• Le cinéfable se tient à l'opposé du scénario, ce texte qui se trouve en amont du film et qui en est l'outil. Le but de cet antimanuel vise à faire rentrer le lecteur - étudiant, scénariste, cinéaste - dans l'état d'effervescence qui prélude à toute création dans le champ de la fiction cinématographique. Cet essai met au jour la participation contradictoire de la cinéfable au récit et au drame. Il s'attache aussi à penser les concepts opératoires sans lesquels cette fable ni se définir ni se réinventer. Les problèmes, les hypothèses sont confrontés à des pensées du scénario et du cinéma, celles de Balázs, de Bazin, de Pagnol, de Pasolini, mais aussi de Rancière ou de Deleuze.

  • Sensible et indifférente à ce qui la réveille au passé, cherchant à se guérir des souvenirs moroses, évoquant - tour à tour - les printemps révolus à l'ombre d'un jardin public, les errances dans des villes étrangères, la lourdeur des silences incommunicables, les tristesses de mai et la solitude cosmique de l'homme, Claire Mercier regarde sa vie et s'ennuit. Cependant, qu'elle ne parvienne pas à fuir ce qui la hante, chevauchant le ciel de son désir au galop, et même si la barque du passé chavire dans l'océan vert de (son) long fou rire, et qu'elle donne son squelette formel engorgé du temps à l'enfer abstrait des vivants, elle reste le Christ anonyme cloué sur le réel, qui nous fait part des vieilles légendes qui dorment dans les méandres de son cerveau. Voici une poésie où les images font l'amour à la lumière de candélabres noirs, orgiaques - mais pures.

  • Sensible et indifférente à ce qui la réveille au passé, cherchant à se guérir des souvenirs moroses, évoquant - tour à tour - les printemps révolus à l'ombre d'un jardin public, les errances dans des villes étrangères, la lourdeur des silences incommunicables, les tristesses de mai et la solitude cosmique de l'homme, Claire Mercier regarde sa vie et s'ennuit. Cependant, qu'elle ne parvienne pas à fuir ce qui la hante, chevauchant le ciel de son désir au galop, et même si la barque du passé chavire dans l'océan vert de (son) long fou rire, et qu'elle donne son squelette formel engorgé du temps à l'enfer abstrait des vivants, elle reste le Christ anonyme cloué sur le réel, qui nous fait part des vieilles légendes qui dorment dans les méandres de son cerveau. Voici une poésie où les images font l'amour à la lumière de candélabres noirs, orgiaques - mais pures.

  • "Les Figures du loup forment un tout organique et un parcours dans lequel tu auras peut-être la généreuse audace, cher lecteur, de t'aventurer. Tu y trouveras, je l'espère, des reflets de ta propre âpreté, de ton ardeur à vivre et de la comédie humaine dans laquelle nous nous débattons." Un recueil de nouvelles poignantes, justes à ne surtout pas manquer.

  • Il s'agit dans ce livre d'une femme dans laquelle se projette l'auteur. "Elle" a notre âge. Elle écrit de façon licite, mais sans espoir de retour, des lettres à son médecin psychiatre. La matière de cette correspondance ? Le sexe, bien sûr ; l'appel d'une révolution ; l'histoire ancienne et la vie matérielle ; mais principalement la décrépitude. Peut-être auras-tu comme Claire Mercier, cher lecteur, le désir d'un épilogue, c'est-à-dire d'une fin qui te laisserait sain et sauf ?

empty