• Trente écueils menaçants cernent l´île de Sarek en Bretagne. Les habitants superstitieux l´appellent «l´île aux trente cercueils». Une légende les hante : trente victimes doivent mourir en croix dont quatre femmes. Véronique d´Hergemont, venue chercher son fils après quatorze ans d´absence, a la désagréable surprise de voir ses initiales sur les bornes, sur les portes des chapelles et son visage sur un dessin de femme crucifiée ! L´étrange atmosphère des légendes celtes, cette «Pierre-Dieu qui donne mort ou vie», la prédiction sanglante, le monstrueux comte Vorski, voilà de quoi frissonner d´angoisse et de terreur. Arsène Lupin, heureusement, et un petit chien nommé Tout Va Bien, sont là pour affronter la malédiction ! Dans ce roman fantastique, le sens du suspense et de la mise en scène de Maurice Leblanc fait ressortir l´humour du dénouement. 

  • « Allô, le service de la Sûreté ? M. l'inspecteur principal Ganimard est-il ici ? Pas avant vingt minutes ? Dommage ! Enfin. Quand il sera là, vous lui direz ceci de la part de Mme Dugrival. Oui, Mme Nicolas Dugrival. Vous lui direz qu'il vienne chez moi. Il ouvrira la porte de mon armoire à glace et, cette porte ouverte, il constatera que l'armoire cache une issue qui fait communiquer ma chambre avec deux pièces. Dans l'une d'elles, il y a un homme solidement ligoté. C'est le voleur, l'assassin de Dugrival. Vous ne me croyez pas ? Avertissez M. Ganimard. Il me croira, lui. Ah ! J'oubliais le nom de l'individu : Arsène Lupin »

  • Alors que cinq siècles les séparents, un peintre et une romancière vont se retrouver liés par le plaisir des mots et des livres, et surtout par un lieu : le Mont St Michel. Chacun leur tour, portés par la force et la beauté du lieu, ils vont en arpenter tous les recoins et y trouver l'inspiration.
    Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C'est là, entre les murs gris de l'abbaye, que, au XVe siècle, un peintre rencontra un amour incandescent qui le hanta à jamais et c'est là qu'il découvrit, envoûté par les enluminures, la beauté du métier de copiste. C'est également là, entre ciel et mer, que cinq cents ans plus tard une romancière viendra chercher l'inspiration. Est-il encore possible d'écrire quand on vient de donner la vie ?
    Dans ce lieu si emblématique, leurs destins se croisent malgré les siècles qui les séparent.
    À la fois roman et carnet d'écriture, Au péril de la mer est un fabuleux hommage aux livres et à ceux qui les font.
    Prix littéraire du Gouverneur général 2015

    " Une dentelle d'eau, d'encre et de pierre dont on ne veut perdre aucun fil. " - L'Actualité

    " L'écriture de Dominique Fortier est portée par une langue riche, belle et évocatrice. "- La Presse

    Prix littéraire du Gouverneur général 2015

  • Ce livre ludique aborde des aspects inconnus et surprenants de lhistoire normande avec, au fil des pages, des références et des symboles puissants.

    Des invasions vikings au camembert, en passant par l'histoire de la tapisserie de Bayeux, l'auteur présente, avec humour, 100 raisons d'être fier d'être Normand.

    Les 100 raisons sont réparties en grands chapitres : histoire, personnalités, marques

  • - Avec ses 1 332 notices complétées de 40 cartes, ce dictionnaire constitue un instrument indispensable à une consultation ponctuelle que facilite un double système de renvois.
    - C'est aussi une histoire en soi, au gré des approches du lecteur. Il y a en effet plusieurs façons de «visiter» l'histoire du Débarquement en Normandie: les personnes (soldats mais aussi civils et hommes politiques), les lieux (plus de 400 communes et villes), les opérations et les théâtres de combats, les unités combattantes des deux camps, les armes et les matériels (sans oublier les navires et les avions), la logistique, les pays belligérants...
    - On trouvera aussi denombreuses notices consacrées à la guerre psychologique, à la vie quotidienne des soldats et à celle des civils, à la presse et au cinéma, au tourisme de mémoire.

  • La période qui s'étend de 1350 à 1500 est l'une des plus sombres de l'histoire de la Normandie. La guerre de Cent Ans porte atteinte à l'économie locale et la région est en partie occupée par les Anglais. En 1469, Louis XI supprime le duché de Normandie, ce qui marque la fin de la Normandie médiévale.

