• Analyse non pas le sort des Noirs en Afrique du Sud mais la place et le rôle des Blancs dans ce pays qu'ils gouvernent depuis 1948 et qui menace d'exploser à plus ou moins court terme.

  • Ce livre retrace, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nombre de mutations d'ordre politique, stratégique, psychologique et démographique dont l'actualité ne peut rendre compte, à commencer par la transformation de la guérilla en guerre révolutionnaire ou la naissance d'un tiers-mondisme pulvérisant le mythe de la supériorité raciale. Dans le même temps, l'Union soviétique dépérissait devant les avancées américaines, tandis que l'Europe restait divisée sur le plan politique et impuissante sur le plan militaire. Ainsi, depuis la guerre américaine menée au Vietnam, l'auteur de ce livre n'a, pour l'essentiel, assisté qu'à une série de reculs occidentaux, ponctués par nombre d'échecs de tentatives révolutionnaires mal pensées et de guérillas mal organisées, dont il porte ici témoignage. Pour mieux comprendre cette séquence historique passionnante, matrice du XXIe siècle, Gérard Chaliand offre 50 ans d'expériences de terrain et de réflexions académiques, à travers des textes originaux et d'autres plus anciens, mais ici rassemblés dans une perspective de longue durée. « Gérard Chaliand jette un regard lucide et décapant sur les interventions militaires occidentales », Hubert Védrine.  

  • "Rien que la terre. Toute la terre. Gérard Chaliand est un nomade. Cavalier rapide plutôt que pressé, sans fin il parcourt la steppe ou la savane, la forêt ou le fjord, le cap Vert ou la Terre de Feu, New York ou Bamako, Kaboul ou Buenos Aires. Passion des lieux, des paysages, des villes - de leur beauté et leur diversité.
    Pourtant, c'est la passion pour la guerre qui l'aura fait le plus souvent bondir aux quatre coins de la planète. Il a la passion des lieux parce qu'il aime ce qu'en a fait l'oeuvre des hommes. Mais pour qu'une civilisation édifie, il faut qu'elle ait su être triomphante. Dans la guerre, par la lutte, avec du sang versé. C'est une des lois de ce monde - troublante, cruelle, absolument humaine - que Chaliand nous oblige à regarder lucidement.

    Il n'a rien de l'homme d'armée, soldat ou capitaine. Il aime en revanche l'odeur de la poudre, le départ des chevaux, les nuits sous la tente, l'art d'attaquer, le tranchant ou l'éclair des armes. Il aime les risques de la guerre parce qu'elle fait vivre intensément le lieu et l'instant. Partout, aujourd'hui autant qu'hier, se déroule un épisode de l'immémoriale aventure faite de batailles pour survivre, de combats contre l'oppression, de conflits pour affirmer un pouvoir. Des parties décisives ne cessent de se jouer entre les hommes et les terres, bouleversant l'histoire, bousculant la géographie, transformant le monde. Luttes sourdes, guerres mal déclarées, brasiers sous la cendre ou violents incendies. De la plus forte, la plus irrévocable des histoires humaines, Gérard Chaliand a voulu être le témoin, en dire le sens, la noblesse, la sauvagerie. [...]"
    Claude Burgelin.

  • Une géopolitique des empires à travers six mille ans d'histoire n'avait jamais été tentée. C'est ce que réalise cet ouvrage, depuis le premier empire (celui de Sargon, en Mésopotamie) jusqu'à l'effondrement du dernier, l'Union soviétique.
    Forts de cette appréciation du temps long, les auteurs invitent à appréhender le monde de demain, celui qui suivra la crise majeure que nous traversons.
    Comment l'industrialisation, l'urbanisation et la réduction de l'espace-temps bouleversent les équilibres, quel rôle primordial joue la géographie dans l'histoire ? Quelle place les différentes nations occuperont dans le monde ? Faut-il croire à un amenuisement décisif du rôle des États ? Quel type de confrontation les États-Unis et la Chine vont-ils exercer étant donné leurs intérêts d'États, et leur souci de conserver ou de restaurer leur imperium ?...

    « Une nouvelle fois, Gérard Chaliand nous propose une mise en perspective brillante et éclairante de l'aventure humaine ? la chronologie des empires de l'Antiquité à nos jours ?, qui permet de corriger le court-termisme contemporain, et de remédier à la confusion des esprits et à la perte des repères historiques et géographiques. » Hubert Védrine En couverture : Illustration David Longuein © Flammarion.

  • Événement majeur de la découverte des Amériques, la conquête du Mexique, du Guatemala et du Pérou est ici reflétée comme dans un miroir à faces multiples par les récits croisés des Indiens survivants et des Espagnols conquérants. Avec le souffle d'un poème épique, ce livre restitue la stratégie des vainqueurs et le désastre des vaincus, à la lumière de la sensibilité et du savoir historique contemporains. La mutation de nos perceptions des conquistadores - héros devenus bourreaux  - n'empêche pas d'être encore surpris par l'audace et l'intelligence de ceux qui n'avaient d'autre alternative que la mort ou la victoire.
     
    «  Je trouve lucide et équilibrée votre appréciation sur les événements presque incroyables de Mexico et de Cuzco. Tous mes compliments.  » Jacques Soustelle
     
     
    Géopoliticien et poète, Gérard Chaliand a enseigné à l'ENA, à l'École de guerre ainsi qu'à Harvard, Berkeley et Singapour. Il est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à la guérilla, dont il a une connaissance de terrain sur trois continents, et au terrorisme.
     

  • Depuis le retrait du Vietnam, le bilan militaire de la puissance américaine et de ses alliés occidentaux est sans conteste négatif : conflits coûteux, résultats militaires médiocres, conséquences politiques désastreuses. Conjuguant l'histoire, la géopolitique et l'observation du terrain, Gérard Chaliand rappelle quels étaient les ingrédients de la victoire - et donc les raisons actuelles de l'échec, notamment au Moyen-Orient. Voulons-nous vraiment gagner ces guerres ? À quel prix ? « Dans cet essai percutant, Gérard Chaliand jette un regard lucide et décapant sur les interventions militaires occidentales [...]. La profondeur historique de sa vision et la force de son analyse éclairent d'un jour nouveau l'imbroglio syrien. » Hubert Védrine. « Le livre-choc de Gérard Chaliand arrive à point nommé. Il appelle au sursaut immédiat : les peuples occidentaux ne sont pas condamnés à l'éternelle défaite ! » Général Vincent Desportes. Cet ouvrage a reçu le Prix du Livre des Géopoliques de Nantes (2016) Stratégiste, géopoliticien, Gérard Chaliand est un observateur engagé des conflits irréguliers sur quatre continents. Témoin de longue durée en Afghanistan, où il a enquêté dans diverses provinces, ainsi qu'en Irak, où il se rend régulièrement depuis 2000, notamment chez les Kurdes, y compris ceux de Syrie. Il a enseigné à l'ENA, à l'École de guerre ainsi qu'à Harvard, à Berkeley et à Singapour. Plus de vingt de ses livres sont traduits en anglais et dans une douzaine d'autres langues. 

  • La domination de l'Occident n'aura duré que deux siècles. Un nouvel ordre du monde s'élabore sous nos yeux, dont la crise actuelle révèle les traits. Mais la période que nous traversons n'a pas commencé avec la chute du Mur de Berlin. Elle trouve sa source dès 1979, lors de la révolution khomeyniste, du deuxième choc pétrolier et du tournant initié par Deng Xiaoping.
    Aujourd'hui, la « fracture géopolitique » semble provenir de deux bouleversements essentiels : l'évolution de la démographie mondiale, où l'Occident ne cesse de reculer par rapport au reste de la planète, et la crise économique mondialisée, qui a vu l'accès aux premiers rangs des pays « émergents ». En analysant le parcours des puissances actuelles, cet ouvrage s'interroge sur l'avenir géopolitique mondial, et les destins possibles de l'Europe.
    L'édition de poche est augmentée de trois nouveaux chapitres (Syrie, Ukraine, Chine).

  • Les trois auteurs de ce livre pensent de manière singulière l'état de leur société et le monde à venir, en pleine mutation. L'esprit d'aventure leur sert de « boîte à outils » pour démonter les rouages des idoles contemporaines, les fausses valeurs, et mieux cerner ce qui doit compter dans le futur.Ils dessinent ainsi une tentative originale de réconciliation entre modernité et humanisme grâce aux valeurs universelles portées par l'esprit d'aventure.

  • Avec l'irruption inattendue des combattants de Daech (ou tat islamique) dans le Nord de l'Irak, la chute de Mossoul et le long sige de Koban, en Syrie, la question kurde est revenue sous les feux de l'actualit internationale depuis l't 2014. Les Kurdes, sunnites 80 %, sont alors apparus comme une des rares forces rgionales dtermine combattre le djihadisme. Mais, diviss entre mouvements concurrents (PDK, UPK, PKK, etc.) et entre l'Irak, la Syrie, la Turquie et l'Iran, leurs voix contradictoires restent difficiles dchiffrer.Dans cet ouvrage synthtique et clairant, les auteurs, qui ont rgulirement sjourn au Kurdistan d'Irak depuis une quinzaine d'annes et connaissent l'ensemble des tats de l'espace kurde, interrogent les sources de ce nationalisme trs particulier, qui a vu les Kurdes lutter pour la reconnaissance de leur identit, voire de leur indpendance. Ils permettent ainsi de saisir les tenants et les aboutissants d'une question kurde dsormais pose au coeur du brasier moyen-oriental.Grard Chaliand, spcialiste des conflits internationaux particulirement engag aux cts de la communaut kurde, est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages de gopolitique parmi lesquels Vers un nouvel ordre du monde (avec Michel Jan, Points Essais, n 746). Sophie Mousset est crivain et photographe.

  • Nous vivons à l'heure du terrorisme, et nous ignorons son histoire. Pris par la violence des images, la surenchère des menaces, la confusion de l'information « en continu », nous laissons finalement peu de place à la réflexion et à l'analyse. Il est pourtant urgent de chercher à comprendre le phénomène terroriste. Avec le concours de spécialistes internationaux, Gérard Chaliand et Arnaud Blin retracent dans cet ouvrage l'histoire du terrorisme, depuis l'Antiquité jusqu'à ses formes les plus récentes, et nous font comprendre combien la perception du terrorisme a évolué. L'islamisme radical est ainsi replacé dans son contexte historique. Seule cette profondeur de vue peut nous permettre de cerner les enjeux actuels de ce phénomène, dont les effets sont loin d'être épuisés. Les auteurs ont aussi réuni pour ce livre les discours, manifestes et autres textes théoriques des acteurs principaux du terrorisme, de Bakounine à Ben Laden - la plupart inédits en français. Ce que vous avez entre les mains, lecteurs, c'est la  première grande encyclopédie du terrorisme.

  • À l'échelle internationale, les XXe et XXIe siècles sont le théâtre de guerres et de conflits territoriaux, ethniques et religieux. Depuis le 11 septembre 2001, Bush a déclaré les États-Unis en guerre contre le terrorisme. Or, les clivages et les violences d'aujourd'hui puisent le plus souvent leurs racines dans des dissensions séculaires. Mais, pour autant, fait-on la guerre aujourd'hui comme hier, et pour les mêmes raisons ?
    Dans cet essai qui retrace la généalogie des conflits armés, Gérard Chaliand pose la question de ce qu'il nomme les guerres « irrégulières » ou « asymétriques », quand les forces en présence sont déséquilibrées d'un point de vue matériel et technique. De nouveaux facteurs, à l'échelle démographique et civilisationnelle, sont apparus. Ainsi, les récentes guerres menées en Irak et en Afghanistan se sont soldées par un cuisant échec (pertes humaines, démantèlement du pays attaqué, etc.). Contrairement à l'époque des guerres d'Algérie et du Vietnam, l'opinion publique occidentale se révolte désormais contre les morts au combat et s'interroge sur le sens, les visées et le bien-fondé de ces interventions militaires massives.
    L'auteur mène une réflexion sur les facteurs et les principes généraux qui déterminent l'action belliciste. Qu'est-ce qui a changé ? Quand ? Pourquoi ? Pourquoi les forces armées occidentales qui l'emportaient jadis le plus souvent s'embourbent désormais dans des conflits incertains, alors même que leur supériorité technologique n'a jamais été si importante ? Une nouvelle stratégie est-elle à penser ? Avant tout, parce que la guerre, jusque dans ses victoires, est toujours une défaite politique, ce livre appelle à une méditation sur son bien-fondé et ses enjeux.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il y a cent ans, d´avril 1915 à juillet 1916, était perpétré le génocide du peuple arménien par les nationalistes jeunes-turcs. L´Empire ottoman, alors en guerre au côté des puissances centrales, les accuse d´avoir pactisé avec les Russes et de se rebeller contre Constantinople, trouvant là l´occasion de régler la « question arménienne ». Sous prétexte de déplacer la population arménienne loin du front, commencent des opérations de déportation et de massacre systématique : plus d´un million d´êtres exterminés, les deux tiers des Arméniens de Turquie.
    Ce n´est qu´en 1984, après un demi-siècle de silence, que ce crime imprescriptible était porté à la connaissance de l´opinion mondiale par le Tribunal des peuples, à Paris. Reconnu par les Nations unies l´année suivante, puis par le Conseil de l´Europe, le génocide des Arméniens ne l´est pas par la Turquie, et demeure un sujet de friction entre Istanbul et l´Europe. Ce livre reprend les contributions au colloque, signés des plus grands spécialistes de la question (Yves Ternon, Pierre Vidal-Naquet...) et inclut une nouvelle préface.

  • Comment, hors d'Europe, les empires se sont-ils construits ? Quelle est la part, dans les victoires ou les défaites enregistrées, des hommes, de la stratégie, de l'armement ? Quel rôle, en particulier, les nomades et leurs héritiers ont-ils joué ? Homme de terrain spécialiste des conflits, Gérard Chaliand présente ici un panorama inédit des principales cultures stratégiques qui ont marqué le continent eurasiatique des origines à nos jours. De la Turquie à la Chine en passant par l'Iran et la Mongolie, il décrit la culture militaire et les traditions martiales, trop longtemps méconnues, des grands empires non occidentaux. Une somme qui est le fruit de quinze années de recherche et de travaux. Une mine de renseignements pour mieux comprendre l'origine et la nature des crises et des conflits qui affectent l'ordre mondial aujourd'hui. Spécialisé dans les questions de stratégie et les conflits irréguliers, Gérard Chaliand est l'auteur de nombreux ouvrages dont l'Anthologie mondiale de la stratégie et L'Atlas stratégique (avec Jean-Pierre Rageau) ainsi que l'Atlas des diasporas et L'Héritage occidental (avec Sophie Mousset).

  • La legende de gilgamesh Nouv.

    L'épopée de Gilgamesh est le premier récit de l'humanité transcrit dans des mots. Cette légende sumérienne, conçue en Mésopotamie il y a plus de 5000 ans précède de loin la Bible et davantage encore L'Iliade. Cette épopée qui fonde le modèle même du héros épique en quête de gloire, est également une quête métaphysique qui nous confronte à des thèmes essentiels de l'existence : l'amour, l'amitié, le désespoir, le courage et l'errance.
    La retranscription poétique qu'en propose ici Gérard Chaliand illumine ce texte fondateur qui est le premier des chefs d'oeuvre de notre littérature-monde.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce livre est le résultat d'une enquête effectuée en octobre-novembre 1967 dans les villages de plusieurs provinces du Delta du Fleuve Rouge (ex-Tonkin), région la plus peuplée de la R.D.V. Précédée d'une étude historique qui rappelle les données sociales spécifiques du Vietnam, cette enquête sociologique et économique constitue le document le plus complet sur le peuple vietnamien à l'heure de l'escalade. Elle ne s'y limite pas et c'est, de l'intérieur, depuis la période coloniale, à travers la Première résistance, la Réforme agraire, les réalisations de l'Indépendance, la collectivisation et l'escalade, l'histoire de la R.D.V., telle que l'ont vécue les paysans vietnamiens et les cadres du Parti et de l'État en contact avec la base.

  • Los Angeles s'appelle familièrement L.A. Deuxième ville des États-Unis après New York ; de vingt mille habitants il y a un siècle, cette ville champignon est aujourd'hui une agglomération avoisinant les quatorze millions. Mégapolis s'étendant sur une centaine de kilomètres, cité la plus cosmopolite du monde (elle compte 55 pour cent de « non-Blancs ») et préfigure, à cet égard, le destin des grandes villes de l'hémisphère nord. Tous les changements y sont plus rapides qu'ailleurs. Désormais pôle culturel, sa modernité hétéroclite demande à être apprivoisée car elle demeure la ville la plus étrangère du monde pour la plupart des visiteurs. Los Angeles est à la fois un mythe en formation et un défi.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Au printemps 1991, à la fin de la guerre du Golfe, l'exode jetait sur les routes des centaines de milliers de Kurdes qui échappaient ainsi aux soldats de Saddam Hussein. Une fois de plus, le malheur s'abattait sur le peuple kurde. Assimilation forcée, répression, massacres, transferts de population, état de siège ; depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale, l'histoire kurde est celle du déchirement et de la souffrance. Écartelés entre l'Iran, l'Irak et la Turquie où il n'ont pas d'existence officielle, les Kurdes n'ont ni frontières ni État. L'identité kurde, pourtant façonnée par l'histoire et la culture, existe bien. En cette fin de siècle, les droits des minorités nationales se posent avec une vigueur nouvelle. L'Institut de recherche des Nations unies pour le développement social, sensible à cette évolution, a demandé à Gérard Chaliand un rapport sur la situation des Kurdes au Moyen-Orient. Le Malheur kurde est issu de cette enquête. Il présente un bilan historique, social et économique, étayé par une connaissance intime du terrain et des hommes. Gérard Chaliand, qui depuis trente ans s'est rendu maintes fois dans cette région du monde, est en effet un des meilleurs experts mondiaux du problème kurde. Son livre est une référence pour tous ceux qui, après les images du malheur entrevues le soir sur le petit écran, veulent savoir et comprendre. Expert en questions stratégiques, auteur de nombreux ouvrages de géopolitique, spécialiste des minorités nationales, Gérard Chaliand a dirigé l'ouvrage Les Kurdes et le Kurdistan (1977).

  • Au printemps 1991, à la fin de la guerre du Golfe, l'exode jetait sur les routes des centaines de milliers de Kurdes qui échappaient ainsi aux soldats de Saddam Hussein. Une fois de plus, le malheur s'abattait sur le peuple kurde. Assimilation forcée, répression, massacres, transferts de population, état de siège ; depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale, l'histoire kurde est celle du déchirement et de la souffrance. Écartelés entre l'Iran, l'Irak et la Turquie où il n'ont pas d'existence officielle, les Kurdes n'ont ni frontières ni État. L'identité kurde, pourtant façonnée par l'histoire et la culture, existe bien. En cette fin de siècle, les droits des minorités nationales se posent avec une vigueur nouvelle. L'Institut de recherche des Nations unies pour le développement social, sensible à cette évolution, a demandé à Gérard Chaliand un rapport sur la situation des Kurdes au Moyen-Orient. Le Malheur kurde est issu de cette enquête. Il présente un bilan historique, social et économique, étayé par une connaissance intime du terrain et des hommes. Gérard Chaliand, qui depuis trente ans s'est rendu maintes fois dans cette région du monde, est en effet un des meilleurs experts mondiaux du problème kurde. Son livre est une référence pour tous ceux qui, après les images du malheur entrevues le soir sur le petit écran, veulent savoir et comprendre. Expert en questions stratégiques, auteur de nombreux ouvrages de géopolitique, spécialiste des minorités nationales, Gérard Chaliand a dirigé l'ouvrage Les Kurdes et le Kurdistan (1977).

  • Los Angeles s'appelle familièrement L.A. Deuxième ville des États-Unis après New York ; de vingt mille habitants il y a un siècle, cette ville champignon est aujourd'hui une agglomération avoisinant les quatorze millions. Mégapolis s'étendant sur une centaine de kilomètres, cité la plus cosmopolite du monde (elle compte 55 pour cent de « non-Blancs ») et préfigure, à cet égard, le destin des grandes villes de l'hémisphère nord. Tous les changements y sont plus rapides qu'ailleurs. Désormais pôle culturel, sa modernité hétéroclite demande à être apprivoisée car elle demeure la ville la plus étrangère du monde pour la plupart des visiteurs. Los Angeles est à la fois un mythe en formation et un défi.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty