• Lorsque nos infrastructures se détériorent, que les prestations sociales sont gelées, que nos conditions d'existence se précarisent, c'est à cause des paradis fiscaux. Source d'inégalités croissantes et de pertes fiscales colossales, le recours aux paradis fiscaux par les grandes entreprises et particuliers fortunés explique les politiques d'austérité. Qui plus est, les États ont légalisé des stratagèmes offshore qui contreviennent au principe même du fisc. En cinq chapitres d'une redoutable efficacité, Alain Deneault soulève la question politique de cette escroquerie légalisée. Comment définir les législations de complaisance, quelles sont les conséquences dramatiques de cette spoliation et comment contrer la souveraineté privée ainsi conférée aux puissants? Il est urgent de mettre fin à cette architecture insensée par laquelle les contribuables financent non seulement les services publics dont les entreprises profitent, mais aussi les banques via le service de la dette, le tout en s'appauvrissant.

    Cet essai, d'abord publié au Québec, a été entièrement adapté au contexte européen avec la collaboration de Lucie Watrinet.

  • Pourquoi, aujourd'hui, faire carrière au service de l'État? Quels défis la jeunesse peut-elle y trouver? Pour répondre à ces questions, le présent ouvrage dresse un tableau sans complaisance de l'univers qui attend le jeune qui voudrait travailler dans l'administration publique. Tout en mettant en relief les changements survenus depuis le moment où il devenait fonctionnaire en 1973 jusqu'à son départ en 2014, l'auteur livre sa perception des défis auxquels sont désormais confrontés les employés de l'État.

    Cet ouvrage expose les principales composantes de l'environnement gouvernemental, situe le rôle des acteurs politiques et administratifs et décrit les contraintes éthiques, juridiques, administratives et budgétaires qui s'imposent dans cet univers. Il met aussi en évidence l'importance et la noblesse de la tâche de serviteur de l'État, aujourd'hui différente à plusieurs égards de ce qu'elle était il y a quelques décennies.

    Le cheminement à double perspective de l'auteur - celle de praticien et celle d'universitaire - offre un point de vue original sur les sujets abordés. Son expérience pédagogique et son goût de la synthèse rendent accessibles des contenus en apparence techniques et réservés aux initiés. Sous forme épistolaire, cet essai rassemble une trentaine de lettres destinées à un jeune de la relève, teintées d'humour et ponctuées d'anecdotes personnelles, ce qui donne un ton convivial à l'ouvrage, lequel s'inscrit dans une approche de type mentorat.

    Choisir l'administration publique? s'adresse à quiconque cherche à comprendre les rouages de l'appareil gouvernemental et de l'administration publique ou est attentif à ce qui se joue dans la sphère étatique: fonctionnaires en poste ou en devenir, administrateurs publics, personnel politique, étudiants, journalistes, chercheurs et citoyens.

  • Un pays peut-il avoir une main-d'oeuvre très syndiquée, percevoir des taxes élevées et offrir de généreux programmes sociaux tout en maintenant une croissance économique hors pair - surpassant celle d'États néolibéraux - et un niveau d'égalité sociale exceptionnel? Oui: c'est la social-démocratie 2.1, et les pays scandinaves en sont les champions. Le Québec est l'endroit en Amérique du Nord le plus syndiqué, le plus taxé et celui qui offre le plus de services publics; il est aussi de plus en plus confronté à des choix difficiles en raison du vieillissement de sa population et de la précarité de ses finances publiques. Il s'agit d'une situation semblable à celle des pays scandinaves qui, dans les années 1990, ont entrepris la réforme de leurs systèmes de santé, d'éducation et de retraite; une réforme si importante, en fait, que l'on peut réellement parler de social-démocratie 2.1. Comment le Québec se compare-t-il aux pays nordiques? Face aux problèmes actuels, peut-il vraiment s'inspirer de leurs politiques sociales et économiques? Les auteurs de cette seconde édition, revue et augmentée de plusieurs nouveaux chapitres, spécialistes des sociétés scandinaves et du Québec, répondent à ces questions de façon éclairée.

  • Depuis une trentaine d'années, les services et les secteurs publics occidentaux sont l'objet de réformes inspirées par la nouvelle gestion publique. L'administration publique québécoise ne fait pas exception. Dans ce contexte, cet ouvrage cherche à saisir l'influence de la nouvelle gestion publique sur le régime de négociation collective propre au secteur public et parapublic québécois. Après une description des principales caractéristiques de ce régime, ainsi que des fondements de la nouvelle gestion publique, l'attention est portée sur la négociation collective dans les secteurs de la fonction publique, de la santé et des services sociaux et de l'éducation. L'analyse permet de réfléchir à l'influence du régime de négociation collective sur la capacité de l'État à imposer ses volontés en matière d'organisation du travail et de modes de gestion, et sur la capacité des organisations syndicales à y faire face.


  • La Suisse n'est pas si rétive aux réformes qu'on veut bien le dire. Le peuple l'a démontré en 2004 en approuvant à 65% une révision globale du système de péréquation financière entre Etat central, cantons et communes, sans oublier d'autres niveaux


  • La maîtrise des sources, le pompage des lacs et rivières ou l'élargissement de la distribution relèvent d'un pan méconnu de l'histoire de la Suisse et de ses villes. Les municipalités, pour créer leur réseau d'eau, l'étendre et s'assurer des reven

empty