Sciences humaines & sociales

  • Un jeune officier, Drago, attend dans un fortin perdu au bord d'une frontière morte. Il attend l'invasion qui justifiera sa vie. Et toute sa vie va se consumer en cette attente. Lorsque l'invasion, enfin, se déploie du fond de l'horizon vide, il est trop vieux et s'en va mourir à l'écart, solitaire. Alors, « dans l'obscurité, bien que personne ne le voie, il sourit ». On aura reconnu, résumé à grands traits, le roman le plus célèbre de Dino Buzzati (1906-1972). Mais sait-on assez que Le Désert des Tartares s'intègre dans une oeuvre d'une parfaite cohérence, et qui constitue une incomparable méditation pascalienne sur la condition humaine ? Les thèmes abordés par Buzzati sont à la fois quotidiens et éternels : la solitude, l'angoisse, la mort, l'amour, la souffrance, la pitié... Mais le ton dont il les traite n'a rien de philosophique ni de dogmatique : il se veut et reste un conteur, un merveilleux inventeur d'histoires. Les formes qu'il utilise sont, elles-mêmes, d'une extrême variété : nouvelles, romans, contes, science-fiction, poésie, théâtre, journal intérieur, bande dessinée, reportages de presse. Complétée par d'importants extraits d'entretiens que Dino Buzzati eut, quelques mois avant sa mort, avec Yves Panafieu, l'approche de Michel Suffran est celle d'un lecteur passionné de celui qui, sous une transparente simplicité de regard et d'écriture, apparaît de plus en plus comme un contemporain capital, un témoin fraternel de notre aventure intérieure.

  • Née à Saint-Sauveur-en-Puisaye en 1873, Sidonie Gabrielle Colette quitte sa Bourgogne aimée à l'âge de vingt ans, au bras de son époux, Henry Gauthier-Villars, dit Willy. Journaliste de talent, coqueluche des salons parisiens, Willy dirige une équipe de « nègres » talentueux dont il signe les productions. Colette livrera ainsi quatre romans à succès : la série des Claudine. Séparée de Willy, elle signe enfin ses propres oeuvres : La Retraite sentimentale, Les Dialogues de Bêtes, La Vagabonde, Les Vrilles de la vigne, tout en se produisant sur la scène des music-halls parisiens et provinciaux. En 1912, elle épouse Henry de Jouvenel, qui dirige Le Matin, et met au monde, en 1913, sa fille Colette, dite « Bel-Gazou ». Elle publie notamment, en 1919, Mitsou ; Chéri, en 1920, est un immense succès. En 1923, paraît Le Blé en herbe, puis La Maison de Claudine, marquant le retour de Colette à son enfance sous le règne enchanteur de sa mère : Sido. La Naissance du jour (1928), sur le thème du renoncement à l'amour, puis Ces plaisirs (Le Pur et l'Impur), en 1931, sont la clé de voûte d'une oeuvre qui a fait de Colette l'un des maîtres prosateurs du siècle. Peu à peu, contrainte à l'immobilité, elle apprivoise sa souffrance et plonge dans le passé avec Journal à rebours, un roman à clés : Julie de Carneilhan (1941), et une oeuvre pétillante : Gigi. Elle cisèle encore le souvenir de Sido dans L'Étoile Vesper (1946). Colette s'éteint le 3 août 1954. « Il m'a fallu beaucoup de temps pour noircir une quarantaine de volumes. » Une longue route sonore, une oeuvre qui chante, comme une source inépuisable.

empty