Sciences humaines & sociales

  • L'angoisse est un étau qui affecte le corps de haut en bas. Elle serre la gorge, étreint la poitrine, contracte l'estomac, paralyse les jambes. Celui qui l'éprouve n'a pas de mots et pas d'images pour en rendre compte. Elle est la plus universelle conjonction du corps et de l'esprit, ce qui interroge le philosophe et pose un des problèmes les plus ardus à la psychanalyse dans sa pratique et dans sa théorie.

    Dans cette étude très complète, Jean-Marie Jadin propose un nouvel examen de l'angoisse, cet affect universel auquel nul humain ne saurait échapper. Il fait usage des outils théoriques de Freud et de Lacan, puise ses sources également du côté de l'astrophysique, de la peinture, de la littérature fantastique et bien évidemment de la philosophie avec Heidegger, Kierkegaard et Aristote, pour avancer des hypothèses personnelles nourries de nombreux exemples cliniques.

  • L'auteur propose ici une théorie claire des concepts de Lacan issus de plusieurs périodes de son enseignement combinée à une clinique extrêmement fouillée de trois délires chroniques, qui furent aussi trois destins tragiques. Il en note les analogies et les différences. Si le premier, celui d'Elise Sauveur, est issu de la pratique de l'auteur, le second n'est autre que le délire de Daniel Paul Schreber, abondamment commenté par Freud et Lacan, et le troisième celui de Marguerite Anzieu, la mère du célèbre psychanalyste Didier Anzieu, dont le cas fit l'objet de la thèse de médecine de Lacan. Ils proviennent de la réécriture de trois exposés où un délire avait été scruté avec un outil théorique chaque fois différent, toujours issu de l'enseignement de Lacan. La relecture après coup en propose une synthèse.

  • Cet ouvrage didactique est consacré à la théorie psychanalytique des trois structures classiques : névrose, perversion, psychose. A l'aide d'illustrations cliniques fouillées, il vise à montrer la signification des concepts que Freud et Lacan ont créés pour spécifier ces trois différentes folies : complexe d'OEdipe, castration, objet perdu, déni, clivage du moi, métaphore paternelle... Jean-Marie Jadin est psychiatre, psychanalyste à Mulhouse.

  • La jouissance est un concept-frontière situé à la jonction entre le corps et le langage ou la parole. Elle s'articule avec les principaux concepts fondamentaux de la psychanalyse tels l'inconscient, la répétition, la pulsion, le désir, le sujet. Elle constitue aussi un repère essentiel pour la pratique psychanalytique en raison de ses rapports avec le symptôme et l'interprétation. Enfin, elle apparaît comme une notion centrale pour penser le rapport entre les sexes. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage un parcours chronologique, à travers l'ensemble de l'uvre de Lacan (les Séminaires, les Écrits, les Conférences, les entretiens et interventions diverses), des différentes étapes de la création du concept de Jouissance.

  • L'homme qui parle tient un double discours : un discours manifeste, par lequel il pense s'adresser à son semblable afin de lui faire part d'un certain nombre d'informations - c'est le discours intentionnel, promu aujourd'hui sous le titre de communication au rang de remède universel au malaise dans la modernité ; et un discours autre, qui parle plus du sujet que celui-ci n'en dit et qui se donne à entendre dans les lacunes et les ratages du premier -  c'est le discours inconscient où il n'est question que de la vérité du désir. Tel est le sens de l'inconscient freudien.

    Les auteurs examinent minutieusement la conception de l'inconscient dans l'oeuvre de Freud,  en articulent les étapes successives et la critiquent à la lumière de l'expérience clinique.

    Dans un style direct, ils offrent au lecteur une introduction historique, culturelle, métapsychologique à la théorie freudienne. De nombreux éléments biographiques replacent Freud dans son temps et au milieu de ses disciples, de ses amis et de sa famille et donnent à cet essai la forme d'un récit.

empty