• L'étoile de Carthage

    Muriel Cerf

    Personne dans cette histoire ne veut aller à la guerre de la vie. Ils s'y soustraient tous, un par un. Le père, dans une dernière révolte, parce qu'il ne sait plus jouer du piano, qu'il est dans ce summum d'impuissance où l'artiste voit à terre un univers auquel il ne donnera plus vie parce que la sienne s'en va, que le désordre organique de la maladie a gagné.
    A la guerre de la vie, ils se soustraient tous, et le professeur de piano parce qu'elle sait que son élève ne pourra jamais l'aimer comme elle l'aime elle ; et la jeune fille Elisabeth Hermann, qui choisira cet autre abandon, cette fuite dans le rêve ensorcelé de la prostitution ; et la mère - née en Tunisie, dans la station balnéaire de La Marsa qui fut la Carthage punique - qui fuit dans la folie parce que là encore on lui vole quelque chose, la haine nourricière qu'elle a de son enfant.

  • Un homme et une femme se rencontrent. Le temps d'un été caniculaire, à Paris, ils s'aimeront comme deux enfants, oublieront le monde. Puis, chacun retournera à son histoire d'avant. L'histoire d'une passion, une trêve dans l'existence.

  • Dernier volet des aventures d'Antonella Piatti. L'héroïne en a fini avec les amours irresponsables. Miraculeusement enceinte, elle décide de garder l'enfant tout en continuant de boire vodkas sur vodkas!

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La description d'une passion, récit qui débute sous les fenêtres de la Callas où se croisent le père d'Antonella Piatti, fou d'opéra et le jeune vénitien Raphaël. Sous le signe de la musique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un roman à Anet (Eure-et-Loir) : le magnifique château de Diane de Poitiers, un village ravissant, des sourires, des visages fermés, des silences et des rumeurs. Ici, deux soeurs, Saskia et Lara Schiller, l'une blonde, belle et brillante, l'autre brune, replète et sauvageonne, vivent auprès d'une mère alcoolique et démente, Freda. Sourde et muette face à la violence de son second mari Tcharkov, bourgeois d'origine russe, portefeuille garni et appétit sexuel dévorant. Freda ferme les yeux sur ses gestes déplacés et ses viols à répétition des jeunes filles. Saskia est enfermée à la cave, ligotée, abreuvée de whisky. Lara, sa petite soeur, est tremblante, révoltée, interdite. Suivent le décès de la mère, les attentions de la gentille voisine Mme Blondin, les amants de passage de Saskia, la jalousie de Lara (sans homme, simple témoin des ébats et de l'enchevêtrement des corps alentour), ses pulsions suicidaires, le réconfort du chat, de la guitare, des livres et ses envies de meurtre contrariés par la crise cardiaque de Tcharkov, mort au coin de la rue. Dès lors, Lara et Saskia, héritières d'une fortune et de traumas, sont désormais orphelines mais... libres.

  • Londres, hôtel Portobello Inn, quartier de Notting Hill. Lara Schiller pense et écrit en attendant le retour des épreuves de son manuscrit Poupées Russes. Le temps, l'amour, le corps de son aimée, son enfance à Anet (Eure-et-Loir), sa mère, Freda Schiller, acariâtre et brutale, la beauté de sa soeur Saskia, l'alcool, les voyages (étés tropéziens), l'ailleurs (fascination de l'Inde), les vertus du thé, la littérature, le rock, l'opéra, les hommes, le sexe. Admirative et inquiète, elle observe aussi ses jeunes nièces Meg, Cordélia, Dora et Vivien, les quatre filles de sa soeur Saskia, bouger, respirer, batifoler, aimer, dormir, jouer la comédie, séduire, rire... Elle les regarde vivre source d'interrogations inépuisable.

empty