• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En gérontologie comme dans l'ensemble du champ social, l'accent est mis désormais sur la prise en compte de la parole de la personne aidée. Cette ambition est généreuse mais sa mise en oeuvre est difficile tant est grande la tentation d'institutionnaliser cette parole à travers des entretiens, des grilles et des questionnaires pour aboutir à un savoir en extériorité sur la vieillesse. C'est donc volontairement que les auteurs ont remplacé le terme très catégoriel de « personne âgée » par celui de « vieux ». La vieillesse demande à être comprise autant qu'expliquée et ne peut se dire qu'à la première personne, exprimant ainsi une histoire individuelle et toujours singulière. Approcher le vieillissement à travers la parole des vieux c'est se placer au plus près de leur vécu et permettre une meilleure prise en compte de la personne par le professionnel. C'est l'objectif de ce livre qui offre à la fois une méthodologie de restitution des paroles et une typologie s'appuyant sur un corpus écrit et oral varié : textes d'auteurs âgés, revues d'organisation de retraités, courrier des lecteurs mais aussi recueil de paroles énoncées au sein d'établissements d'accueil ou dans le cadre de services à domicile. Entendre la parole des vieux devient alors un défi de première importance pour tous les professionnels du secteur gérontologique et du domaine social et médico-social désireux de faire évoluer leurs pratiques en plaçant les personnes aidées au centre du dispositif d'accueil et de soins.

  • En gérontologie comme dans l'ensemble du champ social, l'accent est mis désormais sur la prise en compte de la parole de la personne aidée. Cette ambition est généreuse mais sa mise en oeuvre est difficile tant est grande la tentation d'institutionnaliser cette parole à travers des entretiens, des grilles et des questionnaires pour aboutir à un savoir en extériorité sur la vieillesse. C'est donc volontairement que les auteurs ont remplacé le terme très catégoriel de « personne âgée » par celui de « vieux ». La vieillesse demande à être comprise autant qu'expliquée et ne peut se dire qu'à la première personne, exprimant ainsi une histoire individuelle et toujours singulière. Approcher le vieillissement à travers la parole des vieux c'est se placer au plus près de leur vécu et permettre une meilleure prise en compte de la personne par le professionnel. C'est l'objectif de ce livre qui offre à la fois une méthodologie de restitution des paroles et une typologie s'appuyant sur un corpus écrit et oral varié : textes d'auteurs âgés, revues d'organisation de retraités, courrier des lecteurs mais aussi recueil de paroles énoncées au sein d'établissements d'accueil ou dans le cadre de services à domicile. Entendre la parole des vieux devient alors un défi de première importance pour tous les professionnels du secteur gérontologique et du domaine social et médico-social désireux de faire évoluer leurs pratiques en plaçant les personnes aidées au centre du dispositif d'accueil et de soins.

  • Le droit de vieillir

    Puijalon/Trincaz

    • Fayard
    • 2 Février 2000

    Avons-nous le droit de vieillir dans une société qui privilégie par-dessus tout la santé, la beauté, le dynamisme ? Où l'on découvre un jour que l'on est vieux à la façon dont les autres vous évitent, vous ignorent ou vous parlent. Les discriminations dues à l'âge ont pris une telle ampleur qu'un mot a été forgé pour les désigner, "âgisme", et que certains professionnels parlent de l'apartheid de l'âge. Et pourtant jamais les personnes de plus de 60 ans n'ont été aussi nombreuses. Jamais elles n'ont été aussi bien protégées, à la fois économiquement et socialement. Mais quelle place ont-elles en ce temps où les jeunes ne connaissent d'autres vieux que ceux de leur famille ?

    A travers de nombreux témoignages, cet ouvrage dénonce la dictature du jeunisme et nous invite à porter un autre regard sur la vieillesse, ce temps de la vie qui ne cesse de s'allonger. Ici et là des expériences montrent que toute la société est gagnante à l'alliance des âges. Car seuls les vieux, en jouant leur rôle de passeur, peuvent donner aux générations qui les suivent la dimension de l'avenir.

    Jacqueline Trincaz, anthropologue, maître de conférences, est responsable du pôle d'études gérontologiques à la faculté de sciences de l'éducation et sciences sociales de l'université Paris-XII. Bernadette Puijalon, anthropologue, maître de conférences dans la même université, est présidente du Comité personnes âgées de la Fondation de France.

empty