• En novembre 1832, Vidocq, ancien chef emblématique de la Sûreté, crée le «  Bureau de renseignements universels dans l'intérêt du commerce ». Ses agents ont pour mission de traquer dans le Paris de la monarchie de Juillet les escrocs en tout genre qui nuisent à la bonne marche des affaires. La police privée est alors une activité en plein essor. Peu à peu, les praticiens de ce nouveau métier passent de la surveillance des escrocs à la chasse aux criminels. Le détective devient une figure populaire incontournable, mais sa réputation sulfureuse le condamne à la marginalité. Loin de l'image prestigieuse associée aux figures de Sherlock Holmes en Angleterre ou de véritables détectives comme Allan Pinkerton aux États-Unis, le détective français ne s'est pas imposé sans peine dans le monde judiciaire hexagonal. Peut-être parce que comme nous le dit l'historien, cet homme de l'ombre, «  qui détient l'explication du monde social, qui ouvre et qui referme les portes comme il l'entend  », a très vite représenté aux yeux de l'institution policière, une concurrence difficile à tolérer. 
     
    Ancien professeur d'histoire contemporaine à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Dominique Kalifa a notamment publié L'Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque (Fayard, 1995) et La Culture de masse en France. 1860-1930 (La Découverte, 2001).

  • Le temps est la matière vive de l'Histoire, que l'on s'attache de longue date à découper et à périodiser. Ainsi sont nés les époques, les périodes ou les âges de notre histoire. À ces 'divisions imaginaires du temps', selon l'expression de Charles Seignobos, les historiens ont consacré de nombreux et importants travaux. Un aspect est demeuré cependant en retrait : celui qui a trait aux noms et dénominations de ces époques.
    On ne s'est en effet jamais contenté de 'découper l'Histoire en tranches', on l'a dotée d'une kyrielle de noms propres - de 'Moyen Âge' à 'Belle Époque', de 'Renaissance' à 'Ancien Régime' -, qui pèsent sur la compréhension du passé. Car nommer n'est jamais neutre. La désignation d'une période charrie avec elle tout un imaginaire, une théâtralité, voire une dramaturgie qui viennent en gauchir l'historicité, et donc la signification. Élucider les noms d'époque - les linguistes disent 'chrononymes' - constitue donc une opération essentielle pour qui souhaite envisager le passé sans anachronisme ni faux-semblants.
    C'est à cette entreprise que ce livre est consacré. Les quatorze essais qui le composent s'attachent à quatorze 'noms d'époque' du contemporain, choisis parmi les plus usuels, en France comme à l'étranger. L'enquête débute au lendemain de la Révolution française, qui a échoué à réordonner le temps, mais réussi à le bouleverser. Elle s'achève dans les dernières années du XXe siècle. Entre-temps se dévoilera une large partie de l'histoire contemporaine, du 'Risorgimento' à la 'Fin de siècle', du 'Gilded Age' aux 'Trente Glorieuses', des 'Années folles' aux 'années noires'.

  • Paris, capitale de l'amour ? En tout cas, c'est probablement la seule ville au monde dont on puisse dire qu'elle provoque tous les fantasmes, au point qu'on a pu parler, en 1869, de "parisine", le parfum sensuel qui émane du sol de Paris. On trouvera dans ce livre de l'historien Dominique Kalifa une foule d'anecdotes et de faits curieux : la carte imaginaire des adultères, arrondissement par arrondissement, établie en 1928 ; Léon Blum suivant une femme dans la rue ; Landru repérant ses victimes dans le métro ; ou encore des sections consacrées aux petits salons des restaurants, à l'amour dans les fiacres ou sous les portes cochères, aux rencontres amoureuses dans le métro ou, comme Marguerite Duras dans les années 1930, dans les piscines municipales, etc. Mais on pourra également lire ce Paris comme l'histoire sur un siècle, de 1860 aux années 1960, de la conquête de la ville, de l'espace public, par les femmes.

  • De la cour des Miracles aux territoires contemporains de la misère ou de la pègre, l'existence des « bas-fonds » revient régulièrement hanter nos imaginaires. Gueux, mendiants, misérables, prostituées, criminels, grands délinquants, détenus, peuplent de leurs figures hideuses, à la fois réelles et fantasmées, l'envers ? pour ne pas dire le « Milieu » ? de nos sociétés. Ils en constituent le repoussoir, la part maudite, mais aussi l'une des lignes de fuite symbolique et sociale.Quoique centré sur la France des XIXe et XXe siècle, cet ouvrage n'hésite pas pour autant à puiser ses références dans la société médiévale finissante, dans l'underworld victorien, les trottoirs de Hambourg ou les ports coloniaux... Dominique Kalifa élabore ainsi une sociologie comparée extrêmement précise et documentée de cet imaginaire, propre à susciter fantasmes et divagations. Pas à pas, il met ainsi au jour ses constituants (ses décors, ses figures et ses intrigues), ses procédés de fabrication (via le journalisme, la littérature, le cinéma...), mais aussi et surtout les ressorts d'une fascination : souvent dénoncée comme malsaine, celle-ci s'avère pourtant souvent un puissant régulateur des sensibilités et des aspirations sociales.

  • Biribi

    Dominique Kalifa

    Une plongée dans l'enfer de l'archipel des bagnes militaires français. Biribi était le nom donné, au XIXe siècle, aux bagnes militaires installés par l'armée française en Afrique du Nord pour se débarrasser de ses " mauvais sujets " : rebelles, fortes têtes, condamnés des conseils de guerre, parfois aussi opposants politiques, homosexuels ou faibles d'esprit. L'auteur décrit l'histoire tragique de ces hommes soumis aux brimades et aux sévices infligés par des sous-officiers indignes, au travail harassant sous un soleil de plomb, à la violence de ce qui constituait les bas-fonds de l'armée. Mais il montre aussi comment le courage de quelques-uns - militants, médecins ou reporters, comme Albert Londres - contribua à faire prendre conscience au pays de l'horreur vécue dans ces camps disciplinaires. Les derniers " corps spéciaux " de l'armée française furent supprimés au début des années 1970.

  • La « Belle Époque », qui désigne les quinze premières années du XXe siècle, fait partie de notre héritage culturel. Mais sait-on vraiment ce que recouvre cette notion et les différents usages qu'on en a faits ? Ce livre raconte quand et comment l'expression fut forgée - beaucoup plus tard qu'on ne l'a dit - et retrace les multiples visages d'une période perçue, en France et à l'étranger, comme un moment heureux, emblématique d'un certain art de vivre « à la française ». Un instant privilégié d'insouciance et de joie de vivre, de froufrous et de flonflons, d'audaces esthétiques et d'innovations scientifiques. Le Moulin-Rouge voisine avec l'Exposition, Toulouse-Lautrec dialogue avec Marie Curie et la belle Otero, Fantômas inaugure l'écriture automatique. Traquant les représentations de « 1900 » que nous ont données les mémoires et les souvenirs, la littérature et le cinéma, l'art et l'histoire, Dominique Kalifa lève le voile sur un pan méconnu de notre contemporain, expliquant pourquoi nous avons eu besoin, depuis un siècle, d'inventer et de réinventer sans cesse ce moment pensé comme « fondateur ». Car la « Belle Époque » des années 1930 n'est pas celle qui triomphe dans le cinéma des années 1950 ou celle qui s'exhibe en 1980 dans les collections de cartes postales. C'est tout l'imaginaire et la nostalgie d'un monde perdu qui se découvrent, offrant une lecture originale de ce qu'est vraiment l'histoire : une méditation sur le temps et ses interactions. Dominique Kalifa est professeur à la Sorbonne (Paris 1) et membre de l'Institut universitaire de France. Il a publié une dizaine de livres portant sur l'histoire des imaginaires et de la culture du contemporain, dont L'Encre et le sang (Fayard, 1995), La Culture de masse en France (La Découverte, 2001), Crime et culture au XIXe siècle (Perrin, 2005) et Les Bas-Fonds. Histoire d'un imaginaire (Seuil, 2013, prix Mauvais Genres).

  • En décembre 1901, Henri Vidal, fils d'une hôtelière de Hyères âgé de 34 ans, agresse à coups de couteau deux prostituées, puis assassine une troisième fille publique ainsi qu'une jeune Suissesse. Arrêté parce qu'il voyageait sans billet, celui que le pays surnomme très vite «?le Tueur de femmes?» est condamné à mort par la cour d'assises de Nice, puis gracié et envoyé au bagne de Cayenne où il meurt en 1906. Dès ses crimes commis, l'assassin devient l'objet d'une imposante production discursive : faits divers, chroniques judiciaires, témoignages, expertises, ainsi qu'une autobiographie rédigée en prison. À partir de ces matériaux, et sans rien ajouter aux paroles des contemporains, les auteurs ont réalisé un montage qui permet de dérouler le film de cette existence, mais qui montre aussi comment une société, dans sa diversité et ses contradictions, construit la figure d'un criminel. Publié en 2001, longtemps indisponible, ce livre singulier, dont la forme suscita l'étonnement, interroge à la fois l'écriture du passé, la nature du récit biographique, les incertitudes et la fragilité de l'histoire.

  • Pierre Bellemare présente 10 nouvelles histoires de crimes, de faits divers et de sang : un rendez-vous exceptionnel !Connu pour ses talents de conteur, Pierre Bellemare présente dans ce second tome 10 affaires de faits divers et de crimes, qui permettront au lecteur curieux de découvrir un lieu (la rue Montaigne), un moment (l'empire, l'entre-deux guerres), la France des paysans ou celle des aristocrates. Du XVIIe au XXe siècle, de Papillon (le premier évadé de l'île du Diable) à Claude Bridel (femme d'origine modeste qui se confronta à Louis XV), ce sont 10 nouvelles histoires extraordinaires qui sont rassemblées ici.
    Pour le plus grand bonheur des amateurs des histoires de Pierre Bellemare, riches de rebondissements, de détails étonnants et de mystères au coeur de la France des siècles passés !

empty