Littérature générale

  • Été 1981. Détective privé après une brillante carrière dans la gendarmerie, Joseph Combes vient passer ses vacances avec son épouse dans le Marais poitevin. Il fait la connaissance d´un vieil original dépenaillé surnommé Goule-ben-aise qui raconte avoir fui le syndicat du crime en Amérique après le meurtre de ses parents dans les années trente et affirme avoir sauvé la fortune familiale qu´il conserve dans un lieu secret.  Les événements se précipitent : Goule-ben-aise a été contacté par deux agents du FBI dépêchés spécialement en France.  Le dossier classé sans suite du meurtre de ses parents a été rouvert. Mais l´un des agents américain est tué et l´autre échappe de justesse à un assassinat. La mafia s´est réveillée ! L´étau se resserre sur Goule-ben-aise qui trouve en Combes un allié providentiel...
     Action, suspense, humour noir : une nouvelle fois Alain Gandy nous régale avec un polar rétro, bourré de clins d´oeil aux grands classiques du genre et plein de saveurs du terroir.

  • En 1944, le meurtre d'un chef de maquis secoue les habitants d'un village du Rouergue. Le gendarme Combes, un jeune homme et un petit garçon enquêtent et exhument des passions cachées.

    " Cette fois, il resta muet. Ce qui avait attiré les bestioles, remplaçant pour elles le pot de confiture, était un corps humain, à plat ventre dans l'eau qui laissait au sec le dos et les épaules. Taillant à pleines mandibules dans ce festin, une nuée d'écrevisses se précipitaient vers le visage invisible et les deux mains lacérées, dont se détachaient des lambeaux de chair blanche ".

    1944. Trois semaines après la libération de Villefranche-de-Rouergue, le chef de maquis FTP Pedros, est retrouvé assassiné dans un ruisseau. Le chef de la brigade de gendarmerie de Villeneuve-d'Aveyron, Martellat, seul officiel encore en poste, se lance aux côtés du gendarme Combes dans une enquête difficile. En effet, Martellat se retrouve avec une abondance de suspects car de l'avis général, autour du hameau de Chaluzac, Pedros était " un affreux ".
    De ferme en château, de hameau en village, Martellat arpente la vallée de l'Algouze, petit paradis campagnard transformé d'un coup en théâtre du crime. Chacun paraît avoir quelque chose à cacher. Même le petit Jacquot, qui a découvert le cadavre, et son grand ami, le jeune châtelain François Durieu, en menant leur enquête parallèle, semblent lui mettre des bâtons dans les roues.

  • En 1956, condamné à quitter l'armée pour un acte de rébellion au Maroc, le capitaine Maillac a tout perdu : de sa carrière brillamment commencée à Saint-Cyr et sur les champs de bataille de France et d'Indochine à sa femme, qui refuse cette déchéance sociale...

  • Inspiré d'un épisode authentique de l'histoire de la Légion étrangère, l'affrontement de deux hommes que leur passé inexpiable obsède et oppose.

  • 1895 : les combats de la campagne de Madagascar ont lié, pour la vie, Eugène Bernard, le cavalier, et Paul Salon, le légionnaire. Le premier est rapatrié en France. Paul Salon, encouragé par le général Gallieni, choisit de fonder une famille et de se tailler un domaine à sa mesure, Grenadière, dans ce nouveau bastion de l'Empire. Leurs descendants se retrouveront sur la terre malgache. Trois générations de Bernard et de Salon vont se succéder pour travailler, et parfois donner leur vie, afin de faire de leur domaine de la Sambirana un exemple de réussite. Colons français du bout du monde, ils n'hésiteront pas à venir défendre la mère patrie, dans les tranchées de Champagne en 1917-1918, sur la Somme en 1940, en Italie et en Provence en 1944, en Indochine en 1947. Épaulés par des femmes courageuses et passionnées, ils verseront leur sang pour défendre leur plantation-patrimoine à Madagascar, contre les Britanniques et leurs Zoulous en 1941, ou contre les rebelles en 1947. Seule à maintenir l'héritage, veuve du dernier des Bernard, abandonnée par ses enfants, Jeanne acceptera, en 1975, tous les sacrifices pour maintenir à Grenadière le souvenir du sang des colons. Alain Gandy, qui a vécu sur la Grande Île, a voulu retracer, à travers cette saga de deux familles, le souvenir de ces hommes et de ces femmes qui ont tout sacrifié à l'Empire, et qui ne se sont jamais résignés à oublier sa grandeur.

empty