Sciences humaines & sociales

  • Du printemps 1789 à l'été 1792, plus de six cents caricatures illustrent sur le vif les techniques encore incertaines du commerce du rire politique et tissent le libre discours de la Révolution sur elle-même.

  • Antoine de Baecque raconte ici un moment historique de notre culture, celui où bien manger est devenu un trait spécifique de l'identité des Français. La gastronomie française est née à Paris à la fin du XVIIIe siècle. En quelques décennies, elle a conquis le monde. Avec l'invention du restaurant en 1765, puis son essor au XIXe siècle, une partie de l'identité française tient désormais à la nourriture. Chacun sait, sur la planète, que le Français aime manger, qu'il mange bien et qu'il adore en parler. Et chacun sait que c'est à Paris que cela se passe. En 9 chapitres fluides et vivants, Antoine de Baecque nous fait rencontrer Mathurin Roze de Chantoiseau, le premier restaurateur ; La Reynière, le premier grand critique gastronomique ; Antoine Carême, le premier cuisinier vedette ; Brillat-Savarin, le premier grand intellectuel de la table ; ou encore Escoffier, le premier chef moderne de la cuisine française ; et nos apprend une foule de choses, par exemple sur la première bière pression (vendue chez Bofinger en 1870), sur l'association d'Escoffier et de César Ritz qui va révolutionner la cuisine et l'hôtellerie, sur les premiers "gourmets", ou encore sur le "procès de la sauce poulette", qui permit aux restaurateurs de gagner contre les traiteurs et les aubergistes la bataille de Paris.

  • En partenariat avec France Culture, la première histoire de la marche, par un auteur -historien et journaliste- dont la surface médiatique n'est plus à prouver. Des pèlerinages aux randonnées, des drailles transhumantes aux manifestations politiques, il n'y aura guère eu d'interruption dans la pratique de la marche. La circulation pédestre fait l'homme. Elle est une activité constitutive de l'être humain. Pour en faire l'histoire, Antoine de Baecque part à la rencontre de toutes les formes de marches, et des hommes qui les pratiquent : les peuples et les métiers dont l'identité même semble nomade et pédestre, des Lapons aux Sioux, des colporteurs aux bergers ; les pèlerins, selon toutes les traditions, ceux qui remontent aux sources du Gange ou empruntent le Tôkaidô, comme les marcheurs de Compostelle et de La Mecque. Et si la marche a quasiment perdu ses professionnels, elle a inventé ses praticiens du week-end, ses usagers du temps libre, les randonneurs. Mais l'on chemine aussi en ville, depuis l'apparition des promenades urbaines du XVIIe jusqu'aux " manifs " les plus récentes. Qu'elle permette de mieux vivre, de survivre ou qu'elle soit le support incarné de revendications, la marche a une histoire. Antoine de Baecque, nourri aux sources les plus diverses, déploie ses talents d'historien et de conteur pour offrir un livre profondément original et vivant.

  • « Crétin des Alpes ! » Avant d'être l'une des insultes préférées du capitaine Haddock, l'expression désigne un état prononcé de dégénérescence physique et mentale, éradiqué depuis les années 1920.
    Le crétinisme est l'objet d'un débat de santé publique essentiel au XIXe siècle, suscitant une « science de l'Alpe » qui pose exemplairement la question du « grand renfermement des corps » hantant le travail de Michel Foucault. Le crétin est aussi une victime, dont le sacrifice est un scandale silencieux. Il devient le cobaye de toute sorte d'expériences, pédagogiques et chirurgicales, généralement inutiles, et a été longtemps laissé dans un état débile et difforme.
    Sa revanche - une forme étonnante de fierté crétine - advient peu à peu par le travail de l'imaginaire collectif, qui en fait désormais l'un des emblèmes paradoxaux de l'identité alpine. C'est ainsi que les crétins ont, de multiples façons, tendu un miroir à la bien-pensance, ce que dévoile ce brillant essai d'histoire sur le pathétique ordinaire des « anormaux ».
     
    Antoine de Baecque, professeur à l'Ecole normale supérieure, a publié récemment La Traversée des Alpes (Gallimard), Les Godillots (Anamosa, Prix Lucien Febvre 2017) ou En d'atroces souffrances. Pour une histoire de la douleur (Alma).

  • Dans la presse, en octobre 1789, on peut lire : « Jean Jacob, le bon vieillard, s'est présenté ; les membres de l'Assemblée nationale se sont levés et cet homme extraordinaire (proche de 120 ans), qu'on peut appeler le doyen des hommes, qui a vu trois règnes si différents - ceux de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI -, est venu s'asseoir au milieu des législateurs. »

    Cet étonnant destin exigeait une enquête historique. Retrouver les empreintes laissées par l'existence de Jean Jacob. Retracer sa vie d'infortune et de providence par les monts et les vallées du Jura. Comprendre comment s'est fabriquée sa célébrité et pourquoi il s'est soudain trouvé à Paris. Éclairer la portée symbolique d'une telle cérémonie du grand âge en politique.

    Mais ce « supercentenaire » n'échappe pas à ces interrogations : Jean Jacob a-t-il vraiment vécu 120 ans ? Est-il un vénérable phénomène ou un imposteur ? L'enquête ici déployée au plus près des archives y répond. Car si l'on connaît l'usage politique que fit la Révolution de Jean Jacob, « doyen du genre humain », les faits n'en possèdent pas moins une implacable vérité.

  • Une caricature paraît en 1794 : Robespierre ne serait qu'un tyran obsédé par la mort jusqu'à vouloir " se décapiter lui-même après avoir guillotiné le dernier des Français ". La France selon Robespierre, République de la Terreur, ressemble dans ces images traumatisantes

    Une caricature paraît en 1794 : Robespierre ne serait qu'un tyran obsédé par la mort jusqu'à vouloir " se décapiter lui-même après avoir guillotiné le dernier des Français ". La France selon Robespierre, République de la Terreur, ressemble dans ces images traumatisantes à un immense cimetière où se déversent des fleuves de sang. Le cadavre envahit les représentations.

    Étudier ce moment politique saisi par la terreur, voici le sens de cet ouvrage, qui réunit une dizaine d'études d'Antoine de Baecque. En observant les diverses formes de violence symbolique, physique ou mise en scène qui envahissent alors l'espace politique, l'historien fait une place à l'Hercule, cette Force armée de sa massue qui s'impose comme nouvelle allégorie de la France, prenant une place aux côtés de la déesse Liberté. Car il s'agit de donner corps à la République et d'impressionner ceux qui l'attaquent, tout en créant un corps colossal qui puisse légitimement combattre le géant monarchique en terrorisant les ennemis du peuple.

    Ce livre propose de relire et de repenser la Terreur, en montrant que la présence concrète des cadavres et la puissance de l'imaginaire morbide permettent aux révolutionnaires de prendre la (dé)mesure de la violence des bouleversements qu'ils engendrent, et justifier ainsi leur politique d'effroi.

  • Les Godillots

    Antoine De Baecque

    • Anamosa
    • 30 Mars 2017

    Par un grand conteur, historien et marcheur, la micro-histoire d'un objet, prise comme un révélateur d'époques, de destins et de cultures, mêlant histoire des techniques, histoire politique et histoire culturelle. On y croisera des soldats et des paysans, des randonneurs, des artistes, des comiques troupiers, des hommes politiques et... des chaussures ! Marcheur au long cours, Antoine de Baecque propose, avec le talent de narrateur et le sens de l'enquête historique qu'on lui connaît, de se pencher sur un objet a priori dérisoire : les godillots, ces chaussures solides initialement conçues pour l'armée. Ce mot que tout le monde croit connaître, au point que, comme la " poubelle ", il ait largement échappé à son concepteur du milieu du XIXe siècle, l'entrepreneur Alexis Godillot, est devenu un mot commun. Il reste pourtant singulièrement polysémique. Ses circulations et ses acceptions multiples ouvrent, sur un siècle et demi, à l'étude de milieux, de contextes, d'usages, de discours, extrêmement divers et révélateurs. Plusieurs traditions techniques, esthétiques, politiques, culturelles, s'y croisent et s'y combattent. Le godillot cristallise ainsi des représentations aussi diverses que polémiques et stimulantes. Cette micro-histoire d'un objet est un révélateur d'époques, de destins, de cultures, et permet de mettre à nu une forme de politisation qui fait du godillot un symbole méconnu de la sensibilité politique française. On y croisera des soldats et des paysans, des randonneurs, des artistes, des comiques troupiers, des hommes politiques et... des chaussures !

