Littérature générale

  • Sukkwan island

    David Vann

    Une île sauvage du Sud de l'Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C'est dans ce décor que Jim décide d'emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d'échecs personnels, il voit là l'occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu'il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu'au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. Couronné par le prix Médicis étranger en 2010, Sukkwan Island est un livre inoubliable qui nous entraîne au coeur des ténèbres de l'âme humaine.

  • On le surnomme « Laitier » parce que sa mère a continué de lui donner le sein en cachette jusqu'à ses trois ou quatre ans. Son vrai nom, c'est Macon Mort, le même que son père. Il vit dans le Nord, dans la région des Grands Lacs. Mû par la recherche d'un trésor enfoui, dit-on, dans une grotte, Laitier entreprend un voyage vers le Sud, d'où est originaire sa famille. C'est là qu'il découvrira son histoire familiale, que seule une comptine chantée par les enfants d'un village a conservée. Une comptine racontant la légende de Salomon qui s'envola pour retourner en Afrique, et qui laissa tomber le bébé qu'il portait dans ses bras.
    Publié en 1977 aux États-Unis et en 1996 en France, Le Chant de Salomon est le troisième roman de Toni Morrison, et celui qui l'a solidement installée sur la scène littéraire américaine. Excellente introduction à son oeuvre selon l'Académie suédoise, qui décerna à son autrice le prix Nobel en 1993, il est réédité augmenté d'une préface de Christiane Taubira.

  • La maladie de Sachs

    Martin Winckler

    Dans la salle d'attente du docteur Bruno Sachs, les patients souffrent en silence.
    Dans le cabinet du docteur Sachs, les plaintes se dévident, les douleurs se répandent.
    Sur des feuilles et des cahiers, Bruno Sachs déverse le trop-plaint de ceux qu'il soigne.
    Mais qui soigne la maladie de Sachs?

  • Larmes à chaud

    Cyril Demainaz

    Marcel, et ses générations, ont envie de pardonner.
    Pardonner aux acteurs de ces histoires. Mais l'époque est-elle propice ?
    Pour cela, il lui faut comprendre : ce qu'il s'est passé , quitte à inventer des passages qu'il ne peut, rationnellement, connaître. L'écriture sert à cela. À boucher les trous de nos mémoires incomplètes. Et de son aveu même, à Marcel..., il vaut mieux parfois inventer plutôt que d'en être certain ! C'est meilleur afin de comprendre... surtout si on veut pardonner.
    Il faut trois , ou quatre , générations pour ce faire : à moins que la parole ne se libère ! C'est toute la chronologie qu'il faut questionner...
    Ces trois histoires peuvent nous parler...
    Surtout qu'elles proviennent d'une profusion de larmes chaudes.
    Réinventer son monde, ça secoue toujours un peu...
    Tant pis... Tant mieux !

  • Ce livre est un monstre. Monstre d'audace, de sophistication, de pittoresque. Écrit en français (ancien, moyen et moderne), québécois, chiac et innu, avec des pointes d'espagnol et de latin, cet énorme roman à la mise en page acrobatique vous fera tour à tour penser à Rabelais, Chrétien de Troyes, Michel Tremblay, James Joyce, Raymond Queneau, Jacques Ferron, Victor-Lévy Beaulieu et Fred Pellerin.

    Ce livre est aussi la chronique extraordinaire et véridique d'un village où le ciel est plus clair qu'ailleurs, les femmes plus belles et les hommes plus larges et plus forts : Saint-Nérée «terre ashini» royaume «shatshitun» sis en bellechassoise contrée. C'est l'histoire d'un héros comme il ne s'en fait plus, champion de fond de rang, géant de rurale appartenance, dont les horribles faits et prouesses épouvantables marquèrent à jamais sa région. Un roman de grand courage et de haute trahison, un hymne au sexe cru, à l'éternel enchevêtrement des langues, «peaux tambours» corps assoiffés, «ivresse aimun» une orgie de mots : un buffet bien arrosé.

empty