Langue française

  • « Les BABY BOOMERS ont tout accaparé : les emplois, les bons salaires, les meilleures conditions de travail, les somptueuses pensions payées par les plus jeunes! Ils se sont offert de généreux programmes sociaux et n'ont laissé que des miettes et des dettes aux générations suivantes! Maintenant qu'ils sont vieux, ils coûtent une fortune au système de santé. Et cela ne va qu'empirer »

    Depuis plusieurs années, des journalistes, des chroniqueurs, des économistes et des politiciens ont entrepris d'accuser sans relâche les boomers de l'état « désastreux » des finances publiques du Québec. Qu'est-ce qui se cache derrière ces blâmes récents? Pourquoi tant de rancoeur? Serait-ce une riposte - plus ou moins organisée - des puissants contre une génération accusée d'égoïsme et d'idéalisme qui a mal tourné et les exigences des gens qui réclament un meilleur partage des revenus et des richesses? Il ne faut pas se leurrer, ces attaques n'ont rien d'anodin. Plus qu'une simple stratégie de riposte, elles ressemblent à une offensive destinée, par le moyen de coupes dans les soins de santé, dans l'éducation et dans les régimes de pension des baby-boomers, à obtenir une réduction de l'impôt des mieux nantis et des charges sociales des entreprises.
    Les baby-boomers seraient-ils d'utiles boucs émissaires?
    Cet ouvrage propose de démontrer qu'il y a, à tout le moins, beaucoup d'exagérations, sinon d'inexactitudes, dans le message propagé à leur endroit.

  • Avec ce numéro d'été, Nuit blanche salue la bonne idée qu'ont eue Vincent Lambert et Isabelle Miron de faire paraître le collectif J'écris fleuve, exercice de « géopoétique », recueil de prises de position, de récits de création en hommage au « fleuve qui soutient [notre] identité et nourrit le monde ». Chaque époque en ramène d'autres. Et l'air du temps serait à la contre-culture et aux années 1970. Par David Laporte, entre autres, tour d'horizon d'une période « à la fois bouillonnante et méconnue » qui aura laissé dans son sillage sexualité libre, groupes écologiques, coopératives d'habitation... Puis, retour en juillet 1936 pour la guerre d'Espagne. Prenant comme point de départ le roman Pas pleurer (prix Goncourt 2014) de Lydie Salvayre, Roland Bourneuf signe un texte aussi poignant qu'éclairant sur cette « guerre impitoyable et d'une extrême violence ». Ce numéro nous fait aussi découvrir Simone Chaput, l'une des voix les plus originales de la littérature franco-manitobaine, ainsi que Kebir Mustapha Ammi, écrivain d'origine marocaine, et nous propose un tour d'horizon de l'oeuvre de Yann Martel.

  • En couverture, la célèbre Vague de Hokusai propose une incursion dans le Japon actuel et passé. Vincent Thibault, dans « Passerelles et possibles », célèbre le grand Haruki Murakami avec son regard de jeune écrivain ayant séjourné au Japon. De même, Mille automnes de Jacob de Zoet de Simon Roy évoque le Japon absolument fascinant d'une autre époque tel que dépeint par David Mitchell. Deux articles sont consacrés à l'écrivain et traducteur franco-ontarien Daniel Poliquin et François Ouellet présente son admirable dernier-né, L'historien de rien. À lire aussi : un texte d'Élisabeth Vonarburg qui se prête au jeu du « Livre jamais lu » ainsi qu'un article sur la vie et l'oeuvre du poète d'origine acadienne Fredric Gary Comeau.

empty