  • La prise de la Bastille, la tentative de fuite de Louis XVI, sa déchéance, l'avènement de la République, la Terreur... Tout cela est bien su. Pourtant, que connaissons-nous de l'histoire du roi cochon et de celle du géant Iscariotte ? Des culottes de peaux humaines qu'aurait portées Robespierre et du sort réservé aux vainqueurs de la Bastille ? Du rire des députés à l'Assemblée et de l'histoire du tutoiement ? Du langage du père Duchesne et du célèbre « Ça ira ! » ? Enfin des mots inventés par ces hommes qui ne rêvèrent que de régénération et de renouveau ?
    Joyeux, moqueur parfois, mais toujours rigoureux dans ses propos, Antoine de Baecque nous offre, comme sur une scène de théâtre, une farandole de mots et d'expressions, de représentations de l'événement, regard neuf et souvent bien éloigné des poncifs.

  • Ce livre s'efforce de poser la question de la métaphore en histoire : comment une société choisit-elle de se représenter, comment choisit-elle de se représenter, comment trouve-t-elle des formes devant lesquelles elle se dit : je suis cela ?A la fin du XVIIIe siècle, face au gouffre creusé dans la chronique traditionnelle de la monarchie par la rupture révolutionnaire, le discours sur la politique s'appuie ainsi sur les métaphores pour proposer un récit de la fracture historique susceptible d'ordonner le cours débridé de l'histoire. Parmi ces images, celle du corps s'impose rapidement : les hommes de la Révolution se représentent la société qu'ils veulent fonder comme un corps humain, un corps humain, un corps régénéré, raisonné, colossal, plus libre de ses mouvements et mieux proportionné. L'ancienne représentation monarchique, fondée sur la métaphore traditionnelle du corps du roi, s'écroule alors pour faire place à une autre forme politique : celle du grand corps citoyen, garant d'une nouvelle souveraineté.Choisissant des objets originaux (l'impuissance du roi, les plaies des martyrs républicains, la fabrication de monstres en politique), Antoine de Baecque suit cette autoreprésentation politique dans des images et dans des textes peu exploités jusqu'alors, comme les milliers de brochures et de gravures que l'actualité politique jette sur le marché dès le milieu des années 70. Là repose le corps de l'histoire : ces métaphores anatomiques qui portent une nouvelle organisation de l'Etat et de la société, incarnent le récit des événements et offrent aux écrivains politiques le pouvoir de redécrire le monde.Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, agrégé et docteur en histoire, ANTOINE DE BAECQUE est né en 1962. Ses travaux sur la Révolution (on rappellera son livre sur La Caricature révolutionnaire ) l'ont déjà imposé comme un spécialiste incontesté de l'histoire des représentations politiques. Il est également membre du comité de rédaction des Cahiers du cinéma.

  • Quel symbole plus clair du gouvernement de la Terreur que la « sainte guillotine » ? Entre l'été 1791 et celui de Thermidor an II, la mort est omniprésente dans un pays qui se voit comme assiégé. Le cadavre de l'ennemi ou du républicain est au coeur des pensées de la Révolution française. Cet essai dessine, avec la couleur de l'époque et le recul de l'histoire, sept portraits de cadavres célèbres : Mirabeau (le premier grand homme de la Révolution), Voltaire (promené nu vers le Panthéon, étendu sur un char de triomphe), Louis XVI (dont les restes sont dispersés dans une fosse commune), la Princesse de Lamballe (courtisane démembrée), le républicain Geffroy, Robespierre, et Madame Necker. Sept morts infamantes ou glorieuses, à l'époque de la nuit et des tombeaux, des mélodrames gothiques et du goût du morbide. Mais aussi la description détaillée et vivace d'un cérémonial funèbre qui est l'épreuve de vérité de tout un système politique.

  • Antoine de Baecque est historien de la Révolution française, critique de cinéma, actuellement rédacteur en chef adjoint de Libération, responsable des pages Culture. Il a publié, chez Grasset : La Gloire et l'effroi (1997), Sept morts sous la Terreur (1997) ; chez Calmann-Lévy : Le Corps de l'histoire (1993) et Les éclats du rire (2000) ; et chez Gallimard une biographie de François Truffaut (Prix des Lectrices de Elle, 1996) qui fut un succès de librairie, vendue partout à l'étranger.
    En cinq ans, les deux responsables du pouvoir exécutif, Jacques Chirac et Lionel Jospin, n'ont cessé de s'opposer. Désormais les enjeux électoraux de la « présidentielle » conduisent à ce duel irréfutable. Chirac contre Jospin n'a d'autre destin que d'être un « match », de se transformer en un « duel », ce que résume, au pays des Gaulles volontiers batailleur, l'expression « combat des chefs ». Ce combat, avec ses péripéties et ses échanges musclés, ne s'arrête pas à sa seule chronique, réjouie ou désolée. Car il propose un schéma d'opposition, une représentation de la politique, qui, en France, pays où l'incarnation sensible des valeurs a toujours été très présente, est aussi une plongée dans l'histoire. Le duel se déploie comme un récit possible, une « fiction maîtresse » aisément reconnaissable. Pour tout dire : il est la cérémonie politique par excellence. Depuis deux siècles, et la naissance de la politique moderne, l'opposition au sommet est un cas de figure devenu un cas d'école des stratégies de conquête du pouvoir. Antoine de Baecque montre ici, à travers une série de portraits bifrons (c'est-à-dire : Georges Danton contre Maximilien Robespierre, Victor Hugo contre Napoléon III, Léon Gambetta contre Jules Ferry, Jean Jaurès contre Maurice Barrès, Léon Blum contre Maurice Thorez, Philippe Pétain contre Charles de Gaulle, Charles de Gaulle contre François Mitterrand, François Mitterand contre Valéry Giscard d'Estaing), combien le dernier duel en date, opposant Jacques Chirac et Lionel Jospin, est d'abord une représentation inscrite dans une histoire de la politique française. Le petit face au gros, l'homme d'action face à celui de la réflexion, l'austère face au viveur, l'homme du peuple face à celui des élites, le tenant face à l'outsider, sont autant de possibles du combat des chefs. Mais c'est précisément parce que les cartes sont brouillées (qui, de Chirac ou de Jospin, est le légitime, le sage, le petit, le riche, le bon vivant ?) que cette plongée dans l'histoire si particulière d'une cérémonie du pouvoir, peut être si éclairante.

  • La douleur individuelle se formule mal comme en témoigne Alphonse Daudet dans La Doulou ou Joë Bousquet dans Le Bréviaire bleu. A l'inverse, lorsqu'elle devient un phénomène collectif, les écrits fleurissent. Des dizaines de traités ont été consacrés à la souffrance depuis l'antiquité par Epicure ou Cicéron, Rilke, Eluard, Pavese, Duras, Bourdieu ou Pontalis.
    Comment une époque appréhende, comprend et respecte la douleur ? C'est à cette question que l'historien répond dans cet essai écrit d'une plume alerte et très sérieusement documenté.
    Passant en revue les différents " usages " de la douleur (mystique, judicaire, pénitentiel, médical, sentimental, sexuel et créateur) Antoine de Baecque nous propose une dizaine d'études historiques précises portant sur la sanctification de Catherine de Sienne, le supplice du régicide Robert-François Damien, l'extase selon Leopold von Sader Masoch, ou l'invention de l'anesthésie.
    Passionnant, sourcé, ce livre est d'autant plus utile que la révision de la loi Léonetti relance la question de la gestion de la douleur.

empty