Sciences humaines & sociales

  • Best sellers, les deux tomes des Mythes de la Seconde Guerre mondiale réunis en un seul volume.

    Si l'histoire de la Seconde Guerre mondiale nous semble bien connue, les mythes sur lesquels elle repose aux yeux du grand public ont encore la vie dure. Pour y remédier, Olivier Wieviorka et Jean Lopez ont réuni les meilleurs historiens français et étrangers de la période. Sur chaque sujet, ils cassent les clichés et les images toutes faites, dans un ouvrage aussi agréable à lire que novateur. Après l'immense succès des deux premiers opus, voici ici rassemblés en un unique volume trente-sept mythes déconstruits, trente-sept chapitres courts et enlevés qui livrent un nouveau regard sur ce moment décisif de l'histoire du monde.
    /> " Une opération salutaire de désintox historique. "
    L'Express

    " [Un] ouvrage très précieux en ces temps de fake news. "
    Le Figaro Magazine

    " Sans jugement partisan, ces [trente-sept] chapitres contribuent à éclairer un conflit qui déchaîne toujours les passions. "
    Geo Histoire

    Dirigé par Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres & Histoire, et Olivier Wieviorka, membre de l'Institut universitaire de France et professeur à l'ENS-Cachan.
    Les auteurs : Sébastien Albertelli, Nicolas Aubin, Vincent Bernard, Benoist Bihan, Bruno Birolli, François-Emmanuel Brézet, Christian Delporte, Christian Destremau, Patrick Facon, Pierre Grumberg, Hubert Heyriès, Eric Jennings, François Kersaudy, Julie Le Gac, Jean-Luc Leleu, Franck Liaigre, Jean Lopez, Claire Miot, Jean-François Muracciole, Jean-Christophe Noël, Lasha Otkhmezuri, Robert O. Paxton, Marc Perrenoud, Davide Rodogno, Régis Schlagdenhauffen, Georges-Henri Soutou, Pierre-François Souyri, Maurice Vaïsse, Bénédicte Vergez-Chaignon, Fabrice Virgili, Olivier Wieviorka.

    2 Autres éditions :


  • 21 mythes de la Seconde Guerre mondiale expliqués et déconstruits par une équipe d'historien et la rédaction de Guerres et Histoire, dirigées par Jean Lopez et Olivier Wieviorka. "Une opération salutaire de désintox historique", selon L'Express.

    Les idées reçues sur la Seconde Guerre mondiale abondent. Mais desservant la cause de la connaissance, elles montrent surtout que la propagande de l'Axe comme celle des Alliés a durablement imprimé sa marque. Ce volume vise donc à rétablir quelques vérités en revenant, au crible de vingt-trois entrées, sur les grands mythes de cette guerre qui, tenus pour vérités d'Evangile, n'en restent pas moins erronés. Ainsi, par exemple, combien de Français persistent à croire que la défaite aux jours sombres de 1940 était inscrite dans les astres ou que Hitler n'a fait que devancer une attaque de Staline ? A ces questions essentielles, les meilleurs spécialistes apportent au fil de chapitres courts et enlevés des réponses souvent inattendues, parfois surprenantes et toujours passionnantes.
    " Une opération salutaire de désintox historique. "
    L'Express

    " Un ouvrage clair, sérieux, utile et accessible. "
    Le Point

    Dirigé par Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres & Histoire, et Olivier Wieviorka, professeur à l'ENS-Cachan.

  • L'objectif de cet ouvrage est d'appréhender les lieux du développement économique et social à différentes échelles, en partant du plus local, au national, grand régional, jusqu'à une vision d'ensemble du monde d'aujourd'hui. Il a pour but d'aborder le développement par les processus, à partir desquels une nouvelle lecture de la régionalisation du globe est possible. Inverser le regard, penser autrement la globalisation en regardant les Nords depuis les Suds, telle est l'ambition de la géographie du développement.
    Après l'analyse des héritages dans les mots, les voies, les trajectoires étatiques et les explosions démographiques du monde en développement, l'ouvrage aborde les grandes dynamiques à l'oeuvre actuellement dans le cadre de la mondialisation. Il propose enfin une lecture régionale des Suds en termes de nouveaux pôles de puissance, de lieux d'accroche et de laissés-pour-compte.
    Avec une cartographie originale et des étude de cas sous formes d'encadrés.

  • En France, l'emploi des seniors est en panne, tandis que nos voisins européens ont mieux réussi dans ce domaine depuis le milieu des années 1990. Existe-t-il une spécificité, voire une fatalité française, ou nos réformes sont-elles inadaptées, donc inopérantes ?Cet opuscule propose d'aller beaucoup plus loin dans les politiques d'incitation à la prolongation d'activité, encore bien timides en France. Il faut casser la norme du départ précoce en mettant en place de fortes surcotes en capital et une liberté complète dans le cumul emploi-retraite. Une telle politique aura des conséquences positives sur l'emploi après 60 ans, mais également sur celui des quinquagénaires en repoussant les effets de bord créés par l'âge de la retraite, qui freinent fortement la demande et l'offre de travail des seniors.

  • Qu'y a-t-il de commun entre une hostie, un billet de banque et un tableau de Magritte ? Comment nous répondent les oeuvres que nous regardons ? Durkheim nous permet-il de comprendre l'art contemporain ? L'art contemporain nous permet-il de comprendre Durkheim ? On trouvera dans ce livre une réflexion sur le pouvoir des images, sur le statut anthropologique de la représentation, entre corps et signe, à partir d'une position de recherche qui entend faire de l'art le partenaire épistémologique de la sociologie.

  • Ce qui constitue notre humanité n est jamais un obstacle à la vie spirituelle mais est, au contraire, à son service, toujours, même ce qui nous apparaît le plus sombre. C est ce que nous apprennent les psaumes et l Évangile. Nous incarner dans notre propre chair, toute notre chair est le plus difficile et le plus exigeant. L humain, qui semble nous limiter, nous contraindre, nous retenir, n est jamais en opposition à notre quête de Dieu. Demeurer dans notre chair, habiter la terre, le temps, la cité, le royaume, voilà notre seul chemin de sainteté. L Incarnation de Dieu est le signe le plus puissant de sa miséricorde. Laisser Dieu être Dieu. La miséricorde n est pas liée au péché qui concerne le faire et pour lequel il y a le pardon, mais elle regarde l être, la personne entière. Il s agit du don surabondant de vie, du désir de Dieu, de son espérance dans l homme.

  • "Engagement, engagements", "Refus et contestation" "Représentation et transformation du monde", "Art, culture et industries culturelles" et "Marxisme et esthétique", cinq axes de réflexion qui analysent la complexité, non dépourvue de contradictions, entre art et politique. L'oeuvre d'art, comme la rébellion, selon André Breton, reste toujours susceptible d'être cette étincelle qui cherche les poudrières.

  • ?De toutes parts, des forces profondes entraînent l'humanité sur des pentes dangereuses. Notre nombre. Les inégalités qui nous minent. La nature qui nous trahit. Les rapports de classe, évanouis dans le brouillard d'intérêts aveugles. Les déséquilibres d'une mondialisation génératrice d'exclusions nouent chaque jour les fils d'une question sociale globale, où les pauvres sont mis en concurrence entre eux. Faute d'enclencher des mécanismes d'enrichissement durable pour tous, la planète ne pourra pas supporter la charge humaine et écologique de l'humanité, qui dérivera inexorablement dans un monde de conflits et de violence. Qui gagnera dans la guerre, ouverte ou latente, qui se fait jour ? Peut-elle encore trouver une issue coopérative ?Cette brillante synthèse montre l'imbrication des problèmes économiques, environnementaux et sociaux auxquels les pays riches et les pays pauvres sont confrontés de manière solidaire. Elle trace les directions que pourrait suivre une véritable politique sociale mondiale pour résoudre les contradictions dans lesquelles nos sociétés se sont enfoncées. Jean-Michel Severino est directeur de recherches à la Fondation pour la recherche sur le développement international (FERDI). Ancien vice-président de la Banque mondiale et ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il dirige aujourd'hui un fonds d'investissement destiné aux PME africaines. Olivier Ray est économiste, spécialiste des questions internationales. Tous deux sont les auteurs du Temps de l'Afrique.  

  • Une revue exhaustive des 30 principaux défis auxquels sont confrontées l'agriculture et l'alimentation mondiales en 2009. Pour chacun, une mise en situation accompagnée d'une brève étude de cas.

    S'ajoute à ce constat, l'opinion de 23 experts, aux champs d'expertise variés et dont les connaissances couvrent la quasi-totalité du globe, qui ne se contentent pas de soulever des problèmes mais proposent aussi des solutions qui permettraient de mieux nourrir l'humanité.

  • Que cherche l'anthropologue ? Entre mille indices, il détecte les constances, il écoute le grand récit de l'espèce humaine, en un mot, il est frère de tout homme. Jean-Olivier Majastre est de cette trempe : capable de nous décrypter la face cachée du tableau. Cheminements certes, mais sur ses pas, nous redécouvrons avec jubilation un monde fantastique et quotidien : le nôtre.

  • Au fil des siècles, les voyages des chefs d'Etat forment une singulière pratique politique. Par des spectacles allégoriques, un décor soigneusement préparé, des réceptions officielles, des discours prononcés selon une étiquette implacable, ces mises en scène font plus qu'attribuer une parure symbolique au politique : elles en font voir et vivre l'éloquente majesté. Comme si pour s'exercer le pouvoir du chef d'Etat avait plus que d'autres besoin d'être un. Encore convient-il de comprendre la naissance et le développement de cette véritable souveraineté déambulatoire. C'est le but de cet ouvrage. Une manière de mettre au grand jour l'action de ces poses de la grandeur d' Etat qui lient un homme à un régime, une figure à des institutions, un visage à une abstraction.

  • Cet ouvrage, issu d'une coopération interdisciplinaire offre un panorama historique, sociologique et technique de l'un des éléments fondamentaux de la sécurité : le freinage. Cette notion est ici abordée dans un certain nombre de branches industrielles stratégiques, en associant toujours le freinage comme histoire, comme technique (évolution, automatismes, contrôles et régulation) et comme institution (législation, réglementation, normes et valeurs) ces trois dimensions étant indissociables.

  • « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c´est l´homme même qui disparaît », écrivait François Tosquelles. Au fil de ces dialogues élaborés in situ, Jean Oury et Danielle Roulot revisitent les concepts de Surmoi, d´Identification, de Forclusion, d´Hystérie, de Schizophrénie... À la lumière de leur pratique institutionnelle quotidienne, les auteurs plaident pour la disparité et le maintien de l´espace du dire, toujours menacé par le simplisme redoutable d´un positivisme envahissant. Il s´agit dès lors de mettre en oeuvre une logique négative qui préserve les liens et les lieux propres à résister à une logique managériale dont personne ne sait plus qui la dirige. Ce livre est un cri d´alarme pour défendre une conception de la psychiatrie qui accorde toute sa place à la singularité de chaque « patient ».

  • Cette analyse ethnographique détaillée des élections locales au Niger intègre celles-ci dans leurs contextes locaux, politiques, sociaux, culturels. Cette démarche originale explique qu'il s'agisse du second volume d'une série sur Les pouvoirs locaux au Niger.
    Il s'agit d'un apport majeur à la socio-anthropologie des processus électoraux (en Afrique et au-delà), qui repose sur des enquêtes approfondies menées sur douze sites au sein d'un même pays par des chercheurs de ce pays, connaissant particulièrement bien les contextes locaux et utilisant une problématique commune. Un tel comparatisme intensif de proximité est peu fréquent dans les méthodes qualitatives. Portant sur l'ensemble du processus électoral, depuis l'établissement des listes électorales jusqu'à l'élection des maires par les conseils municipaux, les résultats témoignent de comportements largement partagés par les militants des partis politiques et les cadres de l'administration, et dessinent ainsi les traits principaux d'une culture électorale nigérienne, très moderne, fondée sur des normes pratiques contournant bien souvent le code électoral, mais témoignant d'une réelle appropriation de l'institution électorale à travers diverses techniques de jeu avec les règles du jeu.
    Le LASDEL. Les auteurs sont chercheurs au Laboratoire d'études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), un institut nigérien et béninois de recherches en sciences sociales, fondé en 2001 à Niamey. Plusieurs ouvrages sont issus de ce laboratoire : Une politique publique de santé et ses contradictions. La gratuité des soins au Burkina Faso, au Mali et au Niger (dir. par J.-P. Olivier de Sardan et V. Ridde), Karthala, 2014 ; et Les pouvoirs locaux au Niger. Tome 1 : En attendant la décentralisation (dir. par J.-P. Olivier de Sardan et M. Tidjani Alou), Paris, Karthala, 2009.

  • Soumis aux pressions démographiques et à l'urbanisation, mais aussi écosystèmes singuliers, vulnérables et d'une remarquable biodiversité, les espaces et environnements insulaires et littoraux constituent des terrains d'études riches d'enseignements. Ce livre examine les enjeux et dilemmes de leur mise en tourisme, entre volonté d'exploitation et souci de protection.

  • Autrefois considéré comme un exemple à l'échelle planétaire, le modèle social français est aujourd'hui à bout de souffle.Temps de travail en baisse, pré-retraites longtemps encouragées, disparition progressive de secteurs entiers de l'industrie, refus de créer des emplois peu qualifiés car jugés « indécents », système d'aides aux effets pervers : en voulant éviter à tout prix le chômage, la France a fait le choix de l'inactivité. Pour finalement récolter les deux.Redéfinir un nouveau modèle social s'impose, selon Jean-Olivier Hairault, économiste et chercheur associé au CEPREMAP (Centre pour la recherche économique). En sacrifiant l'illusoire égalité idéologique pour oser un nécessaire pragmatisme. En travaillant davantage pour réduire les impôts et la dette publique tout en préservant un haut niveau de protection sociale. Ainsi seulement la France se prouvera à elle-même qu'elle est à la fois protectrice et compétitive.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les Français désignent leur Président. De 1965 à 1995, six élections, six moments décisifs de la vie politique française, six tournois où tourbillonnent les doctrines, les passions et les intérêts marquent les grandes étapes de la Ve République.Olivier Duhamel et Jean-Noël Jeanneney ont conduit des entretiens avec les principaux protagonistes qui ont façonné cette histoire. Ces commentaires et ces témoignages sont vifs, spontanés, souvent piquants, toujours instructifs. Comme les pièces d'un puzzle finissent par dessiner un paysage, une chronique prend forme, neuve et colorée. Elle restitue les multiples surprises qui ont marqué ces campagnes et ces scrutins. Elle éclaire notre passé collectif, elle nourrit la réflexion des citoyens.

  • Les Antilles françaises sont constituées de sociétés récentes issues d'une histoire particulière dont leur moindre caractéristique est leur constitution composite à partir des populations orginelles, diffréntes si ce n'est antagonistes. Ces composantes proviennent des quatre coins de la planète et elles furent sauvagement hierarchisées. L'intention vise ici à étudier les dynamiques, les dynamismes et les fragilités, les points de rupture et d'ancrage, les compensations et sublimations des inévitables conflits, voire les zones d'ombre propices à l'apparition de réorganisations, de restructurations, de resociabilisation.

  • Jean Lilensten est astronome au CNRS, Pascal Dupont est entomologiste. Amoureux de la philosophie, ils se sont rendu compte à travers leurs lectures que leurs déformations intellectuelles de scientifiques les ont fait aborder de nombreux problèmes d'une façon différente des vrais philosophes, souvent plus naïve sans doute, basée sur des définitions que la réalité, l'expérience teste, valide ou infirme. Ils ont souhaité avant tout développer une philosophie qui ne soit pas en contradiction avec les sciences de la nature, physique, chimie, biologie . Ni un nouveau développement sur le thème du naturalisme rousseauiste, mais une philosophie qui soit en accord avec les théories scientifiques. Jean Lilensten a publié 6 livres scientifiques : 2 pour enfants, 2 pour tous publics et 2 pour des universitaires.
    - Tu sais, Rabbi, pendant ces vingt années de réflexion solitaire au sommet de ma montagne, seul dans la froidure de l'hiver, seul dans la chaleur de l'été, au cours de ces vingt années de réflexion, j'ai découvert que la vie, Rabbi, la vie, c'est comme un grand jet d'eau.
    - Ah, oui, Jacob mon fils ? La vie est comme un grand jet d'eau ?... Intéressant... Très intéressant. Mais... tu es bien certain que la vie c'est comme...
    - Hum... Hé bien... A bien y réfléchir, Rabbi, peut-être que finalement, la vie n'est pas comme un jet d'eau.
    Le début du livre examine les contraintes que les sciences de la nature imposent à l'élaboration d¹une philosophie. Puis divers sujets classiques sont abordés à l'aune de ses critères. L'idée de nature humaine tout d'abord, sans recours aux religions ou aux croyances. D'autres définitions font cheminer le lecteur de la notion de liberté(s) à celle de droit, de devoir(s.) Une large part du livre aborde les concepts d'existence et d'essence, ce qui permet de poser une théorie de la personnalité. Le fait scientifique, occulté par bien des philosophies, est un élément central de l'évolution de nos sociétés. Nous abordons donc la définition de la science, elle qui constitue notre travail quotidien. Tout le long du texte, une fourmi philosophe nous accompagne. Comme une pause, comme un regard distancié, elle illustre le propos de sa gouaille ou de sa poésie. Des " histoires " de fourmis ou d'insectes sont autant de récréations à réfléchir, qui débusquent l¹anthropomorphisme et élargissent la vision de la société humaine.

