Grasset

  • Au début du XVIIIe siècle, un singulier concours de circonstances précipite un jeune musicien au coeur d'une énigme qui, pour être résolue, devra tenir compte de trois indices : un tableau du Caravage dont tous les personnages, sauf un - Judas -, proviennent mystérieusement d'un autre tableau représentant une bande de brigands... Un "Stabat Mater", dont l'auteur, en mourant, confie l'achèvement à son disciple... Le récit d'un certain Timon où l'on pourrait déchiffrer l'histoire d'une cité qui n'a peut-être pas existé. Un roman en trompe-l'oeil, qu'une géométrie secrète gouverne et propulse vers des paysages où l'auteur se retrouve en compagnie de Jorge Luis Borges.
    Jean-Olivier Tedesco est né en 1955. Enarque, mélomane, italien par l'esprit et par le coeur, il signe ici son premier roman.

  • ... On prétendit alors qu'Angelo avait été assassiné, un matin, à la terrasse d'un café de Saint-Germain-des-Prés. Mais comment se fait-il que certains témoins affirment l'avoir rencontré par la suite ? Et comment expliquer l'étrange concordance de ces témoignages avec les rêves de l'ethnologue Louis Desjardins ? On pourrait, sur ce sujet, broder bien des histoires. L'on s'en gardera car il n'est pas sûr que, dans cette affaire, la vérité soit taillée dans le vraisemblable. D'ailleurs, un très inquiétant homme d'influence - qui s'est mis en tête, allez savoir pourquoi, de faire coucher sa femme avec l'ethnologue - a son idée sur la question. Une idée perverse, plausible. A moins, bien sûr, que Louis Desjardins ne soit fou depuis longtemps. A moins qu'Angelo ne soit pas vraiment mort. A moins que Desjardins et Angelo...

  • Voici l'histoire très picaresque du voyage entrepris par Brunelleschi et Donatello au printemps 1401 pour aller de Florence à Rome. Les deux artistes ont décidé de quitter leur cité natale - où leur génie n'est pas reconnu -, pour découvrir une nouvelle forme d'esthétique dont ils ne savent pas encore que ce sera l'esthétique de la Renaissance. En chemin, ils rencontrent des démons, des moines, des brigands, des chimères..., chacune de ces créatures illustrant un aspect ténébreux du Moyen Age dont ils veulent, confusément, prendre congé... Ils rencontrent surtout le Diable qui, sous des formes diverses, vient les tenter. Car le Diable, lui, sait que Brunelleschi et Donatello vont "inventer" la Renaissance, et cela lui déplaît. Car, avec la Renaissance, adviendront les découvertes et la pensée scientifique qui, à terme, ruineront l'enfer... Bientôt, nos héros arrivent donc à Rome : on est passé du Moyen Age à la Renaissance, des Ténèbres aux Lumières, de l'initiatique au baroque, de la drôlerie au flamboyant.

  • L'un s'appelle Martin. Il est né à Lima en 1569, des coupables amours d'un chevalier, Juan de Porrès, et d'Anna Velasquez, son esclave noire.
    L'autre s'appelle Jean-Olivier. Il est né en 1938 dans une petite ville du Maine-et-Loire. L'un est saint et l'autre, c'est l'auteur... Entre l'un et l'autre, un abîme, et le pont merveilleux d'une amitié lancée par-dessus l'espace, le temps et les cultures. C'est l'histoire de deux vies mêlées qu'entreprend de raconter l'auteur, la vie comme elle va sur une île, quand on choisit d'y être éditeur, et la vie, à Lima, d'un frère aux dons fort encombrants. Deux vies, quand Dieu s'en mêle.

empty