• La folie Fischer

    Christian Carisey

    Considéré par beaucoup comme le plus grand joueur d'échecs de tous les temps, Bobby Fischer fut, à l'image des temps de Guerre froide, hanté par les complots et le double jeu. Une aubaine pour le biographe et un bonheur pour le lecteur.
    Champion du monde d'échecs en 1972 contre Boris Spassky, Bobby Fischer est le premier Américain à avoir remis en cause la suprématie des joueurs soviétiques. Pourtant, des années plus tard, le héros national devient un véritable pestiféré au point de se réjouir publiquement des attaques du 11 septembre 2001 contre les tours du World Trade Center.
    La folie Fischer retrace le parcours d'un joueur en ces temps de Guerre froide où les échecs sont considérés comme un " sport " éminemment politique. De Che Guevara en 1964 à La Havane jusqu'à Slobodan Miloševi´c, en 1992, alors que la guerre de Serbie fait rage, c'est à qui réclamera la présence de Bobby Fischer.
    Quitte, pour celui-ci, à se placer en porte à faux contre les États-Unis.
    La folie Fischer est aussi le récit d'une descente aux enfers. Persuadé qu'on le bombarde d'ondes magnétiques, le champion déchu fuit d'imaginaires complots du FBI, du KGB ou du Mossad. Il rejoint l'Église Universelle de Dieu en plein délire postapocalyptique. Proscrit, malade, il poursuit une partie sans fin. Mais qui est l'adversaire ? Et quelles sont les règles du jeu ?

  • Stockholm, 1650. Dans une chambre, un homme écrit. Il sait qu'il va bientôt mourir et qu'il lui reste peu de temps pour dire la vérité. Cet homme, c'est René Descartes, l'un des plus grands philosophes de l'époque. En exil chez la reine Christine de Suède, il subit l'hostilité des courtisans et la vindicte des Jésuites. Malgré la fatigue, il rédige l'histoire de sa vie. Il revient sur son éducation, ses travaux, ses livres, son engagement dans l'armée, ses errances, ses rencontres, ses amours et la perte de sa fille Francine. Ce " testament " est aussi traversé par les figures remarquables de cette première moitié du xviie siècle, comme Pascal, Galilée ou saint Vincent de Paul.
    Descartes y apparaît comme le personnage du roman de la raison, un penseur libre dans une période de violence religieuse, un écrivain poursuivi pour ses idées, un philosophe qui se demande ce que peut la philosophie face à la disparition d'un enfant.

  • De 1486 à 1492, l'attente de Christophe Colomb avant son départ pour les Indes. Janvier 1492. Dans un pays ruiné par la guerre, Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon prennent possession de Grenade, dernière enclave musulmane de la péninsule Ibérique. Une messe est aussitôt célébrée dans la grande mosquée transformée en cathédrale. Torquemada, le Grand Inquisiteur, est dans les premiers rangs. Il prépare déjà son décret d'expulsion des juifs destiné à garantir l'unité religieuse du royaume. Derrière lui, perdu dans la foule, Christophe Colomb chante le Te Deum à l'unisson des fidèles. Depuis des années, il attend le financement de son expédition qui doit le conduire vers les Indes occidentales. À travers ces trois histoires - la reconquête espagnole contre les musulmans, la lutte de l'Inquisition contre les juifs et les préparatifs du voyage de Colomb -, La confusion du monde raconte la naissance d'un nouveau monde.

  • Versailles, 1686. Le règne du Roi Soleil vacille. Louis XIV doit mener bataille contre les puissances européennes. Il doit aussi lutter contre une fistule qui vient s'ajouter aux nombreuses maladies qui attaquent ce corps abîmé. Alors que l'ambassadeur du Siam attend d'être reçu, le jeune chirurgien Félix de Tassy est chargé d'opérer le roi. De son intervention dépend la survie du pouvoir. Pendant ce temps, les espions rôdent à Versailles tandis que les jésuites rêvent de convertir les populations d'Extrême-Orient.

    À partir de faits réels, Christian Carisey a composé un roman sur la fragilité du pouvoir. On y croise les grands noms de la Cour tels Louvois, Madame de Maintenon, le père La Chaise ou la Palatine, et l'on découvre enfin qui se cache derrière le Masque de fer...

empty