• Rue des fantasques

    André Blanc

    • Jigal
    • 15 Octobre 2018

    Une enquête de routine emmène le commandant Farel bien loin de ce qu'il aurait pu imaginer !
    « Les perles du collier, entraînées dans un sillon de sang et d'eau de pluie, englouties par la bouche d'égout, seront vomies dans le fleuve purificateur après un voyage dans les entrailles de la ville. » Par une nuit pluvieuse, le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, se penche sur le cadavre d'une femme tuée par balle et qui a apparemment fait le saut de l'ange depuis le 7e étage d'un immeuble de la rue des Fantasques. En remontant la piste de ce qui semble être un contrat, Farel fait sortir du bois quelques personnages sulfureux dont une redoutable femme d'affaires, quelques uns de ses nombreux amants, plusieurs mafieux géorgiens et, entre autres, un ministre en exercice... Grand banditisme, arnaque à la taxe carbone, banques maltaises, réseaux criminels, qui tire les ficelles de tout ce beau monde ? Des comparses abattus, des serments trahis et une course poursuite dans le gigantesque réseau souterrain de la ville obligeront Farel à révéler au grand jour les dérives de ceux qui nous gouvernent.
    Plongez-vous sans plus attendre dans cette vaste enquête qui emmènera le commandant Farel à découvrir les dérives de ceux qui nous gouvernent.
    EXTRAIT
    Farel suivait le trajet que la voix de son GPS lui indiquait : dans 2 km serrez la file de droite, à 200 m prenez à gauche, à 50 m, vous êtes arrivé à votre destination.
    Il entra sur le parking, prit le dernier emplacement libre, entre une camionnette et un 4x4 Toyota noir, jeta un oeil sur bâtiment : cubique, en verre fumé, monolithique. La raison sociale en inox sur la façade : SSBS. Belle image de rigueur.
    À la réception, une jeune femme l'avertit que monsieur Bekraoui n'était pas encore arrivé - qu'il venait de prévenir, était en route et serait là dans dix minutes - lui proposa un café pour le faire patienter. Il le choisit double, très noir, non sucré.
    En le buvant, il regarda les photos sur le mur de droite. Sur l'une un homme grand très brun, sans doute Bekraoui, légèrement enveloppé, posait au milieu d'hommes en treillis noirs aux badges gris « SSBS » sur des chantiers, dans des manifestations, des galeries marchandes. Sur l'autre mur, à gauche, tous les logos des entreprises pour qui la société travaillait.
    - Bonjour commandant, dit une voix derrière lui.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un nouvel uppercut au lecteur, un uppercut à même d'assommer ses ultimes illusions quant aux dessous peu reluisants des pistoleros du Capital. - Le Rayon Polar
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Des arcanes du pouvoir aux arnaques à la taxe carbone, il n'y a parfois qu'un pas ! Certains semblent protégés de tout et de tous et vivent sur une autre planète dans les cabinets feutrés des ministères... Ils représentent l'État et oublient parfois leurs devoirs essentiels... D'autres - des voyous, des escrocs, des arrivistes - ont en commun avec les premiers une avidité sans aucune limite ! D'un côté comme de l'autre, ils sont imaginatifs - surtout pour les embrouilles -, retors - cela va sans dire -, sans foi ni loi - sinon celle de l'assouvissement de tous leurs désirs -, et surtout prêts à tout - à vraiment tout - pour engranger médailles, honneurs et avalanches de fric plus ou moins bien planqué dans quelques paradis fiscaux... Rue des fantasques, le nouveau polar d'André Blanc, présente une intrigue troublante servie par style particulièrement efficace. Un roman ? Oui, oui... un roman ! Un roman noir et rouge sang, écrit par un auteur qui connaît son sujet sur le bout des doigts ! Dialogues, personnages, franc-parler, émotions, intrigues, en quatre romans, André Blanc a construit un univers noir impeccable, crédible et engagé ! Et c'est aux Éditions Jigal, bien sûr.

