• IMAGINER L'AVENIR N'EST PLUS UN PASSE-TEMPS ANODIN. C'EST DEVENU UN JEU RISQUÉ.

    « L'Accablement Climatique est devenu un agent mortifère au service de la Décontextualisation Nomade. Il n'y a pas une parcelle de terrain planétaire qui ne porte pas, soit les stigmates géologiques des cataclysmes en cours d'amplification, soit les stigmates psychologiques des populations sinistrées peinant à cohabiter avec le souvenir de leur vie passée. »

    Deux siècles après, nés pour réconcilier le biologique et l'éthique, les Nomades Décontextualisés ont transformé le monde en un lieu où les singularités et les affects n'existent plus. Claire Kraft va le découvrir à ses dépens.

    Quelque part entre Gibson et Koltès, une magnifique dystopie philosophique et politique ancrée dans l'actualité.

  • Les équations mathématiques n'altèrent pas les univers qu'elles révèlent. Tel n'est pas le cas de l'humanité qui, bannie par les Particules Baryoniques, franchit le Mur de Planck en emportant avec elle l'intégralité de son patrimoine romanesque. C'est autour de ce dernier que va prendre forme l'épopée de Travis Bogen, dans une dimension où pourtant rien n'était censé être, ce rien si difficile à appréhender pour l'imaginaire humain.

  • L'homme a de tout temps construit des murs pour se protéger des invasions guerrières ou des fléaux naturels. Par-delà ces ouvrages en dur, dont la plupart n'ont pu résister aux vicissitudes de l'histoire, il en existe un qui, parce qu'il n'est pas fait de matière, est demeuré à ce jour infranchissable. Il s'agit du Mur de Planck. Cet édifice théorique qui protège les mystères de la naissance de l'univers, aucun mathématicien, aucun astronome n'est encore parvenu à le franchir. Qu'à cela ne tienne : puisqu'il s'agit de remonter à la source de l'imaginaire originel, la littérature se propose de relever le défi.

  • Le Culte de la Collision retrace dans sa forme l'itinéraire meurtrier d'un adolescent de dix-huit ans, Tanguy Rouvet, durant un périple qui, sur plusieurs mois, le conduira de Paris à Dijon, puis de Chamonix à la province d'Alméria en Espagne. Mais ce roman s'attache surtout à décrire la maturation d'une personnalité extrême qui, surprise elle-même par la tournure tragique que prend son existence, ne cesse de s'interroger sur sa part de responsabilité directe quant aux crimes qu'elle est amenée à commettre. Ainsi, tout en décrivant avec férocité les relations humaines au sein d'une France qui semble entraîner les âmes et les coeurs dans son délitement économique, Le Culte de la Collision nous offre le spectacle d'un adolescent qui s'invente de toutes pièces une morale personnelle adaptée à son errance chaotique, une morale qui lui permettrait de conserver une véritable cohérence interne mais aussi le goût d'avancer qui va de pair.
    Ce road-movie tragique et implacable dans sa description des manigances relationnelles devient alors une sorte de petit traité à usage de toutes celles et ceux qui, inadaptés à une vie sociale réglementaire, sont contraints de s'inventer de nouvelles règles s'ils veulent espérer participer à ce jeu complexe qu'est la vie.
    Dans une langue à la fois poétique et cynique, l'auteur alterne scènes trash, envolées naturalistes et tirades introspectives qui démontrent que l'existence ne se réduit jamais à une succession d'anecdotes factuelles mais plutôt à ce que l'on est capable d'en dire.

  • Ce roman parle d'un homme dont l'abomination est récompensée.

    Ce n'est peut-être pas moralement juste, mais le romanesque n'a que faire de la morale, car ce qu'il veut, c'est réinventer la vie, à n'importe quel prix.

  • Après les attentats du 11 septembre 2001, un étudiant américain nommé Aldous Randall a une révélation quasi mystique : la vanité des individus menace de provoquer une catastrophe planétaire. Bien décidé à sauver de l'extinction totale l'humanité qu'il rebaptise l'humvanité, Aldous Randall se donne pour mission d'éradiquer la vanité sur terre et de créer une société nouvelle où les citoyens dévanitisés cohabiteront humblement, sans le moindre ego, de façon égalitaire et non concurrentielle.
    À travers ses biographies posthumes mais aussi son blog et son journal, nous suivons la carrière de ce prophète qui réussit à imposer sa «révolution comportementale» en utilisant habilement les moyens de communication planétaires dans le «Chaos Global» qui sévit de 2013 à 2048.
    Un premier roman virtuose, un compte à rebours du chaos planétaire, qui anticipe sur notre avenir proche.

  • Jeune, riche, beau, intelligent, le narrateur de cette histoire aurait tout pour être heureux s'il n'était sans arrêt déstabilisé par les choix de vie des autres. Cobaye des idéologies contemporaines, il passe d'une posture à l'autre, partagé entre l'ironie et le désir d'engagement. Malmené par ses partenaires féminines - Gloria, une militante de Greenpeace qui pratique généreusement le don de soi, Candice, une aventurière du sexe virtuel qui l'oblige à des expériences éprouvantes -, il est écrasé par la libido de son père, un avocat d'affaires qui ose refaire sa vie avec une fille de vingt ans...
    Son désir de militer en politique se manifeste surtout par des parties de paintball israélo-palestinien dans un appartement bourgeois, avant de déboucher sur des enquêtes bidon auprès d'étudiants d'extrême gauche avec une carte de presse falsifiée, et sur la rencontre avec un gourou écologiste qui prône la stérilisation volontaire.
    Roman d'initiation loufoque, Le Parti de la jeunesse dénonce avec un humour féroce les impostures d'aujourd'hui.

  • Chaosmos

    Christophe Carpentier

    «Le blast du Chaosmos a pulvérisé l'Amour J'ai fixé ma plume millénaire à un gun volé hier Muse, redresse-toi, et plonge avec moi au coeur des ténèbres Aide-moi à raconter le Chaosmos, ce grand broyeur d'os Alors ensemble, sans jamais demander pardon, nous nous ferons un nom.»

empty