• A Moissac, ville des ancêtres de Claire Daudin, des enfants juifs ont été recueillis et sauvés par un couple de cadres du mouvement des Eclaireurs Israélites de France pendant la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, la famille catholique de l'auteur semble avoir ignoré ces événements qui se sont déroulés chez eux. Poursuivie par le sentiment d'une rencontre manquée entre Juifs et Chrétiens, Claire Daudin nous livre une réflexion sur les méconnaissances et les ravages de l'histoire.

  • Si Paul Gauguin tient toujours le haut de l'affiche, Charles Filiger, son compagnon pendant son séjour en Bretagne, reste dans l'ombre. Peintre de la couleur, il choisit l'obscurité ; artiste mystique, il eut une existence plombée par la solitude, la mala

  • « Dieu existe, je l'ai rencontré ! » Oui, mais où ? Imaginons un Dieu qui déserte les églises pour aller faire un tour au parc de la Tête d'Or, à Lyon, à l'heure de la messe... Un Dieu qui se détourne des fumées d'encens, qui n'écoute plus les jérémiades de « derniers chrétiens » obsédés par la perte de leur visibilité... Un Dieu qui, reprenant l'injonction du prophète Isaïe, crie à ses enfants de « consoler son peuple » au lieu de l'accabler de réprimandes et de se complaire dans les gémissements. Claire Daudin donne le ton : Dieu parle aux hommes dans leur langage, hors sermon, hors les murs, sur les pelouses municipales où l'on croise la foule des dimanches. Cloîtres, abbatiales, églises de village sont délaissés. Dieu est de sortie en ces temps de fin de chrétienté. Évasion définitive ou bien jeu de cache-cache ? On l'aurait aperçu devant l'église de Moissac, dans le corps dévasté d'un SDF ; à la télévision, sur le visage d'un orphelin du sida ; dans une chapelle vandalisée un soir d'après match. Pour en savoir plus sur Son « actualité », lisez Dernières nouvelles du Christ.

empty