  • Violence d'Etat

    André Blanc

    • Jigal
    • 11 Juillet 2016

    Entre les « grands » qui tirent les ficelles et les défenseurs de la loi, le combat s'engage...
    Suite à un tragique accident survenu sur le périphérique lyonnais, le commandant Farel découvre un important stock de drogue et d'armes planqué dans un cercueil. En remontant la piste de ce qui semble être un trafic régulier, Farel fait sortir du bois une figure du grand banditisme local, un mafieux russe, des hommes de main en provenance des Balkans, une société de sécurité privée et un mystérieux Lupus...
    Mais au fil de l'enquête, c'est au plus haut sommet de l'État qu'apparaissent quelques personnages inattendus - officier d'état-major, flic à la retraite, énarque, directeur de cabinet - qui semblent, dans le plus grand secret, tirer les ficelles... Après avoir esquivé menaces, intimidations, attentats et autres coups bas, c'est dans un réel climat de guerre froide que Farel et son équipe vont devoir affronter cette étrange coalition !
    Un thriller politique captivant et troublant de réalisme qui saura vous tenir en haleine !
    EXTRAIT
    Tout a commencé par un rêve effrayant alors que j'étais hospitalisée pour une raison que j'ignorais. Un fantôme couvert de sang s'était dressé devant moi, au pied d'un immense escalier, une main tendue vers le ciel, et de l'autre, il me montrait l'abîme.
    Je me souviens lui avoir demandé son nom et pour toute réponse, il m'avait répondu : « C'est moi. » Et en me souriant, il avait basculé lourdement, face contre le sol. Depuis lors, toutes les nuits, j'entends son front heurter le rocher et l'ombre me dire : « Quel est ce mort ? »
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Réalisme et minutie... André Blanc construit un puzzle... Il nous oblige à réfléchir, à faire une partie du travail nous-mêmes... Ce n'est qu'à la fin que tout s'emboîte parfaitement... Du grand art ! - L'Express
    Une plongée saisissante dans l'univers des grands corps d'Etat, de la police, de l'armée et évidemment des "Services spéciaux"... André Blanc écrit avec un scalpel... La lecture est haletante et jubilatoire. Et place définitivement André Blanc parmi les stylistes du genre... - Culture Chronique
    Rien que du plaisir sur un rythme d'enfer... Ce qui fait l'intérêt des romans d'André Blanc est d'abord le réalisme. Le second intérêt, au-delà des intrigues classiques efficaces, est le personnage de Farel, flic implacable, mais légaliste et humain, ce qui est une espèce sans doute menacée dans la vraie vie ! - Dan Actu
     À PROPOS DE L'AUTEUR
    André Blanc est né à Lyon, second d'une famille de quatre enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d'archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale... Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski... le vin blanc de Condrieu et... la pêche à la mouche !

  • Farel

    André Blanc

    • Jigal
    • 20 Octobre 2015

    À Lyon, la campagne électorale bat son plein et les cadavres s'accumulent...
    Par un sale mois de novembre glacé et venteux, une femme est retrouvée assassinée dans un grand hôtel de Lyon, attachée sur un lit, étouffée, la tête emprisonnée dans un sac. Le commandant Farel et son équipe se penchent sur le passé de la victime, directrice d'un institut d'accueil pour enfants handicapés et dont la vie va très vite se révéler particulièrement scabreuse. Au fil de l'enquête, en pleine campagne électorale, un autre cadavre sera découvert, apparemment exécuté sur le même modus operandi, celui de l'adjoint au maire, franc-maçon, chargé des finances de la ville et grand pourvoyeur de fonds électoraux. En laissant délibérément à Farel les mystérieux indices d'un jeu de piste macabre, le tueur, froid et méthodique, semble vouloir régler ses comptes... L'enquête va faire remonter à la surface les odeurs nauséabondes d'une terrible affaire toujours pas élucidée mettant en cause l'establishment local. Et pour Farel, les souvenirs douloureux d'une amitié à jamais perdue...
    Plongez-vous dans un thriller politique sombre, brillamment écrit et saisissant de réalisme.
    EXTRAIT
    J'avais trente-deux ans lorsque j'ai poussé la porte grise. L'homme en blanc m'avait conseillé de le faire depuis longtemps, mais il était trop tard, le temps avait passé, Dieu nous avait abandonnés et nous vivions en enfer depuis des mois.
    Nous étions à cinq jours de Noël. Ni Stéphanie ni moi n'avions dormi cette nuit-là. L'état de santé de Marie s'aggravait, plus aucun traitement n'agissait, elle partait doucement, et nous avec.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    [On] reste pris de bout en bout par l'histoire, ses rebondissements, ses ramifications dans le monde politique [...], ses personnages attachants malgré leur manque de détachement et d'humour. - Les 8 plumes, L'Express
    Un polar classique, méthodique, crédible, Farel est un flic carré, psychorigide, en même temps qu'humain et vulnérable, il connaît le terrain, les hommes, mais rien ne lui sera donné dans cette affaire, il va falloir qu'il aille tout arracher avec les dents pour, enfin, en finir avec cette sordide histoire du réseau pédophile qu'il traîne depuis trop longtemps. [...] Farel est à ranger dans la catégorie des très bons polars, fort bien écrit, à l'intrigue tordue à souhait et au suspense savamment entretenu. - Blog Quatre Sans Quatre
    J'ai découvert une plume implacable au service d'un récit sombre, sobre et réaliste. L'auteur nous dépeint des horreurs avec doigté. Il ne s'appesantit pas sur l'indicible, il suggère et c'est déjà bien assez. Il maîtrise parfaitement son intrigue et l'art d'amener des indices. - Argali, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    André Blanc est né à Lyon, second d'une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d'archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale... Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski... le vin blanc de Condrieu et... la pêche à la mouche !

