• Terre vaine

    Aiat Fayez

    Suite à un incident qu'il ressent raciste, Davud F, étranger étudiant en France, décide de repartir provisoirement dans son pays natal.
    Il ne se fait aucune illusion sur ce départ. Il sait que choisir entre la France et son pays natal revient à choisir entre le mauvais et le pire. Il sait qu'en sachant cela, il se place d'emblée dans une posture infaillible : il fuit la France mais il n'attend rien du pays natal. Il arrive sur place à la veille d'une élection présidentielle. Dans un premier temps, il voit d'un oeil à la fois railleur et détaché l'engagement politique de ses compatriotes.
    Mais lui qui a toujours été apolitique devient progressivement, par la force des circonstances historiques, un jeune homme engagé. Et plus il participe aux manifestations, plus son engagement devient passionné. Dans la fièvre de l'un de ces rassemblements, il tombe à bras raccourcis sur un très jeune milicien qu'il blesse grièvement. Photographié, l'incident l'oblige à quitter clandestinement son pays.
    La France ne lui accorde pas l'asile. Il décide donc de la rejoindre caché dans un camion. Ne sachant que faire, une fois arrivé à Paris où sa chambre a été louée à quelqu'un d'autre, F prend le premier train pour le Sud. Il se retrouve à Biarritz dans la nuit. Il longe longuement l'océan. Il se dit que les Etats-Unis sont de l'autre côté de l'océan. Il a l'impression soudaine d'avoir trouvé la terre qui pourrait l'accueillir.
    Il se déshabille et entre dans l'eau noire. Il se met à nager vers les Etats-Unis.

  • L'étranger aujourd'hui ne peut plus sortir de chez lui. S'il sort de chez lui, l'étranger est torturé rien qu'à l'idée de la haine qui l'entoure. Pour marcher dans la rue, l'étranger doit baisser la tête, se faufiler pour ne pas se faire remarquer. Pour arriver dans sa rue, pour atteindre sa maison, l'étranger en vient à marcher à quatre pattes. Le mieux serait qu'il reste entre les murs de sa maison, s'il ne veut pas recevoir la répugnance des Français en plein visage. Mais l'étranger aussi doit pouvoir sortir prendre l'air voir le monde. L'étranger aussi doit pouvoir comme tout le monde jouir de la vie s'adonner au plaisir accomplir objectifs et ambitions. Mais l'effroyable réalité le guette au coin de chaque désir. Et l'étranger à chaque rencontre balbutie devant la haine qui scintille dans les yeux de son interlocuteur.

  • Un autre

    Aiat Fayez

    Je m'étais toujours dit que mon identité me faisait tort. Le jour où j'ai su que j'allais pouvoir rencontrer Anna, une étoile montante du tennis russe, j'ai décidé de me métamorphoser. De fond en comble. Devenir un autre. Pour tenter de la séduire.

empty