• Le premier roman de Carmen Belzile parle de résilience, porteuse d'espoir. La Maison aux lilas est en effet une fable sur l'amitié, celle qui permet d'avancer et de grandir, avec des personnages qu'on aimerait côtoyer. C'est aussi une histoire qui démontre que malgré la souffrance et les blessures, il n'est jamais trop tard pour prendre une direction nouvelle, à condition d'ouvrir les yeux et le coeur à ce que la vie sème sur notre route. Car à partir du moment où on choisit sa vie, on peut la modeler à sa façon.

    C'est ce que fera Lucie à 45 ans, orpheline de père depuis sa tendre enfance. Au décès de sa mère, elle se croit seule au monde et se sent désemparée. Elle éprouve des sentiments mitigés, à la fois soulagée de ne plus subir la haine et le contrôle de sa mère et dépassée devant cette liberté nouvelle dont elle ne sait que faire. Heureusement, des anges croiseront sa route: Esther, généreuse et attentive; Marcel, un oncle sage et protecteur; Alice, une tante inspirante et bienveillante, ainsi que Sylvie, une cousine sensible et coquine. Avec eux, Lucie se trouvera plongée dans le passé et sera entraînée de découvertes en surprises, sur les traces de ses racines. Elle fera alors connaissance avec les membres de la famille de son père, avec son histoire et avec elle-même.

    Grâce à la présence de ces personnages sortis de l'ombre, Lucie saura rebondir et se métamorphosera graduellement, en retrouvant l'essence de la petite fille qu'elle était avant le décès de son père. Telle une plante qui s'épanouit, elle renaîtra après une longue période de dormance. Lucie apprendra que regarder en arrière et nourrir le ressentiment dressent un mur qui empêche de poursuivre sa route. Au contraire, elle choisira d'avancer et de construire sa vie, comme le brouillard qui se dissipe et qui laisse entrevoir un avenir ensoleillé, rempli d'optimisme et de promesses.

  • Anne Savoie a toujours eu honte de ses origines modestes. Avec David, son grand amour, elle réalise son rêve: travailler dans l'entreprise de sa belle-famille, gravir les échelons de la société, goûter enfin au luxe et au succès. Puis, survient la tragédie : victime d'un accident d'escalade, son chéri meurt subitement et l'univers de la jeune femme s'écroule.
    Profitant du drame pour se débarrasser de cette bru sans manière qu'elle a toujours détestée, Ruth Lampron, la belle-mère d'Anne, donne le coup de grâce : elle évince la veuve de la compagnie et la prive de tous ses avantages sociaux. L'unique consolation pour Anne sera ce chalet délabré et inhabitable, sur les berges du Saint-Laurent, laissé en héritage.
    Seule et désemparée, Anne n'a d'autre choix que de tenter de reconstruire sa vie dans ce village qu'elle découvre à travers ses habitants. Replacera-t-elle tous les morceaux de sa vie; goûtera-t-elle de nouveau à l'amour?

  • Élizabeth est veuve depuis peu et nouvellement retraitée. Elle adore la nature, la littérature et les petits bonheurs du quotidien. Elle passe l'été dans un chalet, en Gaspésie, pour soigner les blessures de son passé, se remettre de la mort de son mari tout en sculptant les contours de son avenir.

    Thomas est enseignant et aidant naturel. Depuis quelques années, il prend une pause, à même auberge, pour se ressourcer sur les grèves gaspésiennes. Il a ses habitudes dans la région; il fait partie d'un groupe de musique qui anime les soirées de La Vieille Usine.

    L'immensité de la mer agit avec une touche de magie sur la trajectoire de ces deux êtres esseulés en quête de sens. La vie tricotera entre Élizabeth et Thomas des moments d'une grande délicatesse, empreints de respect et de bienveillance. Goûteront-ils de nouveau à l'amour? Retrouveront-ils une certaine tranquillité d'esprit? Un roman tendre qui fait du bien, comme une brise d'été.

  • Dès l'âge de quatre ans, Béatrice pressent que la vie a plus à lui offrir que cette pauvreté dans laquelle elle baigne. Ses yeux scrutent tout ce qui l'entoure avec avidité: elle observe, elle écoute, elle absorbe tout, contrairement à sa mère qui ne sait pas lire mais qui a tant d'amour à donner.

    Misant sur la connaissance et le savoir, Béatrice rêve de beauté, de passion et de fierté. Elle fera tout pour s'élever au-dessus de ce qu'elle a connu jusqu'alors. Plusieurs anges l'accompagneront sur son parcours semé d'embûches: Flavie la travailleuse sociale, Angèle l'enseignante et Kim l'employée de la bibliothèque où Béatrice se réfugie souvent pour «apprendre la vie». Puis, il y aura Jérôme...

    À la suite d'un événement dramatique, Béatrice découvrira des indices sur les origines de sa mère qui l'inciteront à tenter de mieux comprendre son passé. Sa détermination suffira-t-elle à créer le bonheur auquel elle aspire?
    Inspiré d'un personnage réel, ce roman est tissé de tendresse, de courage, de résilience et d'authenticité.

    Retraitée d'une carrière en travail social, Carmen Belzile aime mettre en scène de beaux personnages attachants, en pleine reconstruction après une épreuve. Originaire du Bas-Saint-Laurent, elle a passé 25 ans sur la Côte Nord et vit maintenant en Estrie. Elle a également publié, chez Guy Saint-Jean Éditeur, Le secret des vagues, Comme l'envol des oies et La maison aux lilas.

empty