• La nuit ne dure pas

    Dani

    « Ma vie... Est-ce qu'on m'a choisie ou est-ce moi qui ai choisi ? Va savoir ! Dans mon ciel, je n'ai suivi que les bonnes étoiles, celles qui m'ont toujours tendu la main, en laissant derrière moi les revers. »

  • Drogue, la galère Nouv.

    Fait divers... Un matin de décembre, la Brigade des Stups arrive chez moi. Perquisition, coup fourré : quelqu'un m'a envoyé trois grammes d'héroïne. Je suis embarquée. Je reste sous contrôle judiciaire. Deux ans plus tard : un matin d'octobre cette fois, moi qui me croyais tranquille, j'apprends que je suis en cavale, condamnée par défaut, sous mandat d'arrêt ? Le cauchemar commence... Tout ça parce qu'un jour, l'héroïne avait pris ma tête. Cette histoire, c'est la mienne. Avant : la drogue. Après : la galère.

  • Drogue, la galère Nouv.

    Fait divers... Un matin de décembre, la Brigade des Stups arrive chez moi. Perquisition, coup fourré : quelqu'un m'a envoyé trois grammes d'héroïne. Je suis embarquée. Je reste sous contrôle judiciaire. Deux ans plus tard : un matin d'octobre cette fois, moi qui me croyais tranquille, j'apprends que je suis en cavale, condamnée par défaut, sous mandat d'arrêt ? Le cauchemar commence... Tout ça parce qu'un jour, l'héroïne avait pris ma tête. Cette histoire, c'est la mienne. Avant : la drogue. Après : la galère.

  • Héritage

    Dani Shapiro

    Dani Shapiro est née dans une famille juive new-yorkaise, entre une mère qu'elle fuit et un père qu'elle adore. Depuis toujours, elle se regarde dans le miroir, sans parvenir à chasser un sentiment d'étrangeté. Qui est cette petite fille blonde aux yeux bleus, qui ne ressemble à personne de sa famille ?
    À 54 ans, devenue auteure à succès, elle découvre au hasard d'un test ADN que Paul Shapiro n'est pas son père biologique. À la lumière de cette révélation, l'enfance de Dani Shapiro s'éclaire peu à peu, dessinant un portrait de famille empli d'ombres.
    Héritage est une oeuvre littéraire poignante sur la puissance universelle des secrets de famille, une lettre d'amour au père.

  • QUAND UN PSYCHOLOGUE DE RENOM RENCONTRE UN ILLUSTRATEUR DE TALENT, LE MONDE DE LA PSYCHOLOGIE S'OUVRE À NOUS : RICHE, ACCESSIBLE, RIGOUREUX ET DRÔLE. Que cachent nos comportements ? Quel est le secret de nos émotions ? Comment se construit notre personnalité ? Que savons-nous aujourd'hui du processus de la mémoire ? Comment notre cerveau peut- il nous tromper ? Comment entrons-nous en relation avec les autres, et comment ces derniers nous influencent-ils ? Ce roman graphique nous donne toutes les clés pour nous connaître nous-mêmes, comprendre les autres et le monde dans lequel nous vivons. Au travers d'expériences et de découvertes fascinantes qui ont marqué l'histoire de la psychologie, il nous initie au fonctionnement complexe de notre mental... pour une vie plus équilibrée ! « Le manuel de psychologie le plus réjouissant que je connaisse. Il s'adresse à chacun, aussi bien aux experts et aux étudiants en psychologie qu'à toute personne curieuse d'apprendre qui nous somm es et ce qui nous motive. » Adam Alter, professeur de marketing et de psychologie à la New York University Stern School of Business « Ce livre rend l'apprentissage de la psychologie captivant, passionnant et amusant, en reliant des concepts habituellement traités séparément. J'ai hâte de l'utiliser dans mon prochain cours d'introduction à la psychologie. » James Gross, professeur de psychologie à Stanford

  • La cuillère

    Dany Héricourt

    'objet brillant est sagement posé sur la table de nuit. Seren devrait prêter attention à son père, étendu sous le drap: sa mort vient de les surprendre tous, elle et ses frères, sa mère et ses grands-parents, mais c'est la cuillère en argent ciselée qui la retient: elle ne l'a jamais vue dans la vaisselle de l'hôtel que gère sa famille au Pays de Galles. À l'aube de ses dix-huit ans, la jeune fille pourrait sombrer, mais les circonstances aiguisent sa curiosité. L'énigme que recèle l'objet, avec son inscription incisée, la transporte. Elle se met à dessiner passionnément (la cuillère) et à observer toute chose de son regard décalé. Un premier indice sur sa provenance la décide à traverser la Manche, à débarquer en France et, au volant de la Volvo paternelle, à rouler. La cuillère pour boussole.
    Beaucoup d'égarement, une bonne dose d'autodérision et un soupçon de folie l'aideront, dans son road-trip loufoque, à se confronter à ce peuple étrange qui confond Gallois et Gaulois, avant de découvrir en Bourgogne un château chargé d'histoire(s).

  • La nonchalance est une affaire de connaisseur. « J´étais devenu un spécialiste mondial de la sieste », nous révèle Dany Laferrière dès le début de son livre. Cela n´interdit pas de lire et de réfléchir - la sieste y est, au contraire, propice. Elle permet aux pensées de jaillir, s´attachant aux petites et aux grandes choses, aux rêves et aux lectures. Dany Laferrière nous parle d´Obama et de l´Histoire, de ses premières amours nimbées d´un parfum d´ilang-ilang, de Salinger et de Borges, de la guitare hawaïenne, du nomadisme et de la vie - car cet Art presque perdu de ne rien faire est, ni plus ni moins, un art de vivre.

  • Voici Dany Laferrière dans tous ses exils. Obligé de fuir Haïti à l'âge de 23 ans sous les aboiements d'une meute  de chiens, il entame une vie d'exils, de Miami à Paris en passant par le Brésil, sans avoir ajamis vraiment quitté Montréal.
    Après l'Autoportrait de Paris avec chat, Dany Laferrière approfondit la veine du roman dessiné et écrit à la main. L'Exil vaut le voyage offre un point de vue original sur le sentiment de l'exil  : est-ce une expérience aussi terrible qu'on le dit  ? En revenant sur ce qu'on croit à tort une fatalité, Dany Laferrière nous dit combien les pérégrinations obligées, si on les accueille en ouvrant les yeux et l'esprit, nous enrichissent. Quelle occasion de rencontres nouvelles, avec des écrivains, des femmes et des chats  ! Le monde regorge de richesses, et ce livre nous les fait découvrir avec charme et humour, mais aussi, parfois, un lyrisme pudique : «  Je viens de parler à ma mère longuement, et je dois partir sans bagage  ».
    Si les exils ont leur part d'arrachement, ils donnent aussi à voir le monde et des mondes. De Jorge Luis Borges à Virginia Woolf, de jazzmen solitaires en cafés bondés, de l'Amérique à l'Europe, voici de fructueux exils, avec, pour compagnons de voyage, de chapitre en chapitre, les grands exilés du monde, Ovide, Mme de Staël, Graham Greene, le grand romancier cubain José Lezama Lima, et bien d'autres.

  • L'énigme du retour

    Dany Laferrière

    • Grasset
    • 2 Septembre 2009

    L´Enigme du retour (référence au livre de V.S. Naipaul, L´Enigme de l´arrivée, mais aussi au tableau de Giorgio De Chirico portant le même titre) est le grand roman de la maturité de Dany Laferrière. On y retrouve son personnage de l´écrivain qui ne fait apparemment rien que prendre des bains dans son appartement à Montréal. Un matin, on lui téléphone : son père vient de mourir. Son père qui, dans un parallèle saisissant, avait été exilé d´Haïti par le dictateur Papa Doc, comme le narrateur, des années plus tard, l´avait été par son fils, le non moins dictatorial Bébé Doc. C´est l´occasion pour le narrateur d´un voyage initiatique à rebours. Le narrateur part d´abord vers le Nord, comme s´il voulait paradoxalement fuir son passé, puis gagne Haïti pour les funérailles de son père. Accompagné d´un neveu - qui porte le même nom que lui -, il parcourt son île natale dans un périple doux et grave, rêveur et plein de charme, qui le mène sur les traces de son passé, de ses origines. Mais revient-on jamais chez soi ? Un roman d´une facture extrêmement originale : il est en vers libres, d´une lecture très fluide, rythmée et toute en séduction.

  • Deux tours monumentales, une majestueuse galerie des rois, des voûtes aériennes portées par une structure d'une légèreté inédite : Notre-Dame, monument-clé de l'histoire de France, est aussi un parangon de l'art gothique. Une cathédrale dont le terrible incendie du 15 avril 2019 a ému la terre entière.

    Pour saisir sa profonde singularité, Dany Sandron, familier du monument depuis plus de vingt ans, nous livre les clefs des premiers siècles de cet édifice. Dans cette passionnante synthèse, il nous en offre une étude globale, à la fois historique, artistique et sociale. Revenant sur sa construction, ses acteurs, notamment les artistes et artisans, et les ressources mobilisées, il nous introduit dans les différents mondes qu'elle domine : le palais épiscopal de Maurice de Sully, le cloître des chanoines et l'hôtel-Dieu. Il souligne aussi, en spécialiste du Paris médiéval, les liens étroits de la cathédrale avec la ville et au-delà avec le diocèse dont elle est l'église-mère. Notre-Dame entretient également des relations privilégiées avec la royauté capétienne qu'elle magnifie dans une savante mise en scène. Elle sert enfin de référence majeure à l'action édilitaire des souverains et de leurs alliés jusqu'au début du règne de Saint Louis.

    Dans ce réseau complexe qui associe la cathédrale à tous les niveaux de la société médiévale, c'est l'esprit de Notre-Dame qui nous est révélé.

  • Le Goût des jeunes filles est l'histoire d'un exilé haïtien à Miami qui se remémore son adolescence à Port-au-Prince. Et, de même qu'aux Etats-Unis il est entouré de femmes, telles ses deux tantes illettrées, aussi extravagantes qu'adorables, de même, à quinze ans, il rêvait en observant de sa fenêtre un groupe de jeunes filles de l'autre côté de la rue. Des rôdeuses, des moqueuses, des paresseuses, prostituées à l'occasion, des « fraîcheurs », comme il dit. C'est que, malgré la saleté, et la misère, elles lui semblaient éclatantes. Fanfan, c'est le nom de notre bien timide héros, rêve d'aller les retrouver dans leur maison : pour cela, il lui faudra traverser la rue, « le fleuve de la mort ». Un week-end dangereux l'attend. En compagnie d'un ami, il prendra tous les risques pour retrouver les sirènes sinueuses et séduisantes. Histoire de la conquête de la sensualité par un adolescent, Le Goût des jeunes filles est aussi la chronique de ces jeunes filles insolentes qui n'ont peur de rien. Elles vivent selon leurs propres lois et montrent ainsi, en creux, l'horreur de la dictature des « tontons macoutes » qui terrorisent Haïti. Et c'est elles qui, pour finir, donneront à Fanfan le goût de l'amour, de la poésie et de la révolte. Plus encore qu'un roman d'initiation, Le Goût des jeunes filles est un roman de libération.

  • Sur l'île normande de Chausey, une tempête inattendue fait chavirer le destin : celui de Paul, un homme déjà vieux sur le point d'en finir, et celui de Kristen, une jeune fille dont le bateau est venu se fracasser sur les rochers. L'histoire de cette rencontre est en apparence celle d'un double-sauvetage : une réponse à une fusée de détresse lancée au-dessus des vagues. Car Kristen n'est pas là par hasard. Paul est un reporter-photographe connu pour sa série "Terra" et Kristen travaille pour l'éditeur qui attend la maquette de son nouveau livre. Un livre différent, plus intime, "le journal d'une vie d'aventures amoureuses", confie l'artiste. Les portraits de femmes témoignent sur les murs des conquêtes du Don Juan et chevauchent les souvenirs dans la maison de son enfance. Le réalisme époustouflant et les jeux de lumière ajoutent à l'image une texture cinématographique vivante qui creuse le vécu de chaque ride et accompagne dans la houle les récits d'un voyage sentimental. Face à cet homme sans attache, qui se défend pourtant d'exhiber ses trophées, Kristen n'a pas dit son dernier mot. Elle porte la voix des femmes d'aujourd'hui dans l'antre du solitaire, homme d'une autre génération en voie de disparition.

  • Les thèses ne manquent pas pour expliquer le surgissement du capitalisme et ses conséquences. Or il se trouve que Dany-Robert Dufour a eu accès à un texte étonnant, complètement oublié ou presque, datant de 1714, de l'époque même où ce système s'est mis en place et qui pourrait considérablement renouveler les analyses permettant de savoir dans quelle galère au juste nous sommes embarqués.

  • « Le pyjama est un étrange habit de travail », nous dit Dany Laferrière qui, après trente ans de publications, décide de parler à ses lecteurs. Suite de scènes où réflexions, récits, méditations s'entremêlent avec cette désinvolture qui caractérise son style. Voici les « conseils à un jeune écrivain » d'un auteur pour qui la vie est une aventure exaltante qui se conjugue entre lire et écrire. De « Comment débuter une histoire » à « La description d'un paysage » en passant par « La mémoire de l'enfance », sans oublier « Le fouet de Truman Capote », l'expérience et l'humour de l'auteur du Goût des jeunes filles, qui n'en a pas moins pour les bons livres.

  • Résumé
    Un après-midi d'été, l'écrivain croise sur la rue Saint-Denis un jeune homme, Mongo, qui vient de débarquer à Montréal. Il lui rappelle cet autre jeune homme arrivé dans la même ville en 1976. Le même désarroi et la même détermination.
    Mongo demande : comment faire pour s'insérer dans cette nouvelle société ?
    Ils entrent dans un café et la conversation débute comme dans un roman de Diderot.
    C'est ce ton léger et grave que le lecteur reconnaît dès le début d'un livre de Laferrière:« Tout nouveau-né est un immigré qui doit apprendre pour survivre les codes sociaux. Une société ne livre ses mystères qu'à ceux qui cherchent à la comprendre, et personne n'échappe à cette règle implacable, qu'on soit du pays ou non.» Laferrière raconte ici quarante années de vie au Québec. Une longue lettre d'amour au Québec.

    Échos de presse
    Si le livre semble s'adresser d'abord à Mongo, puis au nouvel immigré au sens plus large, il se veut aussi un miroir offert aux québécois, à ceux que Dany désigne comme les natifs. C'est fait avec humour, et beaucoup d'amour.
    Danielle Laurin, Le Devoir

    Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo se décrit comme une lettre d'amour au Québec. Un livre dans lequel il mélange joyeusement les genres, lui qui se dit obsédé par l'idée d'ennuyer son lecteur. On y trouve un dialogue entre un homme qui connaît aujourd'hui le Québec de l'intérieur et un jeune immigrant, Mongo, qui veut bien sûr tout conquérir en une nuit (et plus particulièrement une jeune fille). Conversations interrompues par les notes, observations et chroniques à la radio de l'homme établi, le tout menant à une espèce de manuel expliquant comment infiltrer une nouvelle culture.
    Chantal Guy, La Presse +

    À Mongo qui s'engouffre dans nos petits matins glacés, en émergeant de son deux et demie, Dany Laferrière demande : « Qui t'avait promis le paradis ? » L'exil transformera le nouveau venu. Les vieux enfants du sol à son contact également. D'autres écrivains d'ailleurs mêleront leurs souvenirs aux découvertes. D'autres émigrés se briseront les ailes sur des murs d'étrangeté, de nouvelles unions mélangeront leurs racines. Reste à se souhaiter d'offrir à tout le monde une langue vibrante pour mieux se parler.
    Odile Tremblay, Le Devoir

    Un livre plein de tendresse
    Marie-Louise Arsenault, Radi0-Canada/Plus on est de fous, plus on lit

    Au jeune Mongo, Laferrière raconte quarante années de vie. Une longue lettre d'amour au Québec. On retrouve avec plaisir le ton à la fois léger et sérieux de cet écrivain d'exception, son amour pour le Québec et pour la vie, son humour fin, sa sensibilité et la qualité du regard qu'il porte sur l'humain.
    Marie-France Bornais, Journal de Montréal

    L'auteur
    Dany Laferrière, né le 13 avril 1953 à Port-au-Prince en Haïti, reçoit le prix Médicis en 2009 pour L'Énigme du retour. Il est élu à l'Académie française en 2013. Il a publié chez Mémoire d'encrier Les années 80 dans ma vieille Ford (2005), Tout bouge autour de moi (2011), Journal d'un écrivain en pyjama (2013) et Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo (2015).

  • Le 12 janvier 2010, Dany Laferrière se trouvait à Port-au-Prince. Un an après, il témoigne de ce qu'il a vu. Sans pathos, sans lyrisme. Des "choses vues" qui disent l'horreur, mais aussi le sang-froid des Haïtiens. Que reste-t-il quand tout tombe ? La culture. Et l'énergie d'une forêt de gens remarquables. 

  • Montréal, de nos jours C'est l'histoire d'un homme qui ne fait rien, ou presque. Le narrateur prend des bains. Relit le poète japonais Basho. Ecrit à peine. Fait l'amour avec Midori. Reçoit la visite de Monsieur Mishima. Ce vice-consul de l'ambassade du Japon lui apprend qu'il est devenu célèbre à Tokyo. Célèbre à Tokyo ? Un jour, dans une interview, il a annoncé qu'il était en train d'écrire un livre intitulé Je suis un écrivain japonais, et le phénomène de la célébrité s'est emballé. Un écrivain japonais est allé jusqu'à écrire Je suis un écrivain noir. L'histoire dérape. La police s'en mêle. Que va-t-il se passer ? Ce roman construit en courts chapitres à la manière de Brautigan est, au-delà de son sujet, une brillante variation sur la créolité, la francophonie, la médiatisation et tous les carcans qui empêchent l'homme moderne de prendre son plaisir où il le veut. Avec ce livre diaboliquement intelligent, délicieusement sensuel et irrésistiblement humoristique, Dany Laferrière signe avec brio son retour au roman.

  • Le retour d'un époux disparu Nouv.

    Giovanni est vivant, elle le sait, elle le sent. Depuis la disparition brutale de son mari, Freja refuse de croire à sa mort. Mais, en désespoir de cause, elle se prépare à en épouser un autre... tout en souhaitant que Giovanni interrompe la cérémonie - ce qu'il fait ! Hélas, ce retour aussi espéré que redouté place Freja face à la cruelle réalité. Si Giovanni a déserté du jour au lendemain, est-ce pour fuir leur mariage ? Ou bien dissimule-t-il un secret ? Bouleversée, Freja n'a qu'une certitude : la passion qui les unit est toujours aussi ardente...

  • La civilisation occidentale, après avoir surmonté en un siècle différents séismes dévastateurs, le nazisme et le stalinisme au premier rang, est aujourd'hui emportée par le néolibéralisme. Et avec elle, le reste du monde. La crise générale qui en résulte est inédite : tout à la fois politique, économique, écologique, morale, subjective, esthétique, intellectuelle, elle n'est cependant pas inéluctable. Comment résister au dernier totalitarisme en date? Une fois déjà la civilisation occidentale a su se dépasser en mobilisant ses deux grands récits fondateurs : le monothéisme venu de Jérusalem et le Logos et la raison philosophique venus d'Athènes. C'était au cours de la Renaissance. Pour sortir de la crise, Dany-Robert Dufour propose de reprendre aujourd'hui cet élan humaniste, de dépoussiérer, réactualiser et laïciser ces grands récits. Pour qu'advienne un individu qui, rejetant les comportements grégaires sans pour autant adopter une attitude égoïste, deviendrait enfin "sympathique", c'est-à-dire libre et ouvert à l'autre. Une utopie de plus? Plutôt une façon souhaitable mais aussi réalisable d'oeuvrer à une nouvelle Renaissance, qui tiendrait les promesses oubliées de la première.

  • Pour protéger son secret ; le maître de Sutherland Farm ; l'élan de son coeur Nouv.

    Pour protéger son secret, Dani Wade
    Jacob Blackstone... Depuis qu'elle est revenue s'installer dans sa ville natale, Katie n'a qu'une angoisse : revoir cet homme qu'elle a quitté sans lui annoncer sa grossesse. Quand elle tombe sur lui, Jacob est plus troublant que jamais. Comment, dans ces conditions, lui avouer qu'il est le père de son petit Carter ?
    Le maïtre de Sutherland Farm, Emilie Rose
    Depuis que son père a vendu Sutherland Farm, le haras familial pour lequel elle travaille en tant que vétérinaire, Hannah n'a plus qu'une idée en tête : mettre des bâtons dans les roues à Wyatt Jacobs, le nouveau propriétaire des lieux. Mais, alors que les jours passent, elle s'aperçoit avec stupeur que Wyatt est loin de la laisser insensible...
    L'élan de son coeur, Brenda Jackson
    Bailey n'est pas le genre de femme à perdre la tête pour un homme. Pourtant, le jour où Walker Rafferty a croisé sa route, elle en a été bouleversée. Après un baiser enflammé, aussitôt suivi de la fuite de Walker, elle a ressenti le besoin de le revoir... et la voici en Alaska, dans le ranch isolé du plus sauvage et impassible des cow-boys. 

  • Voici le roman le plus singulier de Dany Laferrière  : un roman dessiné. Et écrit à la main  ; comme tous les précédents, mais dans cet Autoportrait de Paris avec chat son écriture est reproduite en même temps que ses dessins, dans ce volume de grand format et de grande ambition. Et c'est guidés par la main du plus charmeur des académiciens français, ses lettres et ses couleurs, que nous pénétrons dans un Paris à son image, un Paris qui, d'une certaine façon, n'est autre que lui-même.
    Plutôt que «  À nous deux Paris  !  », voici «  Nous deux à Paris  !  ». Le narrateur, un grand rêveur, arrive dans la ville la plus réaliste du monde. Il en fait la découverte et nous avec lui, remontant ses rues et le temps à la rencontre de ceux qui ont fait sa gloire. Paris, ses monuments de pierre et d'intelligence, l'arc de Triomphe aussi bien que Balzac, ses cafés aussi bien que ses créateurs de mode, le Flore aussi bien que Gabrielle Chanel. Paris se nourrit aussi des étrangers qui cessent d'en être dès qu'ils l'aiment et contribuent à faire ce qu'il est. Et voici donc Hemingway, et voici donc Noureev, et voici donc Apollinaire... Et puis il y a Chanana. Qui est cette mystérieuse chatte en manteau rose qui arrive chez le narrateur à minuit  ?

  • Milliardaire et patron,  Sharon KendrickSi Sophie travaille incognito dans cette ferme de l'Outback, c'est uniquement pour échapper à son quotidien infernal. Jamais elle n'avait escompté tomber sous le charme de Rafe Carter, le richissime propriétaire des lieux  ! Et, malgré toutes ses bonnes résolutions, elle ne peut réprimer le frisson d'excitation qui la traverse lorsque son patron lui annonce qu'ils seront seuls à la ferme pendant les congés de Noël... 
    Attirée par son patron,  Miranda LeePasser deux nuits dans un hôtel de luxe avec l'homme le plus séduisant de la Terre ? Voilà ce qui serait le rêve de toute femme ! Mais pas celui de Harriet. Car Alex Kotana, le don Juan en question, n'est autre que son patron. Et leur séjour, un voyage professionnel - qui doit le rester ! Pourtant, celui-ci la couve d'un regard chargé de désir. Au point qu'Harriet n'a plus qu'une seule crainte : céder à la tentation...
    Une idylle avec son patron,  Dani CollinsVittorio Donatelli propose de lui venir en aide ? Gwen peine à le croire. Pourquoi son puissant patron souhaiterait-il la sortir du mauvais pas dans lequel elle se trouve ? Ne la soupçonne-t-il pas de l'avoir trahi en manigançant avec un de leurs clients les plus importants ? Qu'importe ! Gwen est prête à tout afin de sauver sa réputation. Même à s'allier à l'homme le plus intimidant qu'elle ait jamais rencontré... 

  • Vers le Sud

    Dany Laferrière

    • Grasset
    • 18 Janvier 2006

    Vers le Sud est un recueil d'histoires entrelacées qui forment un roman. Plusieurs personnages reviennent, comme Fanfan, double de l'auteur adolescent, qu'on avait déjà croisé dans Le Goût des jeunes filles. Mais ce qui crée l'unité profonde du livre, c'est le thème. Dans toutes les histoires, on retrouve un attrait vers le Sud, c'est-à-dire Haïti et ses corps noirs. Attrait souvent inexprimé, et d'autant plus fort. Le propriétaire d'un café de Brooklyn s'établit à Port-au-Prince et y embauche des gigolos pour séduire sa clientèle féminine. Une Américaine loue une maison bleue qui ressemble à une peinture naïve où elle va faire de troublantes découvertes. La fille d'un maître séduit un esclave. Un roman sensuel, troublant, sur l'attirance des chairs.

  • Tout le monde peut-il devenir un héros ? En 1977, Jean Van Hamme et Dany nous posaient la question avec ce one-shot consacré à un groupe d'hommes et de femmes très ordinaires qu'un crash d'avion en pleine forêt vierge allait forcer à aller au bout d'eux-mêmes. Vingt ans après, les deux auteurs se retrouvaient pour une suite qui voit les survivants de l'accident disparaître mystérieusement les uns après les autres. L'occasion de (re)découvrir le talent de Dany dans le domaine du réalisme et l'un des meilleurs scénarios de Van Hamme.

empty