• Alain Boublil a été proche de François Mitterrand de la campagne présidentielle de 1974 jusqu'à ses derniers jours. Il a rejoint l'équipe constituée par Jacques Attali à la fin de 1973 et aura donc été pendant plus de vingt ans au coeur du think tank socialiste puis du pouvoir. Proche également de Pierre Bérégovoy, il sera chargé d'élaborer un programme économique pour la France, puis de suivre sa mise en oeuvre. Cette position privilégiée fait de lui un témoin crucial de vingt ans de réflexion et de gestion socialistes. Alain Boublil raconte le Programme commun de la gauche, les victoires de 1981 et de 1988, les débuts en fanfare des gouvernements, la cohabitation de 1986 et la lente dégringolade que tentera vainement d'enrayer Lionel Jospin. Rappelant les affrontements auxquels ont donné lieu les nationalisations, les restructurations industrielles et la dé-bureaucratisation de l'économie, il raconte aussi la genèse des grands projets et la naissance de la mondialisation. Alain Boublil dresse enfin un portrait de la famille socialiste, de Mitterrand à Hollande, en passant par Rocard, Bérégovoy et Jospin. Il apporte ainsi un regard éclairant sur ses divisions actuelles.

  • Cette question est au centre de toute politique. Elle est rendue plus aiguë encore avec la crise. Mais y répondre n'a jamais été aussi difficile. Jamais on n'a observé une telle contradiction entre la montée des attentes et la réduction des marges de manoeuvres publiques, du fait des règles internationales, de l'endettement et des contraintes environnementales.
    En dix chapitres, Alain Boublil prend la mesure des possibilités et des impuissances de l'Etat. Il évoque le sauvetage de l'euro, le fardeau de la dette et le ras-le-bol fiscal, l'Etat-patron de Colbert à Jean-Marie Messier, le retour du complexe vis-à-vis de l'Allemagne, les nouveaux outils de l'Etat-stratège dans la mondialisation face aux défis industriels et aux enjeux de la transition énergétique, la « dictature du CO2 » et la révolution du gaz de schiste. Et il met en garde contre les dérives de l'Etat-spectacle et les facilités de l'Etat-guichet.

  • La crise économique n'épargne ni le logement, ni le cadre de vie. Conséquence, mais aussi cause du ralentissement de la croissance, la récession qui frappe depuis six ans les activités de la construction n'est pas, en soi, une réponse aux problèmes spécifiques de ce secteur. Des efforts considérables, des innovations sont réalisés à l'étranger, et en particulier au Japon. La France, qui pendant longtemps a été un exemple technique, voit son retard se creuser. Même dans le contexte actuel ces problèmes ne sont pas sans solutions, d'autant que les Français sont, quoi qu'on en dise, très attachés à leur environnement et qu'il serait illusoire de penser que le concept de productivité ne s'applique pas aussi au cadre de vie : le meilleur service au moindre coût. La réorientation de la croissance vers la satisfaction de ces aspirations, la réforme de la politique foncière et des instruments d'intervention publique permettent d'apporter une réponse à ces questions d'actualité. A défaut l'impératif de qualité de la vie resterait lettre morte.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La crise économique n'épargne ni le logement, ni le cadre de vie. Conséquence, mais aussi cause du ralentissement de la croissance, la récession qui frappe depuis six ans les activités de la construction n'est pas, en soi, une réponse aux problèmes spécifiques de ce secteur. Des efforts considérables, des innovations sont réalisés à l'étranger, et en particulier au Japon. La France, qui pendant longtemps a été un exemple technique, voit son retard se creuser. Même dans le contexte actuel ces problèmes ne sont pas sans solutions, d'autant que les Français sont, quoi qu'on en dise, très attachés à leur environnement et qu'il serait illusoire de penser que le concept de productivité ne s'applique pas aussi au cadre de vie : le meilleur service au moindre coût. La réorientation de la croissance vers la satisfaction de ces aspirations, la réforme de la politique foncière et des instruments d'intervention publique permettent d'apporter une réponse à ces questions d'actualité. A défaut l'impératif de qualité de la vie resterait lettre morte.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un homme du sérail raconte dans le détail comment les décisions sont prises au sommet de l'État : les nationalisations, Boussac, Creusot-Loire, Saint-Gobain, Chapelle-Darblay, la restructuration du téléphone et de la sidérurgie, le TGV Atlantique, le tunnel sous la Manche. En fait, les principaux dossiers économiques du premier septennat sont passés sur le bureau d'Alain Boublil à l'Élysée. Collaborateur de François Mitterrand depuis l'époque où celui-ci était premier secrétaire du PS, il a été le témoin privilégié de deux élections présidentielles et de la cohabitation. Alain Boublil raconte les huit années qu'il a passées dans les coulisses du pouvoir, dressant le portrait toujours vivant, souvent surprenant et parfois féroce des politiques et des patrons qu'il a côtoyés. Directeur de cabinet de Pierre Bérégovoy rue de Rivoli, il est le premier non-énarque à occuper ce poste sous la Ve République. Placé, de par ses fonctions, en première ligne dans l'affaire Pechiney et celle de la Société Générale, personnellement mis en cause, il démissionnera le 20 janvier 1989. Un an après, Alain Boublil nous livre son témoignage capital. Un document irremplaçable pour comprendre la transformation économique de la France des années quatre-vingt.

empty