• La justice - et la société - ont-elles tout faux ? L´obsession de la « récidive » explique en partie la multiplication des condamnations à des peines de plus en plus lourdes, la standardisation croissante du parcours du détenu (moins de libérations conditionnelles, plus de dispositions collectives) et par contrecoup l´inflation carcérale ; elle a motivé, en 2005, l´adoption d´une loi au caractère répressif renforcé.  Quelle est la position de la France en Europe ? Que penser des lois récentes qui renforcent la répression des récidivistes ? Les peines plus longues sont-elles une garantie contre la récidive ? La « récidive », qui a une définition juridique, nécessite d´être travaillée selon des méthodes scientifiques pour obtenir une véritable évaluation et permettre une politique pénale responsable. Sa mesure ne peut se réduire à un simple pourcentage global.  Le présent ouvrage, solidement documenté, aborde ces questions par la mise en perspective d´éléments chiffrés, français et européens, ainsi que par l´analyse d´enquêtes empiriques menées depuis plusieurs années. Il apporte un éclairage bienvenu au débat actuel sur la politique carcérale et milite pour une politique pénale responsable : « Enfermer moins et accompagner mieux » s´avère à terme plus efficace que « punir plus lourdement pour dissuader ».   Annie KENSEY est docteure en démographie, intervenante à l´ENM et à l´Université de Lyon II. Elle est également chercheure associée au Laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe », UMR n° 7043, CNRS-Université Marc Bloch, Strasbourg II.Ouvrage publié sous l'égide de Sebastian Roché et préfacé par Nicole Maestracci.

empty