  • Après un XVIIe siècle marqué par la crise, la Normandie connaît, au XVIIIe siècle, une phase nouvelle d'expansion. Économie diversifiée et ouverte sur le monde, timide intégration au marché, amélioration du niveau de vie, paix religieuse, vie culturelle brillante caractérisent la vie de la Province jusque dans les années soixante-dix du siècle. Puis aux émotions populaires dues à la montée du chômage, à la remise en cause du despotisme ministériel par la noblesse et la bourgeoisie qui avait profité de l'élan économique, à l'agitation croissante du parlement qui se proclamait porte-parole de tous les intérêts anti-absolutistes, viennent s'amalgamer l'exaspération et le malaise d'une masse paysanne excédée par le prélèvement seigneurial et royal. La conjonction de ces mécontentements conduit à la destruction de l'Ancien Régime politique. La Révolution modifie la structure sociale en permettant la fusion des élites sociales et culturelles ainsi que la constitution d'un nouvel ordre politique et, en supprimant le privilège de naissance, elle achève le processus d'intégration à une communauté de citoyens libres et égaux qu'elle appelle Nation.

  • En 1204, la Normandie est conquise par le roi de France, Philippe Auguste. Il s´agit pour la province d´un événement de première grandeur, car depuis plusieurs siècles elle avait eu une histoire singulière, marquée notamment par la conquête de l´Angleterre (1066), à laquelle son destin était lié depuis lors. Au cours du XIIIe siècle, la Normandie est d´abord colonisée par les Français d´Île-de-France, puis elle s´intègre progressivement dans le royaume de France, en particulier grâce à l´action de Saint Louis. Sous Philippe le Bel, les Normands parviennent pour la première fois au pouvoir. Malgré les difficultés politiques, le XIIIe siècle est un temps de croissance et de prospérité, se traduisant par une expansion agricole doublée d´un remarquable essor urbain. Le XIVe siècle correspond à un retournement de conjoncture. La crise économique débouche sur une grave crise démographique, et surtout sur le retour de la guerre, qui frappe directement la province. La Normandie apparaît en effet comme un enjeu majeur du nouveau conflit entre la France et l´Angleterre, qu´on appelle la « guerre de Cent Ans ».

  • Arsène-Georges Lepoittevin, orphelin de l'hôpital-hospice de Valognes est enrôlé dans les fermes avant treize ans comme tâcheron agricole. Avec pour salaire le prix d'un pain par jour, il subit son existence au « cul des vaches ». En décembre 1939, à dix-sept ans, habité par un sentiment permanent de révolte, il décide de s'engager sur la mer pour sauver la France. En 1941, le marin devenu radiotélégraphiste de l'école des Radios de Lorient, tente de rejoindre les Forces Navales Françaises Libres. Des soldats français stationnés comme lui au Maroc l'en empêchent. Mis en prison, il est interné, maltraité et torturé. Exfiltré de sa geôle marocaine par des résistants, il rejoint Londres et le Général De Gaulle puis participe au débarquement à bord de La Surprise avec le capitaine Jean-Marie Levasseur. A la fin de la guerre, il se marie avec une anglaise et s'installe dans le région de Londres.
    Officier de la légion d'honneur, médaillé militaire, etc., Arsène-Georges Lepoittevin a reçu des mains de la Reine d'Angleterre la prestigieuse MBE (Membre de l'Empire Britannique). Parfaitement intégré à la société anglaise il est aussi un champion de boules anglaises très populaire.

  • Ce récit a pour fond historique la Résistance en Normandie pendant la seconde guerre mondiale. Il s'agit du témoignage d'un homme qui, par le biais de l'écriture, explique son implication dans la Résistance et raconte un fait authentique qui se déroule dans un hameau normand où un acteur du crime du marché noir est démasqué par l'un des responsables de la Résistance.
    L'auteur témoigne de la vie tragique de ce village et de ce qui en découle pour les membres de la Résistance qui seront dénoncés auprès du QG allemand. Ils seront torturés, certains exécutés et d'autres emprisonnés...

  • Voici réunis pour la première fois une soixantaine de documents inédits rédigés par des FFI, des résistants ou de simples témoins, sur leur action durant la bataille de Normandie. C'est une histoire bien différente de l'histoire officielle que nous racontent ces paysans, ces notables, artisans, mères de famille, instituteurs, gendarmes ou curés de village, telle qu'ils l'ont vécue de l'autre côté de la ligne de front, au coeur de la puissance ennemie et sous les bombes anglo-américaines. Pourquoi la résistance s'est-elle trouvée si désarmée à la veille de la libération ? Pourquoi a t-elle été ignorée si longtemps par les Alliés, quel est son rôle exact dans les opérations et surtout, comment a ?t-elle pris en main son destin, c'est ce que nous racontent ces récits passionnants, animés tout à la fois par la fierté de combattre pour sa liberté, la peur et le chagrin devant les morts et les destructions. À travers les questions qu'ils soulèvent, on se rend compte que la Normandie ne fut pas seulement le territoire où s'est jouée la victoire militaire sur le nazisme. Elle est aussi un terrain d'affrontement politique entre les alliés anglo-américains et la France combattante du général de Gaulle qui lutte pour retrouver sa souveraineté et sa grandeur.

empty