  • Qu'est-ce que l'épistémologie et quelle est son utilité en science politique? La science politique peut-elle nous expliquer le comment et les raisons qui ont causé un événement? Peut-elle permettre de trouver des solutions pour améliorer une situation? Voilà les questions auxquelles les auteurs de ce livre tentent de répondre. Ils nous permettent de constater toute l'importance accordée à la pratique épistémologique dans la quête d'une compréhension du monde politique qui nous entoure et de nous interroger sur le rôle du savoir dans la construction d'un ordre social.

  • Rien ne dévalue plus vite que la jeunesse, rien n'est plus exposé à l'innovation que les pratiques culturelles. Cette étude porte des leçons recevables aujourd'hui sur le sens des pratiques culturelles dans un contexte de précarité et d'incertitude. On considère souvent la culture comme l'apprentissage d'un certain nombre de pratiques légitimes quand elle est d'abord une manière d'être au monde, une façon d'inventer sa vie. Les jeunes qui ont participé vingt-cinq ans auparavant à cette enquête sociologique ont été porteurs d'une leçon qui les dépasse, et peut être aujourd'hui entendue.

  • Sans négliger la place de la méthodologie (collecte des données, outils et techniques d´analyse, etc.) dans la recherche en sciences humaines, il faut toutefois admettre que ce sont l´argumentation et la rhétorique qui prédominent à l´étape de la rédaction.

    Toute recherche veut démontrer ou faire admettre une thèse. Pour ce faire, il ne suffit pas d´accoler bout à bout les données empiriques, comme il ne suffit pas d´étaler sur une table des bleuets, de la farine, du sucre et du beurre pour prétendre qu´il s´agit là d´une tarte aux bleuets. Chaque argument doit s´enchaîner selon un ordre logique pour en arriver à présenter un énoncé vrai ou vraisemblable.

    S´adressant aux étudiants des cycles supérieurs, Argumenter son mémoire ou sa thèse explique comment bâtir une structure argumentative qui respecte les liens de nécessité unissant les arguments entre eux, tout en établissant une hiérarchisation entre les énoncés. L´ouvrage recense également les divers procédés rhétoriques qui, utilisés à bon escient, consolident la communication et engagent l´adhésion des pairs à la thèse.

  • Trop, c´est trop. Il faut arrêter de sombrer dans la déprime. La France a perdu trop de temps à se réformer, mais elle a des atouts considérables : une démographie dynamique, une attractivité préservée, des infrastructures performantes, une protection sociale qui est enviée par l´ensemble du monde... Nos handicaps sont réels mais trop souvent surestimés : nous ne payons pas plus d´impôts que la plupart des pays développés, notre appareil d´État s´est modernisé comme nos grandes entreprises. Quant aux inégalités sociales, elles sont moins marquées qu´ailleurs. Alors, qu´est-ce qui manque à la gouvernance de ce pays pour sortir de la crise ? La sortie de crise dépend de la confiance des citoyens. Donc de la capacité des dirigeants à restaurer la confiance. Et pour ce faire, il faut assumer les difficultés, dire la vérité et faire ce qu´on dit. Arrêtons de diaboliser les entreprises, dont la vocation est de se développer et de créer des emplois. Arrêtons de culpabiliser les riches. Certains ont travaillé pour cela et beaucoup rêvent de devenir riches. Arrêtons de décourager des générations de jeunes qui partent à l´étranger sans avoir l´envie de revenir. Arrêtons d´exporter des bac+5 pour importer des bac-10. Réparons, réformons ce qui dysfonctionne, mais, de grâce, protégeons le modèle français ! Exportons un modèle français zéro défaut. Sans céder à l´optimisme béat, nous voulons avec ce livre tourner le dos au déclinisme, lit de tous les renoncements : la crise doit nous rendre intelligents.

empty