Sciences humaines & sociales

  • Le 13 novembre 2010, Aung San Suu Kyi, héroïne de l'opposition à la junte, est libérée après des années de lutte et de captivité. Prix Nobel de la paix en 1991 et fi lle du général Aung San, père de l'indépendance, la Dame de Rangoun préside depuis 2016 aux destinées de la Birmanie et tente de rendre à son pays une place digne de son histoire millénaire.
    Au carrefour de l'Asie, abritant une diversité culturelle et linguistique unique, la Birmanie s'ouvre depuis peu au monde. Après des décennies d'isolement et d'ostracisme sous le joug d'une junte militaire brutale, un afflux massif de capitaux étrangers, une croissance économique soutenue et un développement touristique remarquable permettent au pays de s'imposer comme un acteur régional incontournable.
    En dépit de ces progrès, la Birmanie fait face à d'importants défis. Le processus de démocratisation initié en 2010 après la libération d'Aung San Suu Kyi demeure fragile et subordonné à une armée birmane toujours présente au coeur du pouvoir, tandis que les tensions ethniques et religieuses qui divisent le pays depuis son indépendance perdurent sans grand espoir de résolution prochaine, comme en témoigne le regain de violence visant la minorité musulmane rohingya depuis 2012.
    En retraçant pour la première fois l'histoire de la Birmanie de ses origines aux temps des premiers rois de Pagan jusqu'à nos jours, cet ouvrage nous offre une perspective idéale pour appréhender ce pays en pleine mutation et tenter de mieux le comprendre dans toute sa complexité et sa richesse.

  • Depuis des décennies, le monde arabe connaît une interminable descente aux enfers. L'Occident porte une large part de responsabilité, mais aussi les dirigeants orientaux eux-mêmes, ou la pâle copie que sont leurs héritiers. Livrée aux appétits des puissances occidentales après la Première Guerre mondiale, cette région est devenue le terrain d'affrontement des rivalités. La découverte du pétrole en Irak et en Arabie saoudite dans les années 30 a aiguisé les convoitises européennes et américaines. La création de l'État d'Israël en 1948, vécue par le monde arabe comme « la catastrophe », n'est toujours pas acceptée. Génération après génération, les conflits se transmettent et s'élargissent. Aujourd'hui, nous assistons impuissants à l'énumération morbide des victimes, et de nombreuses questions se posent. Y a-t-il une fatalité pour que les Arabes ne connaissent ni le repos ni la paix ? L'islam est-il insoluble dans la démocratie ou dans la république ?
    Cette enquête sans complaisance, menée sur le terrain durant plusieurs années par deux spécialistes du monde arabe, Christian Chesnot et Antoine Sfeir, se veut une analyse clinique et complète des crises enchevêtrées du Moyen-Orient. Un examen pour mieux comprendre une région dont l'avenir est une des clés de notre stabilité.

empty