre mondiale est à la fois une explication et un récit.
    Sans négliger la narration des combats, elle accorde une large place aux enjeux idéologiques, politiques et stratégiques, à la propagande, et souligne le poids déterminant de l'économie ou des technologies, en évoquant la mobilisation des sociétés en guerre et les affres de la vie quotidienne. Des états-majors aux champs de bataille, des témoignages des principaux acteurs aux souvenirs des plus humbles victimes, ce livre nous entraîne au coeur du drame, à jamais gravé dans les mémoires, qui coûta la vie à 60 millions d'êtres humains.

  • Dclenche le 6 juin 1944, la bataille du Cotentin reprsente un enjeu primordial pour les Allis : s'ancrer dfinitivement sur le sol franais. Aprs deux mois d'une lutte acharne dans le bocage et les marais normands, elle met un point final au Dbarquement. Le 26 juin 1944, les troupes du gnral Bradley s'emparent de haute lutte du port de Cherbourg. Victoire symbolique, mais illusoire : l'arme allemande impose son adversaire une terrible guerre d'usure dans le bocage et les marais du Cotentin : chaque haie, chaque bosquet est un nid de rsistance pour les soldats allemands. la Haye-du-Puits, 10 000 GI meurent pour progresser d'une dizaine de kilomtres, soit un mort par mtre. Les villes et villages bombards, notamment Saint-L, sont en ruine et la population en exode. Hitler s'obstine et donne des ordres contradictoires et insenss. Finalement, le 25 juillet, l'opration Cobra explose sous un tapis de bombes la ligne de front allemande. Les blinds de Patton s'engouffrent dans la brche, percent en direction d'Avranches et foncent vers la Bretagne et le Mans. Malgr une contre-offensive dsespre de l'arme allemande, les Allis ne peuvent plus tre arrts. Au grand dam de ses gnraux, Hitler a sacrifi ses meilleures units, dont la sinistre 2e division Panzer SS Das Reich du gnral Lammerding, et prcipit la dfaite de l'Allemagne en Normandie. Le Dbarquement est achev.

empty