Presses de l'Université du Québec

  • Une revue exhaustive des 30 principaux défis auxquels sont confrontées l'agriculture et l'alimentation mondiales en 2009. Pour chacun, une mise en situation accompagnée d'une brève étude de cas.

    S'ajoute à ce constat, l'opinion de 23 experts, aux champs d'expertise variés et dont les connaissances couvrent la quasi-totalité du globe, qui ne se contentent pas de soulever des problèmes mais proposent aussi des solutions qui permettraient de mieux nourrir l'humanité.

  • Peuples autochtones et politique au Québec et au Canada Nouv.

    Ce livre rassemble des textes de chercheurs et chercheuses de plusieurs disciplines et des entretiens avec des leaders des Premières Nations travaillant à l'élargissement des espaces autochtones. Ces voix diverses donnent accès à des analyses de première main concernant les processus historiques et contemporains dans lesquels s'ancrent les relations entre les peuples autochtones, l'État et la société québécoise. Ces processus se font largement au détriment des premiers, comme la sphère publique québécoise commence à peine à le reconnaître dans la foulée de différents rapports produits pour les gouvernements fédéral et québécois. Ces rapports soulignent, du même souffle, les processus de résistance des peuples autochtones, de même que les trop lentes transformations sociopolitiques en cours.

    Peuples autochtones et politique au Québec : identités, citoyennetés et autodétermination apporte un éclairage novateur qui saura profiter tant aux spécialistes des questions relatives aux peuples autochtones qu'aux personnes soucieuses de mieux comprendre les dynamiques politiques qui marquent les communautés autochtones ainsi que la société québécoise dans son ensemble. Il présente des données de recherche inédites et des réflexions susceptibles de contribuer aux grands débats - concernant, par exemple, le racisme systémique, la violence contre les femmes autochtones et le partage du territoire ­- qui interpellent le Québec et le forcent à faire face à ses défis politiques.

    Stéphane Guimont Marceau est professeure adjointe au centre Urbanisation Culture Société de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Montréal. En tant que géographe, elle s'intéresse aux processus et géographies de colonisation et d'exclusion et à la construction des citoyennetés, à travers, entre autres, la relation entre Autochtones et non-Autochtones, les Autochtones en milieu urbain, ainsi que les espaces sociaux des jeunes et des femmes, particulièrement au Québec et en Amérique latine.

    Jean-Olivier Roy possède un doctorat en science politique de l'Université Laval (2015), et fut chercheur postdoctoral au sein du Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP, 2015-2016) et à l'École des affaires publiques et communautaires de l'Université Concordia (2016-2018). Il est spécialisé dans divers domaines : la pensée politique, la politique québécoise et canadienne, et les questions autochtones dans les contextes québécois et canadien. Ses recherches actuelles portent sur les thématiques autochtones, notamment l'autodétermination, le postcolonialisme, le nationalisme, les identités, les politiques publiques ainsi que les enjeux de citoyenneté et de démocratie.

    Daniel Salée est professeur de science politique et directeur de la School of Community and Public Affairs à l'Université Concordia. Il est titulaire de la Chaire d'études québécoises du Collège universitaire de Glendon (2003-2004) et directeur de la section Concordia, Chaire Concordia/UQAM en études ethniques (2002-2005). Ses domaines d'intérêt portent sur la citoyenneté et la politique identitaire, les relations interethniques, le nationalisme, la question autochtone, et la relation entre l'État et la société civile. Il est cochercheur au Centre de recherche sur l'immigration, l'ethnicité et la citoyenneté (CRIEC).

  • Qu'est-ce que l'épistémologie et quelle est son utilité en science politique? La science politique peut-elle nous expliquer le comment et les raisons qui ont causé un événement? Peut-elle permettre de trouver des solutions pour améliorer une situation? Voilà les questions auxquelles les auteurs de ce livre tentent de répondre. Ils nous permettent de constater toute l'importance accordée à la pratique épistémologique dans la quête d'une compréhension du monde politique qui nous entoure et de nous interroger sur le rôle du savoir dans la construction d'un ordre social.

  • Sans négliger la place de la méthodologie (collecte des données, outils et techniques d´analyse, etc.) dans la recherche en sciences humaines, il faut toutefois admettre que ce sont l´argumentation et la rhétorique qui prédominent à l´étape de la rédaction.

    Toute recherche veut démontrer ou faire admettre une thèse. Pour ce faire, il ne suffit pas d´accoler bout à bout les données empiriques, comme il ne suffit pas d´étaler sur une table des bleuets, de la farine, du sucre et du beurre pour prétendre qu´il s´agit là d´une tarte aux bleuets. Chaque argument doit s´enchaîner selon un ordre logique pour en arriver à présenter un énoncé vrai ou vraisemblable.

    S´adressant aux étudiants des cycles supérieurs, Argumenter son mémoire ou sa thèse explique comment bâtir une structure argumentative qui respecte les liens de nécessité unissant les arguments entre eux, tout en établissant une hiérarchisation entre les énoncés. L´ouvrage recense également les divers procédés rhétoriques qui, utilisés à bon escient, consolident la communication et engagent l´adhésion des pairs à la thèse.

empty