Langue française

  • Déprimé par son divorce, Samuel tente de se remonter le moral en créant un superhéros québécois : Monsieur Électrique. À sa grande surprise, son personnage connaît un franc succès, une fois devenu le centre d'un jeu vidéo distribué par Ubisoft. Le nouveau célibataire se trouve alors plongé au coeur d'un univers où des adultes s'habillent en spandex et en lycra, où des âmes esseulées enchantent leur univers en rêvant à Superman et à Wonder Woman. Seulement, lorsque de véritables meurtres se produisent, Samuel devient le principal suspect de la police... Seul Monsieur Électrique pourra alors le sauver !


  • Axe, Fluke, Monk.e, Wüna. Leurs noms résonnent comme autant de cris dans
    la guerre qu'ils mènent contre l'ennui et l'anonymat. Avec Le chrome et le
    noir, Jean-Marc Beausoleil mène une enquête qui lui permet de rencontrer
    certains des artistes les plus influents et les plus prolifiques d'une culture à la
    fois clandestine et commerciale. Dans une prose vive et alerte, Beausoleil livre
    les portraits d'individus, hommes et femmes, jeunes et vieux, dont le destin
    est marqué par l'amour de l'aérosol. Détenu à la prison de Bordeaux, élu à
    l'hôtel de ville, intervenante sociale, muraliste globetrotteur, que leur quête
    soit esthétique ou existentielle, ils unissent leurs confidences pour créer un
    portait unique de Montréal dans sa diversité culturelle et politique, dans
    /> ses ruelles les plus intimes.

  • Les activités entourant la production de films pour adultes se sont accrues au Québec, au point où Montréal est devenue une plaque tournante de ce commerce international qui engrange annuellement des milliards de dollars. Portait ludique et sans concession de l'industrie pornographique, Pornodyssée donne la parole à ceux et celles qui font jouir nos écrans. À la fois reportage, essai littéraire et confession biographique, ce livre est le fruit d'une enquête basée sur de nombreuses entrevues avec les Québécoises et les Québécois qui façonnent le porno d'ici et d'ailleurs, qu'ils travaillent devant ou derrière la caméra. Il s'agit d'une invitation à passer au-delà de l'écran pour visiter les coulisses de la fabrique de l'érotique, avec ses rêves et ses cauchemars.

  • Fuyant ses ennuis financiers et ses mauvaises habitudes de drogues, Frédéric Latouche quitte Montréal pour Port-au-Prince. Il décroche alors un emploi de professeur au Collège international français, se lie d'amitié avec Frantz, le don Juan professeur de maths, et Georges, l'ancien communiste globetrotter.
    Au Sunset Bar and Grill de Port-au-Prince, Frédéric rencontre des expatriés comme Gérard, le père Noël perverti. Il s'installe enfin à l'hôtel Ballivet où il est témoin, bien malgré lui, d'un odieux trafic de denrées humanitaires. Lorsque l'amour surgit entre lui et la belle Louisiane, Frédéric se voit obligé de remettre en question sa complicité tacite avec le propriétaire du Ballivet. Lustucru, le valeureux clown sans-frontières, appor-tera-t-il la solution aux problèmes du professeur québécois ?

    />

  • Rio, un agent d'immeuble, et Brigitte, la tutrice d'un couple de trisomiques, vivent une aventure torride, jusqu'à ce que Brigitte soit menacée d'expropriation, en bonne partie par la faute de son amant. S'engage alors une bataille politique qui attire des contestataires des plus disparates, des militants altermondialistes aux anarchistes communistes, sans oublier les fêtards professionnels et les dangereux casseurs. La relation de Rio et de Brigitte survivra-t-elle à cette épreuve ? Qu'arrivera-t-il aux protégés de Brigitte si elle perd sa maison?

  • Tout va mal dans la vie d'Olivier. Son atelier de costume glisse vers la faillite. Son amoureuse qui ignore tout de ses problèmes d'argent, souhaite passer des vacances dans le Sud. Et voilà que son fils s'engage pour combattre en Afghanistan. Le soir, pour fuir ses soucis, Olivier revêt un des costumes de sa boutique, débouche une bouteille de scotch et, entouré de spectres de tissu, écrit un journal éventuellement destiné à son garçon. Jusqu'au jour où s'offre à lui la possibilité de livrer ses confessions en personne... à Kaboul !

  • Boris a parlé à qui acceptait de l'écouter, demandant, insistant, palabrant. Il en a gossé, du monde ! Être candidat au Québec, ça ne coûtait rien. Une photo et cent signatures suffisaient. Boris avait une liste de possibles intéressés recrutés dans les shows de Grimskunk. Le Bloc Pot organisait régulièrement des réunions pour mobiliser son monde.
    Quelqu'un dans le groupe est venu le voir. On craignait une infiltration par la police. Boris en a parlé à Marie-Andrée Bertrand. Elle lui a dit :
    - Des infiltrateurs, il y en aura toujours.
    À la réunion suivante, une quinzaine de personnes se sont présentées. Certains s'inquiétaient de la présence de possibles espions. Boris a coupé court aux tergiversations :
    - Je ne sais pas s'il y a des infiltrateurs, mais s'il y a un infiltrateur qui est prêt à amasser cent signatures et à être candidat... je lui souhaite la bienvenue !
    Les élections ont été déclenchées à l'automne 1998. Boris a déposé sa candidature, avant de partir en France pour jouer avec Grimskunk. Malheureusement, il a dû traverser l'Atlantique avant d'avoir enregistré le nombre minimal de candidats nécessaire. Quand il le pouvait, il trouvait un téléphone et appelait le bureau du parti pour savoir où son équipe en était.

empty