• Le roman du deuil. La mère accompagne son fils mourant - qu'advient-il quand une mère impuissante assiste à la mort de son enfant? Comment poursuivre la route après? Les paysages ont-ils le même goût? Pour réparer tout cela et pour traverser les routes du monde, Virginia Pésémapéo Bordeleau a décidé d'écrire ce roman avec l'aide du fils décédé, dont la douce voix habite la mère. Leurs conversations alternent entre souvenirs et histoires de vie. Les enfances se mêlent autant que les douleurs. La romancière, grâce à ce roman, rend présente et vive l'absence. Un livre puissant, tendre et lumineux.

  • Au début, il y eut ce tremblement intérieur, un frémissement devant les blessures de la vie ou encore ce mouvement comme une danse lors des moments heureux. Puis l'alphabet est arrivé.
    Je croyais que je n'y arriverais jamais, seule dans cette classe qui ne savait pas la langue de l'autre. Ensuite les mots sont nés, les phrases, les paragraphes complets jamais dévoilés, toujours cachés.

    "Je suis le choc de deux cultures, la blanche de béton et de fer, la rouge de plumes, de fourrures et de cuir tanné à l'odeur âcre de bois qui fume."

empty