Littérature traduite

  • « Une ode à l´Afrique : une sublime déclaration d´amour. » Elle Le livre : Petite fille, Bobo a appris à manier le fusil, à cuisiner un impala, à conduire un tracteur et à se garder des morsures de serpents. En 1972, elle s´installe avec sa famille en Rhodésie - l´actuel Zimbabwe - pays ravagé par la guerre civile, mais aussi terre de saveurs, de parfums et de sons qu´elle reconnaît intuitivement comme la sienne. Son enfance, ponctuée de déménagements successifs en Afrique australe, oscille au gré de tragédies historiques et intimes. Ce récit est un chant d´amour à une famille adorée, chaotique, souvent drôle, et à l´Afrique, terre des premiers émois, de l´initiation et de la découverte naturelle de l´autre. Alexandra Fuller ouvre ainsi une page d´histoire et sa malle aux souvenirs, souvent tendres, parfois durs, et toujours poignants. L´auteur : Alexandra Fuller, née en Angleterre, a grandi en Rhodésie (Zimbabwe) et en Zambie. Elle est l´auteur de quatre livres, traduits dans une dizaine de pays, et a signé de nombreux articles pour le Financial Times, New York Times Book Review, National Geographic, New Yorker Magazine, Vogue et Granta. Larmes de pierre : Une enfance africaine fête ses dix ans depuis sa première parution en France en 2002. Ce titre, encensé par la critique, a figuré parmi les livres de prédilection du New York Times, qui n´hésite pas à comparer l´auteur à Joseph Conrad, Karen Blixen, Doris Lessing et Nadine Gordimer. Alexandra Fuller vit aujourd´hui dans le Wyoming avec son mari et leurs trois enfants.

  • à l'ombre du baobab

    Alexandra Fuller

    C'était dans la petite ferme piscicole et bananière d'une chaude vallée qu'ils s'étaient enfin fixés, après des décennies d'errance en Afrique australe et centrale, séduits par la forêt de mopanes, les étangs à poissons dominés par les baobabs à l'écorce rose-argent, et le large fleuve Zambèze coulant paresseusement vers le sud.
     
    Ainsi vivait Tim Fuller, un mouton noir anglais qui s'est exilé en Afrique où il s'est battu lors de la guerre du Bush rhodésienne avant de s'établir en Zambie avec sa famille. Maintenant qu'il n'est plus, l'autrice et sa mère dispersent ses cendres au pied des baobabs qui règnent sur leur propriété et affrontent son absence écrasante. Le résultat est un récit débordant de joie, de vitalité et de résilience dans lequel Alexandra Fuller intériorise les leçons de son père et célèbre la mémoire d'un homme qui dévorait la vie à pleines dents.
      Traduit de l'anglais par Anne Rabinovitch

  • « Un grand talent ! » Le Monde Le livre : De la Zambie au Wyoming, de la ferme africaine de ses parents aux paysages de l´Ouest américain, Alexandra Fuller revient sur ses vingt années de mariage, alors qu´elles touchent à leur fin. Elle décrit, avec poésie et humour, son déracinement et sa quête d´identité. Elle médite sur la place de l´écriture, qui lui a permis de tenir au fil des tragédies, et de chasser la solitude. Elle trouve refuge auprès de son père, un homme indépendant et courageux. Vivant sans regrets, il se contente toujours du minimum, même après avoir perdu plus que quiconque. Grâce à ses conseils, l´auteur trouve la force de se reconstruire et de « partir avant les pluies ».
    L´auteur : Alexandra Fuller, née en Angleterre, a grandi en Rhodésie (Zimbabwe) et en Zambie. Elle est l´auteur de cinq livres, traduits dans une dizaine de pays, et a signé de nombreux articles pour The New Yorker, Granta, New York Times Book Review, Financial Times, Vogue et National Geographic. Ses deux volumes de mémoires, Larmes de pierre et L´Arbre de l´oubli ont figuré parmi les meilleurs livres de l´année du New York Times, qui compare l´auteur à Karen Blixen, Doris Lessing et Nadine Gordimer. Son portrait du jeune roughneck qui travaillait sur des forages pétroliers du Wyoming, Une vie de cowboy, a valu à Alexandra Fuller d´être comparée à Kessel, Kerouac et Conrad par le Figaro Magazine. Elle a emménagé dans le Wyoming en 1994 et est mère de trois enfants.

  • « Une geste familiale fascinante de burlesque et d´exotisme. » Lire Le livre : Née sur l'île écossaise de Skye, la mère d´Alexandra Fuller, mieux connue sous le nom de « Nicola Fuller d´Afrique centrale », a grandi au Kenya dans les années cinquante, avant d´épouser un Anglais fringant. Ils s´installent dans leur propre ferme, d´abord au Kenya, puis en Rhodésie - l´actuel Zimbabwe -, où l´auteur et sa soeur ont passé leur enfance, et, pour finir, en Zambie. Nicola, personnage fantasque et excessif, à la fois drôle et écorché, reste inébranlable dans le maintien de ses valeurs familiales, la fierté de son sang écossais, et sa passion pour la terre et les animaux. Le parcours de la famille Fuller, déterminée à rester en Afrique malgré la guerre civile, alterne entre folie, loyauté et pardon. C´est sous leur « arbre de l´oubli » qu´ils trouveront la sérénité.
    L´auteur : Alexandra Fuller, née en Angleterre, a grandi en Rhodésie (Zimbabwe) et en Zambie. Elle est l´auteur de cinq livres, traduits dans une dizaine de pays, et a signé de nombreux articles pour The New Yorker, Granta, New York Times Book Review, Financial Times, Vogue et National Geographic. Ses deux volumes de mémoires, Larmes de pierre et L´Arbre de l´oubli ont figuré parmi les meilleurs livres de l´année du New York Times, qui compare l´auteur à Karen Blixen, Doris Lessing et Nadine Gordimer. Son portrait du jeune roughneck qui travaillait sur des forages pétroliers du Wyoming, Une vie de cowboy, a valu à Alexandra Fuller d´être comparée à Kessel, Kerouac et Conrad par le Figaro Magazine. Elle a emménagé dans le Wyoming en 1994 et est mère de trois enfants.

empty