• Vie réelle ou fantasmagorie, le " je " narrateur se transporte sur la Terre, qui est pour lui une mer à la recherche du bonheur passé, de l'Amour défunt:
    Le ciel sans toi ne m'éclaire plus, je nage dans une drôle d'atmosphère, fidèle à mes convictions: celles de croire que nos chemins se croiseront à nouveau. Espoir...
    Tout au long de ce récit, le lecteur navigue entre deux eaux: le réel, l'Histoire, le conte onirique de la petite histoire ordinaire d'un coup de foudre, instant passion, qui dégringole et rend suicidaire de " l'Amour " l'être abandonné. Puis vivre sa quête de l'absolu, avant de venir voir sa dernière demeure, deux mondes aussi: les cieux et leur royaume qui fait si peur, et la navigation d'île sous le couvert des ailes des oiseaux, décrite ainsi par l'auteur:
    Jour " J". Quelques mouettes moqueuses volaient insouciantes, tourbillonnant au-dessus du cercueil, formation en V, tel un quatorze juillet, ou criant de joie leurs sensibilités de flirter en compagnie des courants ascendants et aspirants au silence de la ville, le soliloque de la campagne, une mosaïque de l'amour de la mer d'Iroise leur terroir. Au passage, elles rejetaient leurs déchets intestinaux sur de vielles pierres qui ne demandaient, elles, rien à personne et surtout pas d'ailes car elles formaient une île, homard, nommée Ouessant.

  • Un étudiant de vingt ans quitte Paris pour la première fois de sa vie pour suivre les traces de Pierre, son frère jumeau, parti à l'autre bout de la planète sans laisser d'adresse. Il embarque sur un paquebot en ayant pour seul indice de la destination de son frère, la dernière lettre que celui-ci a envoyée à la famille. Il y mentionnait son désir de rejoindre l'Amérique du Sud. D'escale en escale, il découvre le monde, admire les paysages. Il passe par Alger, Phillipsburg dans les Antilles néerlandaises, Grenade, puis Cayenne en Guyane. Il se lie d'amitiés avec certaines rencontres croisées sur son chemin. Il découvre les coutumes locales et admire la beauté des paysages. Au fil de ses pérégrinations, et au fur et à mesure qu'il découvre le monde, il apprend à se connaître. Extrait " J'arpentais le bateau, de long en large, en travers, à la recherche d'images fortes. Sur ce navire, nous avions la sécurité de vivre au gré de nos loisirs. Certains étaient aux bords de la piscine, prêts à fondre sous le soleil naissant, d'autres plongeaient sans regret dans un océan de chlore. Moi, je marchais, paisible, sur les traces de mes idées. Je cherchais des solutions dans cette tête modeste pour retrouver mon frère. Cet imbécile s'était lancé dans son périple, sans prévenir, sans émettre d'autres souhaits que son fameux : - Je veux découvrir la terre ! "

  • Qu'est ce que le temps ? "Ôte-toi de mon soleil " aurait dit Diogène de Sinope, l'homme qui vivait dans sa jarre au jeune Albert Einstein qui, dans sa salle de cours, regardait les oiseaux par la fenêtre. Dyslexique, peu amène à entendre les cours, ce jeune garçon avait du mal à suivre ces derniers. Un cancre ? Il est l'inventeur de E=MC2, un mystère pour moi, un rebelle à l'humour photographe, cheveux en bataille de Waterloo, humour et humeur, la langue tirée, une menace pour nos congénères. Peut-être ? Puisque sa théorie de la relativité a fait naître l'évolution technologique et la menace climatique de nos jours. Destin ? Croiser son chemin, sa route, ses doutes, sa boussole.
    /> Trouver une boussole, ou perdre la boussole, une question de ce livre qui rassurez-vous n'est pas une science exacte.
    Déambulez dans la conscience d'un robot, né androïde, Liu... Un petit poète parait-il ?
    Une aventure hors des sentiers battus, n'ayez pas peur...

empty