• S'appuyant sur de nombreux cas cliniques, et tout en recourant à l'anthropologie, Claude Guy montre qu'un fantôme se manifeste parfois à travers nos symptômes, nous ramenant à un accident très ancien dans l'histoire familiale : un drame, une catastrophe, un acte traumatisant qui se transmet depuis des générations, sans que ni victimes ni témoins n'aient rien pu, ou rien voulu en savoir.

  • Notre corps demeure fortement lié aux générations antérieures : il hérite des manques, des dysfonctionnements, des secrets, et devient pour le psychanalyste et son patient une inscription à déchiffrer. Tout ce non-dit, cet « insu », tisse l'inconscient à même la chair et fait de la généalogie une énigme à résoudre dont les souffrances qui nous frappent constituent autant d'indices. En s'appuyant sur de nombreux cas cliniques, Claude Guy décrit une sorte de physiologie fantasmatique.

  • Psychanalyse et possession

    Claude Guy

    "Possession, dépendance, emprise" caractérisent un état où la totalité de l'être est engagée. Pour certains, ce sera la drogue, pour d'autres l'alcool, la passion amoureuse, la maladie, l'entrée dans une secte, la fascination pour des thérapies de toutes sortes... sortir de cet état exige d'en passer par un autre, tout aussi puissant, mais provisoire.
    L'auteur, au fil de ses rencontres avec d'autres cultures (africaines et mahoraises), établit des analogies entre les pratiques des rituels de possession et un autre type de "possession" : celle du sujet hanté par une histoire familiale qu'il subit comme un destin. Il propose une lecture de l'acte thérapeutique comme lieu où le patient se libère d'une emprise initiale en acceptant temporairement une autre dépendance, celle du transfert. Il explore et interprète les symptômes et afflictions comme autant de possessions subies par le sujet.
    Alors que la médecine et la psychiatrie tentent de soumettre les désordres psychiques des individus en souffrance à leur autorité savante et à la seule ordonnance de médicaments, ce livre montre comment la psychanalyse, pourvu qu'elle soit pratiquée de façon audacieuse, permet à chacun de découvrir ses ressources vivantes et d'en prendre possession pour son propre bénéfice.

  • Pourquoi cette nouvelle édition du Dictionnaire de la bêtise et du Livre des bizarres ? Parce que la bêtise ne s'arrête jamais et que des idiots se révèlent chaque jour, comme les génies - mais pas dans les mêmes proportions. Il faut en outre un certain temps pour les détecter, les regarder agir, les classer. Dans les précédentes éditions, il n'y avait ainsi aucun article concernant Sartre, Beauvoir, Aragon ou Claudel : rien sur les étrangetés ou absurdités réjouissantes qu'ils ont eux-mêmes proférées ni sur celles énoncées à leur propos.
    Le Dictionnaire de la bêtise complété est un véritable sottisier, mais son ambition est bien plus grande. On y trouvera des textes simplement amusants, mais aussi et surtout des affirmations péremptoires, parfois odieuses, trahissant haine du modernisme, racisme, antisémitisme, xénophobie... Cette bêtise-là, dimension éternelle de l'esprit humain, a ce mérite de révéler, peut-être mieux que les textes dits " intelligents ", ce que sont les mentalités d'une époque.
    Corollaire du Dictionnaire de la bêtise, Le Livre des bizarres rappelle que nombre de grands esprits ont d'abord souvent passé pour des farfelus : Socrate et son démon, Rousseau vêtu en Arménien, Einstein lui-même, qui essayait parfois de vivre sans chaussettes... Là aussi, il fallait nourrir, mettre à jour, étendre aux maîtres du monde les plus récents : le président Jimmy Carter qui remplaçait nuitamment dans les couloirs de la Maison-Blanche les portraits de ses prédécesseurs par le sien, tel dictateur du Turkménistan qui interdisait à son peuple d'être malade et qui avait supprimé la tuberculose par décret... Sans parler des dirigeants iraniens qui obligent les championnes de ping-pong à porter le tchador dans les compétitions internationales, et de beaucoup de bizarreries fondamentalistes dans nos propres religions occidentales. Le sujet n'est pas clos !

  • Cet ouvrage propose des réflexions sur l'enseignement/apprentissage de la littérature en langues étrangères au primaire, post-primaire, secondaire et supérieur. Il évoque les compétences lectorales dont les apprenants ont besoin pour mieux comprendre et apprécier davantage les littératures africaines. Les pistes claires de lecture littéraire suggérées pourraient, d'une part, amenuiser les difficultés de la lecture des différents genres littéraires pratiquée dans les classes de langues seconde et étrangère et, d'autre part, améliorer les compétences linguistiques et culturelles des apprenants.

  • Cette investigation originale sur la CFDT associe pour la première fois une enquête qualitative et une enquête quantitative. Cette dernière a été effectuée auprès d'un échantillon représentatif de 1 503 syndicalistes dont l'adhésion s'étend des années 1960 aux années 2000. Ensemble, ces deux enquêtes permettent de saisir les traits de continuité et de discontinuité qui marquent l'histoire et l'univers de ce syndicat.S'ensuit une analyse du rapport au politique des adhérents, entendu ici au sens large du terme : vote, sympathies partisanes et engagement politique. Mais aussi : action syndicale dans l'entreprise (défense des droits sociaux, références à la grève, à la négociation, au compromis social, au capitalisme) ; réalisme économique face au volontarisme social ; Europe, mondialisation, immigration ; égalité, laïcité, appartenance de classe, famille ; école et grandes doctrines politiques (social-démocratie, libéralisme, humanisme chrétien, autogestion, marxisme).Par-delà ses résultats, l'enquête révèle un réformisme de la CFDT, produit des évolutions parfois heurtées de la centrale et modèle d'action privilégié par les adhérents dans la société française d'aujourd'hui.Martine Barthélemy, Guy Groux et Henri Rey sont membres du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Claude Dargent appartient au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et au Cevipof. Leurs travaux portent sur le syndicalisme, les études politiques ou l'engagement associatif.

  • Ce numéro de Brèves s'amorce avec les récents partenariats de la Société littéraire de Laval avec deux autres associations professionnelles d'auteurs : l'Association des auteurs et des auteures de l'Outaouais et l'Association des auteurs des Laurentides. Ces visiteurs font cadeau de créations littéraires entre lesquelles se tissent des liens de parenté. Puis, l'on découvre des poèmes de la cohorte étudiante du Collège Montmorency ayant été soumis au Concours intercollégial de poésie. Ce numéro comprend aussi un dossier thématique portant sur l'humour ainsi que la recension d'une riche couvée de publications récentes des membres de la Société littéraire de Laval.

  • Dans son numéro de la rentrée, Relations se penche sur la question de l'idéologie transhumaniste. Confiné il y a peu à des cercles d'initiés, le transhumanisme, qui prône notamment l'augmentation de nos capacités physiques et mentales et l'amélioration de l'espèce humaine par le biais des technosciences, voit son influence croître dans la société. De grandes multinationales, mais aussi des fonds publics, subventionnent grassement de nombreuses recherches qui s'y apparentent. Les neuf auteurs de ce dossier fouillé répondent à l'urgence de réfléchir sur ce mouvement et sur cette idéologie ainsi que sur ses conséquences inquiétantes pour la vie et la société. Aussi au sommaire, un débat sur le mouvement étudiant cinq ans après le «Printemps érable» et deux nouveaux chroniqueurs : la poète Denise Desautels qui signe la chronique poétique et l'écrivain Robert Lalonde, qui signe le Carnet. Ce numéro est illustré par l'artiste multidisciplinaire Lino.

  • Les ouvrages d'archéologie mystérieuse foisonnent. Si leurs auteurs ont bien l'intuition d'un passé fabuleux, ils s'y prennent souvent maladroitement pour en convaincre le lecteur. Il est essentiel, croyons-nous, d'établir avant tout une sorte de catalogue signalétique des grandes énigmes. Ainsi, pour essayer de comprendre le fait mégalithique, il est bon, d'abord, d'analyser au maximum les caractéristiques remarquables de certains sites, comme Stonehenge ou les alignements hollandais. Pour comprendre les pyramides d'Égypte, il faudrait aussi s'enquérir de la personnalité des pharaons, des caractéristiques de leurs règnes, des problèmes de chronologie, et retenir les mesures réelles aux dépens des élucubrations. Et pour situer les pièces à conviction que sont la mécanique d'Anticythère, les piles de Bagdad, les disques pî ou ceux de Bayan-Khara Uula, il faut d'abord rassembler tout ce que nous en savons au juste. Cela a paru en son temps, mais dispersé au hasard des publications -pas toujours en rapport avec l'archéologie d'ailleurs-, et souvent sans retenir l'attention. Le travail du groupe de recherche KADATH est précisément de retourner aux sources. L'archéologie mystérieuse ne risque rien ; plus on la déblaie de ses scories, plus apparaît le véritable fantastique, celui de la réalité : connaissances astronomiques venues on ne sait d'où, traditions faisant état d'événements impossibles pour l'époque, constructions cyclopéennes. Après lecture de cette anthologie-loin d'être exhaustive-mais après seulement, on est en droit de rêver sur ces dieux qui laissèrent partout leur empreinte sur des populations médusées.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les ouvrages d'archéologie mystérieuse foisonnent. Si leurs auteurs ont bien l'intuition d'un passé fabuleux, ils s'y prennent souvent maladroitement pour en convaincre le lecteur. Il est essentiel, croyons-nous, d'établir avant tout une sorte de catalogue signalétique des grandes énigmes. Ainsi, pour essayer de comprendre le fait mégalithique, il est bon, d'abord, d'analyser au maximum les caractéristiques remarquables de certains sites, comme Stonehenge ou les alignements hollandais. Pour comprendre les pyramides d'Égypte, il faudrait aussi s'enquérir de la personnalité des pharaons, des caractéristiques de leurs règnes, des problèmes de chronologie, et retenir les mesures réelles aux dépens des élucubrations. Et pour situer les pièces à conviction que sont la mécanique d'Anticythère, les piles de Bagdad, les disques pî ou ceux de Bayan-Khara Uula, il faut d'abord rassembler tout ce que nous en savons au juste. Cela a paru en son temps, mais dispersé au hasard des publications -pas toujours en rapport avec l'archéologie d'ailleurs-, et souvent sans retenir l'attention. Le travail du groupe de recherche KADATH est précisément de retourner aux sources. L'archéologie mystérieuse ne risque rien ; plus on la déblaie de ses scories, plus apparaît le véritable fantastique, celui de la réalité : connaissances astronomiques venues on ne sait d'où, traditions faisant état d'événements impossibles pour l'époque, constructions cyclopéennes. Après lecture de cette anthologie-loin d'être exhaustive-mais après seulement, on est en droit de rêver sur ces dieux qui laissèrent partout leur empreinte sur des populations médusées.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • Ces révélations sont historiques, mais aussi contemporaines. Il s'agit d'un autre regard posé sur l'histoire du monde, sur les temps que nous vivons, parfois même sur ce qui nous attend. L'idée est simple : on nous a toujours caché quelque chose. Ou plutôt : nous avons refusé de le voir. Derrière les gloires reconnues et les vérités proclamées se tient souvent une autre vérité, qu'il faut apprendre à découvrir. Par exemple : on nous dit qu'un iceberg a coulé le Titanic. Soit. Mais on oublie de dire que le Titanic a coulé un iceberg, sur lequel se trouvaient sans doute des animaux à la dérive. Ou bien encore : nous ne sommes pas sûrs que Christophe Colomb ait découvert l'Amérique. Mais il est absolument certain que les indigènes qu'il a ramenés dans ses caravelles ont découvert l'Europe. Et ainsi de suite. Le livre compte des centaines de révélations, qui tiennent du paradoxe, de la provocation, de la rêverie, de l'évidence, mais qui toujours comportent comme un nouvel accent de vérité. Cet accent, elles le doivent sans doute au fait qu'elles sont imaginaires. Car l'imagination - contrairement à la réalité - ne se discute pas. Tout rêve est vrai. Elles le doivent aussi au goût du rire et du sourire, dont les deux auteurs de ce livre, qui rient ensemble depuis quarante-cinq ans, n'ont jamais pu se débarrasser. C'est un voyage en zigzags, aux détours constamment imprévus. Après l'énorme succès du Dictionnaire de la bêtise et du Livre des bizarres, voici le troisième volet récréatif : Le Dictionnaire des révélations. C'est un livre faux et vrai, logique et absurde, drôle et drôle.

  • On attend de la psychologie qu'elle explique les comportements à la fois individuels et collectifs. Discipline à la mode, chacun l'évoque naturellement sans pour autant la connaître ni soupçonner sa complexité. Or, on ne peut parler de psychologie qu'au pluriel, tant cette discipline, dont le caractère scientifique prête encore à maintes discussions, revêt d'aspects diversifiés. En effet, ses méthodes et ses applications pratiques varient en fonction de ses objets d'étude, des contextes socioprofessionnels donnés, ainsi que du psychologue lui-même dont l'activité tient à la fois d'une déontologie professionnelle et d'une éthique personnelle. Ce volume présente les applications pratiques de la psychologie dans le domaine de la santé, de l'éducation, dans la vie de l'entreprise et les grandes organisations collectives, enfin dans le secteur moderne de la communication. Il rend compte, dans toute leur diversité, des métiers auxquels conduit l'étude de cette discipline : filières de formation, statuts, perspectives d'activités, règles déontologiques. Il s'efforce en un mot de préciser la place et le rôle de la psychologie dans la société d'aujourd'hui.

  • On attend de la psychologie qu'elle explique les comportements à la fois individuels et collectifs. Discipline à la mode, chacun l'évoque naturellement sans pour autant la connaître ni soupçonner sa complexité. Or, on ne peut parler de psychologie qu'au pluriel, tant cette discipline, dont le caractère scientifique prête encore à maintes discussions, revêt d'aspects diversifiés. En effet, ses méthodes et ses applications pratiques varient en fonction de ses objets d'étude, des contextes socioprofessionnels donnés, ainsi que du psychologue lui-même dont l'activité tient à la fois d'une déontologie professionnelle et d'une éthique personnelle. Ce volume présente les applications pratiques de la psychologie dans le domaine de la santé, de l'éducation, dans la vie de l'entreprise et les grandes organisations collectives, enfin dans le secteur moderne de la communication. Il rend compte, dans toute leur diversité, des métiers auxquels conduit l'étude de cette discipline : filières de formation, statuts, perspectives d'activités, règles déontologiques. Il s'efforce en un mot de préciser la place et le rôle de la psychologie dans la société d'aujourd'hui.

  • Ces révélations sont historiques, mais aussi contemporaines. Il s'agit d'un autre regard posé sur l'histoire du monde, sur les temps que nous vivons, parfois même sur ce qui nous attend. L'idée est simple : on nous a toujours caché quelque chose. Ou plutôt : nous avons refusé de le voir. Derrière les gloires reconnues et les vérités proclamées se tient souvent une autre vérité, qu'il faut apprendre à découvrir. Par exemple : on nous dit qu'un iceberg a coulé le Titanic. Soit. Mais on oublie de dire que le Titanic a coulé un iceberg, sur lequel se trouvaient sans doute des animaux à la dérive. Ou bien encore : nous ne sommes pas sûrs que Christophe Colomb ait découvert l'Amérique. Mais il est absolument certain que les indigènes qu'il a ramenés dans ses caravelles ont découvert l'Europe. Et ainsi de suite. Le livre compte des centaines de révélations, qui tiennent du paradoxe, de la provocation, de la rêverie, de l'évidence, mais qui toujours comportent comme un nouvel accent de vérité. Cet accent, elles le doivent sans doute au fait qu'elles sont imaginaires. Car l'imagination - contrairement à la réalité - ne se discute pas. Tout rêve est vrai. Elles le doivent aussi au goût du rire et du sourire, dont les deux auteurs de ce livre, qui rient ensemble depuis quarante-cinq ans, n'ont jamais pu se débarrasser. C'est un voyage en zigzags, aux détours constamment imprévus. Après l'énorme succès du Dictionnaire de la bêtise et du Livre des bizarres, voici le troisième volet récréatif : Le Dictionnaire des révélations. C'est un livre faux et vrai, logique et absurde, drôle et drôle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Alors que le monde du XXIe siècle presse notre société de se redéfinir et de se reconstruire en valorisant davantage l'entrepreneuriat, la concurrence et l'individualisme, que reste-t-il des transformations opérées pendant les années 60 : des héritages encore vivants qui stimulent l'action, ou des acquis qui envoûtent et paralysent le Québec ? Un groupe varié d'universitaires, de politiques, de journalistes, de souverainistes, de fédéralistes, aux sensibilités de gauche ou de droite, historiens, économistes et avocats ont été invités par Claude Corbo, recteur de l'UQAM, et Guy Berthiaume, p.-d.g. de BAnQ, à apporter leur éclairage personnel sur cette question. Ils l'ont fait à l'occasion d'un cycle de conférences qui a été donné à la Grande Bibliothèque à Montréal. Ce livre rend compte de ces contributions exceptionnelles.

  • Afin d'inscrire les nouveaux arrivants dans notre mémoire collective, 14 histoires s'enchaînent selon les grandes vagues d'immigration qui ont transformé le tissu humain du Québec, du milieu du xixe siècle à nos jours. Partez à la rencontre de 14 communautés culturelles - écossaise, irlandaise, italienne, juive yiddishophone, polonaise, juive sépharade, grecque, portugaise, haïtienne, latino-américaine, asiatique du Sud-Est, libanaise, subsaharienne et maghrébine - qui ont construit le Québec, et Montréal en particulier. Chaque récit historique est accompagné d'extraits du témoignage d'un membre de la communauté concernée, dont l'ancien premier ministre Pierre Marc Johnson et les artistes Kim Thúy, Bernard Adamus et Lynda Thalie. Pour rendre le portrait encore plus vivant, une riche iconographie des quartiers et des édifices où se sont rassemblées les communautés, ainsi que des individus qui ont eu une action déterminante sur leur groupe, est proposée. Toutes ces trames migratoires inscrites dans la trame québécoise, liant l'histoire nationale à l'histoire internationale, viennent attester, d'une certaine façon, que l'universel s'atteint par le particulier.

  • Les nouveaux voisins ont un lapin malgré l'interdiction de la concierge. A partir de 7 ans.

  • Pour Vincent et Nicole, pas question le mercredi de faire la grasse matinée ! Ce jour-là, leurs parents attentionnés ont prévu pour eux une foule d'activités ! Du sport au club photo en passant par la séance de musique, le mercredi est tout sauf un jour de repos ! Le frère et la soeur en ont vraiment assez de ces mercredis bourrés à craquer. Alors un jour, ils décident que cela ne peut plus durer...

empty