  • Tortuga's bank

    André Blanc

    • Jigal
    • 16 Décembre 2016

    Business, blanchiment et banques exotiques... Plongée dans les coulisses du pouvoir !
    On est en juillet, c'est la canicule et dans le salon d'un appartement bourgeois du centre-ville de Lyon les mouches s'en donnent à coeur joie... Le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, ruisselant de sueur, se penche sur le cadavre de l'ancien préfet, assassiné quelques jours plus tôt. Des bibles rares et hors de prix ont été dérobées tandis que, les bras en croix, le corps semble disposé pour un rituel religieux...
    Au fil de l'enquête, un monde souterrain sort de l'ombre : magouilles politiques, détournement de fonds, mafia, blanchiment et banques exotiques... La ville semble être tenue par un certain Vauclin, un curieux personnage, proche du pouvoir, ancien communiste devenu affairiste sans scrupule. Matignon s'inquiète, des réseaux parallèles entrent en action... Un contrat est lancé, un flic est abattu, un autre dans le coma... Touché au coeur, Farel, ex-commando indestructible, va alors s'affranchir de la loi et réactiver son propre réseau pour se jeter dans la bataille...
    Une enquête explosive et saisissante, par l'auteur de Farel et Violence d'État !
    EXTRAIT
    - La victime. Ce n'est pas un pékin lambda : Joseph Decosterd, soixante-dix ans, ayant assumé diverses hautes fonctions au sein des cabinets ministériels dans sa jeunesse, nommé préfet du Tarn-et-Garonne puis du Rhône. Hors-cadre depuis 1987, si tu vois ce que je veux dire.
    - Je suppose qu'il n'était pas en odeur de sainteté avec le pouvoir nouvellement élu ?
    - C'est fort possible, même probable, ce sera à vérifier, mais cela remonte à plus de vingt ans, ça n'intéresse plus personne... C'est tout ce que je sais sur lui pour le moment. Comme il n'a pas dû rester les bras croisés depuis 1987, on devra fouiller sa vie et ses activités de ces dernières années...
    - Pour le moment rien d'exceptionnel qui puisse justifier que tu me sortes de chez moi un dimanche soir...
    - C'est vrai, mais suis-moi, tu vas comprendre.
    - Ton flair ?
    - Non, pas mon flair, je n'ai pas d'illuminations légendaires, moi, ni d'apparitions sulfureuses, je ne m'appelle pas Guillaume Farel. Je suis un besogneux, un p'tit lieutenant.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un polar froid, réaliste, sans concession et brillamment efficace... Un vrai plaisir, même si la dissection de notre bonne société nous laisse pantois... - Un Petit Noir
    Un roman policier, un roman qui dit les crimes, l'absence de scrupules de ceux qui détiennent une forme de pouvoir... Un roman avec un goût amer, un climat tendu, une fiction ? - Encres Vagabondes
    Ce qui fait la force de ce roman : peu voire pas de violence ni de scènes sanglantes, un suspens savamment distillé et dosé tout au long de l'intrigue desservi par une écriture remarquable d'une incroyable fluidité. Des phrases sensibles et une émotion palpable. - Blog Les Chroniques Polars de Marine
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    André Blanc est né à Lyon, second d'une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d'archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale... Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski... le vin blanc de Condrieu et... la pêche à la mouche !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tout ce qu'il faut savoir et savoir-faire dans toutes les matières  : français, maths, anglais, histoire-géographie-enseignement moral et civique, sciences et technologie.
    Une double page par notion, avec  :Le cours, clair et complet, pour retenir l'essentielDes méthodes et de nombreux exemples, pour savoir utiliser le cours dans les exercicesPlus de 700 quiz et exercices progressifs, pour bien s'entraînerTous les corrigés détachables dans le Guide Parents150 quiz interactifs pour se tester gratuitement dans chaque matière sur  www.parascolaire.hachette-education.comLes fichiers audio de l'anglais gratuits sur  www.parascolaire.hachette-education.comDes tests-bilans dans chaque matièreDes dictées pour progresser en orthographeLes tables de multiplication et les conjugaisons du programme 
    En plus  !Le Guide Parents détachable, avec des conseils pratiques, tous les corrigés, et les programmes expliquésLe dépliant/poster détachable, avec les dates-clés en histoire et des cartes de référence en géographie

  • Hérissée de difficultés de tous ordres, de plus en plus mal assimilée, l'orthographe résiste victorieusement aux tentatives de simplification. Le « réformisme » s'est trop longtemps contenté de la vilipender, offrant des contre-attaques aisées aux partisans du statu quo. Mais la crise de l'orthographe s'aggrave sans cesse, aux dires de tous les observateurs, et l'on voit poindre le jour où une intervention sera nécessaire. Une description minutieuse du phénomène orthographique, appuyée sur une analyse linguistique des problèmes, oblige à renoncer à tout espoir de réforme : il apparaît impossible d'améliorer de l'intérieur un édifice à la fois aussi cohérent et aussi composite. La solution, découverte il y a quatre siècles, est d'ordre alphabétique. On ne peut pas réformer l'orthographe, on ne peut que la supprimer et donner au français une nouvelle écriture, fondée sur la langue parlée. Utopie ?... Cette promotion de la langue parlée s'inscrit dans la perspective des bouleversements culturels du monde contemporain.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty