La Découverte (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'état de la problématique sur les problèmes abordés est caractérisé, notamment, par l'écart qui sépare les propositions théoriques formulées par Marx et Engels concernant le mode de production socialiste et la réalité des « pays socialistes », L'ampleur même de l'écart oblige à formuler une série de questions. Ces questions et les réponses qu'elles appellent ont révélé, que « l'écart » dont on est parti est, très généralement, lié à une double méprise : on a pris des propositions théoriques qui visent le mode de production socialiste pour des propositions qui viseraient des formations sociales en transition ; réciproquement, on a pris des formations sociales en transition pour la « réalisation » du mode de production socialiste. L'effort d'analyse, poursuivi dans ce livre, est devenu d'autant plus indispensable qu'un certain nombre de pratiques, qui se donnent pour des pratiques de « calcul économique » et pour des pratiques de « planification », recouvrent, au moins en partie, des pratiques fort différentes. Comme, de plus, ces pratiques se doublent de commentaires idéologiques qui visent à les présenter pour autre chose que ce qu'elles sont, on se trouve dans une situation où, faute d'effort théorique, on ne peut ni prendre connaissance de la réalité, ni transformer celle-ci.

  • Les analyses actuelles dans le domaine choque jour plus étendu de la planification socialiste impliquent, pour être bien saisies, que l'on dispose déjà d'une vue d'ensemble portant sur les problèmes les plus généraux de la planification centralisée. C'est précisément cette dernière qui est l'objet de la troisième édition de ce livre. Si une grande partie des développements récents de la pensée économique dans les pays socialistes d'Europe vise à proposer des modalités de préparation et de mise en oeuvre des plans, qui font une place plus large à la décentralisation (soit au niveau de certains choix économiques importants, soit, le plus souvent, au niveau de la gestion courante de l'économie), il n'en reste pas moins que ces propositions sont encore loin d'être appliquées à une économie nationale dans son ensemble. Il importe de souligner, aussi, que les formules actuellement proposées pour modifier profondément le mode de fonctionnement de la planification centralisée, et - à la limite - pour lui substituer un autre « modèle » de planification, ne convergent même pas vers un système théorique unifié qui pourrait faire l'objet d'une étude parallèle à celle de la planification centralisée. Le « modèle de planification centralisée » qui est analysé correspond au seul « modèle » qui ait été réellement mis en pratique avec, bien sûr, toutes les distorsions qu'implique le passage d'un modèle idéal à un modèle réel. L'auteur est une qu'il a le mérite d'être adapté dans ses traits essentiels aux exigences les plus pressantes d'une étape donnée de la planification socialiste et d'avoir permis, précisément pour cette raison, d'atteindre les taux de croissance économique les plus élevés que l'humanité ait jamais connus jusque là - et cela quels que soient les « gaspillages ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty