• Et si la crise tuait le jacobinisme ?
    Voici des échanges entre Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, et léconomiste Nicolas Bouzou à propos de lacte III de la régionalisation. Au-delà de leurs appartenances politiques respectives, les deux hommes ont souhaité montrer que la poursuite de la décentralisation de lÉtat entamée en 1982 était une nécessité en ces temps de crise.
    À lheure où lon sinterroge sur les compétences, difficiles à cerner, des différentes collectivités locales et de lÉtat, il est temps de renforcer le pouvoir des territoires et de redéfinir le rôle de chaque acteur sur le terrain, à commencer par celui de lÉtat. Cette clarification est urgente. Elle doit redonner force et courage à tous ceux qui ont compris que, face à la crise, le centralisme nétait pas la solution.

  • Un pays est d'abord un territoire, et il a fallu des siècles pour occuper celui du Québec. Mais la désintégration des régions périphériques et le fossé qui se creuse chaque jour davantage entre elles et la région de Montréal constituent une menace sans précédent pour l'identité, l'intégrité et l'avenir du Québec.

    Depuis la parution de la première édition en 2006, «Y a-t-il un avenir pour les régions?» est devenu un livre de référence pour penser la problématique des régions au Québec. Si plusieurs situations ont évolué, le constat qu'y posait Roméo Bouchard garde toute sa pertinence car depuis, la dévitalisation et la pression sur les ressources forestières, agricoles et surtout minières s'accentuent dans les régions périphériques.

    Cet essai percutant, entièrement réactualisé, dresse un bilan sans complaisance de 40 ans de politiques de développement régional et d'initiatives de développement local et propose une véritable politique d'occupation du territoire. Traçant un portrait précis de chacune des régions administratives du Québec leur histoire, leurs particularités, leurs richesses et leurs défis , il révèle le Québec dans toute son étendue et sa variété. Il inspirera à coup sûr des projets de voyage, de développement rural et d'entraide inter-régionale.

  • Les causes de la stagnation et du déclin de l'économie montréalaise étant identifiées, que faire? Voilà la question qui motive ce livre. On y présente cinq grands défis auxquels fait face la métropole: le déclin; le recyclage des zones industrielles; la mobilité des biens et des personnes; l'équilibre écologique et le développement durable; et, enfin, la diversité ethnique, culturelle et linguistique. Devra-t-on pour relever ces défis affirmer la spécificité de l'île de Montréal à travers la définition d'un statut politique, économique et linguistique particulier ou plutôt miser sur l'ensemble de la région métropolitaine ou encore élargir la question au contexte interrégional québécois?


  • La maîtrise des sources, le pompage des lacs et rivières ou l'élargissement de la distribution relèvent d'un pan méconnu de l'histoire de la Suisse et de ses villes. Les municipalités, pour créer leur réseau d'eau, l'étendre et s'assurer des reven

empty