• 1748. Dans les montagnes enneigées de l'Ouest de la Virginie, un voyageur affamé arrive près d'une cabane isolée. Reathel erre depuis des mois, flanqué d'un dogue féroce. Mais l'entrée lui est refusée par un colon hostile qu'il n'hésite pas à tuer. Il découvre alors à l'intérieur une jeune femme, Della, sur le point d'accoucher. L'enfant naît dans cette solitude glaciale. Pourtant, le froid, la faim et l'ourse qui rôde dans les parages ne sont pas les seuls dangers pour la mère et le nouveau-né. Car ce dernier a été promis à la tribu Shawnee : c'est le prix à payer pour que Blacktooth, leur chef, laisse les Blancs du village environnant en paix. Alors que les Shawnees se font de plus en plus impatients, le village envoie deux frères à la poursuite de Della, désormais prête à tout pour sauver son bébé.

  • En plein Kentucky rural, la Gasping River déploie son cours au milieu des falaises de calcaire et des collines couvertes de champs de maïs et de soja. Un soir où il remplace son père, qui conduit le ferry parcourant la rivière dans les deux sens, le jeune Beam Sheetmire tue un passager qui tente de le dévaliser. Mais sa victime est le fils de Loat Duncan, puissant homme d'affaires local et assassin sans pitié. Toujours accompagné de ses chiens menaçants, Loat est lui-même porteur d'un lourd secret concernant le passé de Beam. Aidé par son père, le jeune homme prend la fuite, tandis que Loat et Elvis, le shérif, se lancent à ses trousses. Le Verger de marbre est un thriller littéraire à la prose incandescente dans la veine des grands textes sudistes de Cormac McCarthy ou Daniel Woodrell. Ce premier roman hypnotique est une inoubliable descente au coeur des ténèbres.

  • Alex Taylor a grandi en Cornouailles dans les années 60. Après des études à Oxford, il part à Paris pour y vivre plus librement son homosexualité. Il devient professeur, puis journaliste et il est l'un des premiers à parler d'Europe et du sentiment européen. Il voyage, découvre Berlin, s'y installe tout en revenant toujours en France. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient l'année dernière la nationalité française. À  l'heure du repli sur soi, de l'explosion des populismes en Europe et des questions toujours plus cruciales sur l'identité, Alex Taylor répond par l'exemple, l'humour et la nuance  : il montre la façon dont il est devenu un citoyen européen, tour à tour plus anglais que français ou l'inverse.

  • Saviez-vous que la langue la plus parlée au monde, le mandarin, n´a pas de mots pour « oui » ni pour « non » ? Que l´on ne dit pas « je t´aime » de la même façon ailleurs ? Saviez-vous que de vastes pans de l´humanité vivent très bien sans les fioritures extravagantes que constituent les verbes « être » et « avoir » ou encore les « le », « la », « un » et « une » qui ponctuent la moindre de nos phrases ? Que les Japonais n´ont pas de mot pour « eau » ? Que les Néerlandais ne se font pas de sourires, mais des « rires luisants », et que, contrairement à ce que l´on pense, le français est une langue infiniment plus drôle que l´anglais ?

    Alex Taylor, pourtant linguiste, ne le savait pas. Il explore ces no man´s land du dictionnaire, à l´écoute de ce que chaque langue sait dire, et parfois de leurs silences. Il raconte avec humour et sur un ton ludique pourquoi il est tombé amoureux des langues, et surtout pourquoi leur indicible beauté le laisse parfois tout ouïe et bouche bée.

  • « Ce n'est que vers onze ans, à la BBC que j'ai entendu pour la première fois le terme homosexual. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'un tel mot pouvait signifier même si je commençais à soupçonner le frisson que sa seule évocation devait répandre dans les foyers. Le lendemain je demandais innocemment le sens du mot à mon professeur : « Ce sont des hommes qui s'appellent en général Cecil, qui ont un poignet mou et aiment les matelots » me répondit-elle. Ouf, pensais-je, heureusement, je ne fais pas partie de ceux là. » Alex Taylor a grandi en Cornouailles dans les années 60, fils unique au sein d'une famille heureuse, sans histoire. Il découvre tôt son homosexualité en rêvant de ressembler à Emma Peel de Chapeaux melons et bottes de cuir, amazone toute de cuir vêtue qui se jouait des traditions et permettait au jeune Alex d'imaginer hors de l'Angleterre machiste et pudibonde un monde de glamour fait de femmes et d'hommes extravagants. Après des études à Oxford et ses premières expériences sexuelles, Alex Taylor part à Paris. Tout en devenant professeur puis journaliste, il profite de son « exil sexuel », milite et découvre une sexualité libre, sans tabous ni limites, osant des scénarii parfois trash où désir, peur et douleur sont mêlés. L'auteur nous raconte sans fard et souvent avec humour et autodérision ses expériences, ses amours fauchés par le Sida, du Paris des backrooms, aux nouvelles fêtes branchées de Berlin en passant par les boites fétichistes de Londres. Il se livre, compare, juge les nouvelles tendances, s'interroge. Ses mémoires d'un apprenti pervers sont ainsi l'occasion pour cet européen avant l'heure amoureux des langues, de dresser un portrait original de l'Europe, avec ses différences culturelles et d'observer l'évolution des moeurs et des mentalités.

  • Que faire, quand on n´a plus de racines ?
    La vie d´Alex Taylor avait atteint son altitude de croisière, la cinquantaine tranquille, carrière de journaliste « européen » entre Paris, Berlin, Bruxelles. Jusqu´à un coup de fil qui l´oblige à tout laisser tomber pour rentrer s´occuper de son père, 90 ans, et atteint de la maladie d´Alzheimer.
    Ce livre est l´occasion de faire un voyage vers cette l´Angleterre que l´auteur avait quittée il y a plus de trente ans, sans jamais chercher les vraies raisons. En même temps que son père, les certitudes s´en vont petit à petit... Être anglais, européen, gay même. Surtout, lorsque son père ne sera plus là, ce déraciné à vie comprend qu´il n´aura plus aucune raison de revenir dans le pays qui l´a vu naître. C´est l´occasion d´ouvrir, et surtout de vider quelques valises bien cachées dans le grenier de la mémoire

empty