• La comptabilité fait partie des piliers de l'entreprise, quelle que soit sa taille. Et bien souvent, dans les petites et très petites entreprises, elle est en grande partie prise en charge par le dirigeant, son adjoint ou son conjoint ! D'autres professionnels sont également amenés à lire et à comprendre des comptes annuels : banquiers, assureurs?
    Or, les ouvrages de comptabilité existants sont la plupart du temps conçus pour les étudiants et ne répondent pas aux besoins des professionnels sur le terrain. Trop souvent, ils font l'impasse sur un aspect pourtant crucial : la fiscalité. Enfin, ils sont davantage orientés vers un apprentissage " par coeur " que vers une réelle compréhension de la comptabilité.

    Ce constat fait par Alain Gandy à l'issue de nombreuses années consacrées au conseil et à la formation, l'a conduit à concevoir cet ouvrage qui répond à un mot d'ordre simple mais essentiel : comprendre d'abord !
    Sa démarche est pédagogique et concrète :
    Expliquer clairement le but final essentiel à obtenir, le suivi des comptes, le bilan et le compte de résultat ;
    Expliquer ce que représentent les comptes annuels, en prenant l'exemple le plus simple possible ;
    Expliquer clairement la technique des mouvements comptables, avec des exemples simples, clairs, et évidents.
    Cet ouvrage clair vous permettra de maîtriser facilement et rapidement la comptabilité et les comptes annuels, tout en acquérant de solides bases en fiscalité d'entreprise, avec une approche résolument orientée sur la pratique professionnelle.

  • Si les Viets rassemblent six compagnies pour nous tomber dessus, nous courons à la catastrophe et au massacre, constata M. Schüterli. Le directeur de la plantation de Ben-Tui, la plus grande d'Indochine, deux millions d'hévéas encerclés par la forêt, dans une boucle de la rivière de Saigon, se demande, avec une angoisse justifiée par les renseignements, si les troupes françaises stationnées sur son domaine seraient assez fortes pour soutenir l'assaut ennemi. Pourtant, l'escadron de Spahis du capitaine Meneur, et la compagnie de coloniale implantée dans le quartier, donnent tous les jours des preuves de leur courage. Raids en forêt, patrouilles, opérations, affirment, malgré les fatigues et les pertes, que l'armée ne laissera pas détruire la plantation de Ben-Tui, où les civils français et vietnamiens ont retrouvé le goût de vivre et de travailler. Dans cet univers isolé, à cent kilomètres de Saigon, la tragédie va se cristalliser sur la route noyée, dans la forêt hostile. Deux bataillons viet-minhs attaquent le maigre convoi qui dessert Ben-Tui. Les Spahis de Meneur, et les Cambodgiens de Varidon et de Simoni, vont tenter désespérément, au cours de combats meurtriers à un contre six, d'anéantir l'ennemi. Les blindés, aux noms de dieux et de déesses, agonisent sous les assauts et meurent dans les explosions de mines. Les passagers civils de l'autocar chinois brûlent en même temps que les camions chargés de caoutchouc. Quelques hommes et femmes se battent avec la même fureur que les soldats. Du capitaine Meneur, insensible et pourtant passionné, de ses lieutenants, Gallien le fonceur, Bélardent, aristocrate et généreux, Lesire le néophyte au caractère affirmé, qui reviendra vivant de cet enfer pour enterrer les morts dans le cimetière de la plantation, sous la garde des hévéas ? Mais la survie de la plus belle réalisation forestière des Français d'Indochine ne justifie-t-elle pas, aux yeux des combattants, les plus douloureux sacrifices ?

empty