• L'écologie serait-elle une diversion ?Peut-on vraiment comprendre l'homme à l'aide des seulessciences dites « humaines » ? N'y a-t-il pas un risque de seperdre en concepts trop complexes ?Bertrand Alliot propose d'adopter ici une méthode plusancienne, celle de l'observation naturaliste. Etudier l'hommecomme on étudie la mésange bleue et pour ce faire, seconcentrer sur ce qu'il fait plutôt que sur ce qu'il dit. Carl'homme est un oiseau chanteur. Prendre son discours pourla réalité, c'est rentrer dans son jeu.Et le naturaliste va profiter d'un moment unique dansl'histoire humaine, celui d'une modification profonde deson environnement. Si l'on écoute le discours écologique,Homo Sapiens deviendrait un être extraordinaire, capablede répondre par lui-même à un défi gigantesque.Mais, en y regardant de plus près, en matière d'écologie,l'homme parle beaucoup, mais agit très peu. Le chant del'écologie, si puissant, si répandu, aurait-il donc un autredessein que celui qu'il prétend servir ?

empty