Sciences humaines & sociales

  • À un degré inédit dans l'histoire des sociétés, la consommation s'est aujourd'hui découplée de la stricte réponse aux besoins naturels ; elle s'offre désormais comme un « territoire » aux frontières sans cesse étendues au sein duquel groupes et individus manipulent sens et valeurs et mobilisent une part croissante de leurs ressources (en temps, effort et énergie psychique).
    La consommation implique la domination de croyances et de pratiques transmises à travers des systèmes d'échange et d'influence et fonctionnant via des processus adaptés de construction et de manifestation de l'identité individuelle.
    Ce livre éclaire cette question majeure pour la compréhension de nos sociétés. Il met en lumière les différentes facettes des pratiques de consommation en synthétisant l'apport des approches sociologiques, anthropologiques et sémiotiques, et donne à réfléchir en cernant avec précision les enjeux liés à l'extension de la consommation à l'ensemble de la vie sociale.


  • La notion de bien-être aura-t-elle bientôt remplacé celle de bonheur ?

    Que ce soit dans la publicité, les magazines ou les ouvrages de développement personnel, on nous propose tous les jours du bien-être en prêt-à-porter. À l'aspiration légitime au bonheur s'est substituée l'idéologie du confort. Comment la quête du bien-être s'est-elle imposée dans nos modes de vie ? Symptôme d'une recherche de compétitivité dans une société obsédée par la mesure permanente de la satisfaction, le bien-être est devenu une arme d'intensification du capitalisme.
    Fouillé et argumenté, cet ouvrage interroge ce nouveau diktat et y voit une mutation anthropologique fondamentale de l'Occident.

empty