• Je suis la France, sous les étendards de mes rois, j'ai fait s'agenouiller l'Europe, tout en menant les combats les plus fous contre la tyrannie. Puis, au nom des Droits de l'homme, j'ai fait mienne la liberté. Au nom de cette liberté, j'ai passé une partie de la planète au fil de mon épée. Je me suis abreuvée de victoires. Quelques-unes de mes plus grandes défaites, toujours subies avec panache, passent aujourd'hui pour des exploits. Je suis la patrie des Grands Hommes et leur en suis bien reconnaissante. Je suis la France éternelle. Et pourtant... Jour après jour, le cafard m'envahit. Je n'ai de goût à rien. Je ne suis pas malade, mais il me semble avoir mal partout. N'ayant plus la force d'être en projet, l'amorce du plus infime dessein, m'emplit d'effroi. Tout incident devient catastrophe. Je prévois, de préférence, le pire et suis d'autant plus déçue s'il ne se produit pas. J'enrage contre tout. La pluie m'agace. Et le soleil aussi. Je n'en demeure pas moins le pays de la mesure et représente toujours, pour le monde entier, la douceur de vivre. Et même s'il est exact que je cafouille comme aujourd'hui, je possède encore l'énorme privilège de pouvoir crier ma rage, et hurler que l'on m'assassine ! J'ai tant à dire... André Balland trouve ici l'occasion d'user du ton léger, qu'il affectionne tant, pour parler de choses sérieuses.

empty