• Comment l'enfant (et l'adolescent) devient-il un sujet, acteur de sa vie, pour habiter le lien social avec ses contemporains ? Comment le néolibéralisme, de mutation en mutation, affecte-t-il les conditions requises pour ce processus anthropologique ?

    À partir de l'évolution des symptômes de l'enfant, de sa place dans la société, de l'accueil qui lui est réservé, l'auteur, en tant que praticien de la psychanalyse, chercheur, enseignant et militant (politique, syndical, associatif), s'interroge sur la logique qui préside à ces mutations et qui produit des mauvais traitements à l'égard de l'enfance. Il explore les solutions que les sujets formatés par l'idéologie de l'époque trouvent pour se loger dans le monde. Il en vient ainsi à dessiner quelques perspectives cliniques nouvelles.

    Dans cette réflexion, la psychanalyse constitue à la fois un appareil de lecture et un « poumon artificiel », et le désir de l'analyste, une chance pour la singularité de chaque analysant. L'éthique de la psychanalyse, parce qu'elle est au service de cette singularité, appelle à livrer la bataille politique pour l'enfant.

  • Cet ouvrage se propose de baliser quelques-uns des enjeux de l'adoption, dans des registres tant sociétaux que culturels et psychiques. Comment le débat actuel autour d'un primat à donner à l'un des registres de la filiation - biologique, juridique, psychique - ravive-t-il l'interrogation sur les origines ? Mais aussi quelles seraient les conditions favorables à ce que parents et enfants puissent tisser ensemble la trame commune dans laquelle se réalisera l'ancrage généalogique ?

  • « L'Amour sans visage est un récit autobiographique dont la structure est un peu comme celle d'un manège où tout tourbillonne. L'impulsion initiale est donnée par un événement dramatique et ineffaçable : à la sortie de l'école, un jour d'octobre 1942, c'est une autre main que celles de ses parents (« partis en voyage », lui dira-t-on) qui se saisit de celle d'une petite fille, et pour elle aussitôt, elle le comprend, tout bascule.
    Sauvée elle passera la guerre dans un village de l'ouest, où ceux qui l'ont recueillie tiennent un café. Cette plongée dans la campagne de la France occupée, et ce qui lui fera suite, dans la prime jeunesse comme à l'âge adulte, tout repose sur un puits de silence ? celui où ses parents ont disparu : le mouvement de ce livre est justement d'aller puiser à cette eau, de remonter de l'oubli vers la mémoire. » Jean-Christophe Bailly

  • Le roman du deuil. La mère accompagne son fils mourant - qu'advient-il quand une mère impuissante assiste à la mort de son enfant? Comment poursuivre la route après? Les paysages ont-ils le même goût? Pour réparer tout cela et pour traverser les routes du monde, Virginia Pésémapéo Bordeleau a décidé d'écrire ce roman avec l'aide du fils décédé, dont la douce voix habite la mère. Leurs conversations alternent entre souvenirs et histoires de vie. Les enfances se mêlent autant que les douleurs. La romancière, grâce à ce roman, rend présente et vive l'absence. Un livre puissant, tendre et lumineux.

  • Préface de Pierre Delion Alors que les films de la saga Twilight pulvérisent le box-office et que le surnaturel continue d'envahir le petit écran, cet ouvrage tente de comprendre de manière ludique les raisons d'une telle appétence pour l'horreur fantastique chez les adolescents et d'en proposer des pistes thérapeutiques. L'objectif de cet ouvrage est de permettre aux adultes (soignants ou non) de comprendre pourquoi les adolescents sont si attirés par l'horreur fantastique, pourquoi ce n'est pas une si mauvaise chose et enfin comment cela peut-être utilisé dans la pratique clinique. S'appuyant sur l'actualité culturelle de l'horreur fantastique (sortie au cinéma en 2011 et 2012 de blockbuster comme Twilight ou Harry Potter), elle analyse les cinq grandes figures mythiques horrifiques : le vampire, la maison hantée, le loup-garou, la jeune fille et la créature de Frankenstein. Elle propose d'en tirer un outil de travail avec les adolescents, proche de l'utilisation en vogue actuellement des contes chez les enfants. Marion Hendrickx, psychiatre, praticien hospitalier en novembre 2011 au groupe hospitalier de l'Institut catholique de Lille. chef de clinique, ancien interne du CHR de Lille, thèse de médecine dirigée par le Professeur Pierre Delion formée à la thérapie familiale d'inspiration analytique à Temps Forum, organisme affilié à la Société française de thérapie familiale psychanalytique.

  • Boss Company VS Zompires

    Herve Bouyer

    Tout est parti d'un rêve... ou peut-être d'un cauchemar ! Ce premier roman jamais édité date de 2018. Une histoire de famille dans une France post-apocalyptique avec une héroïne bien poivrée et un narrateur complètement déjanté. Action, humour et zombies, c'est le cocktail pour vous faire rire ou pleurer !

  • Vivre sa parole comme on vit avec ses yeux chaque mot attend son heure ce que l'on voit revient d'un temps collé à l'ombre le terre n'est jamais loin du ciel Laure Morali nous dit: Mon grand-père avait perdu son pays et me le rendait chaque matin en me faisant boire le jus de l'orange sanguine. Offrir le monde dans un fruit, tel est le don de la poésie. L'humanité au creux de la main tendue, portée par le poème.

empty