• Une exploration des voies et des moyens s'offrant à une grande banque française pour appréhender et résoudre au mieux les délicats problèmes d'intendance, d'organisation, de contrôle ou de communication, tant dans ses relations avec sa clientèle, qu'en son sein même.

  • Le Docteur Dupuch, dont une importante partie de la carrière s'est déroulée au Maroc a été très marqué par son séjour dans ce pays. Il évoque dans ce livre les souvenirs inoubliables qu'il en a conservés. Ses fonctions l'ayant amené à pénétrer dans l'intimité de ses clients, du plus puissant personnage au plus humble fellah, il a pu apprécier leur hospitalité hors de pair, leurs qualités de coeur, leur spiritualité et leur grandeur d'âme face aux coups du sort. Les années durant lesquelles il a vécu au Maghreb ont été particulièrement riches en événements historiques. L'auteur en fait état dans son récit, mais sans s'y attarder. C'était également l'époque des grandes épidémies et des grandes endémies. Le typhus, la peste, la variole, le paludisme, la lèpre, la fièvre récurrente, etc., faisaient des ravages. Bien des médecins français ont payé leur tribut à ces affections, mais leur action, poursuivie par celle des jeunes médecins marocains qui ont pris la relève, a permis de juguler ces fléaux. Actuellement, ce pays est en pleine expansion. Le Docteur Dupuch y fait de fréquents séjours. Il est toujours reçu, avec amitié, générosité, parfois même avec faste par ses anciens clients. Les moments qu'il a passés au chevet de ses malades marocains restent dans sa mémoire comme les plus émouvants et les plus enrichissants de sa vie professionnelle.

  • Henri Dupuch, natif de Pau, fait toutes ses études primaires et secondaires au Lycée Louis Barthou. Études médicales à Bordeaux. S'installe à Nay. Est mobilisé comme médecin-lieutenant au Bataillon d'instruction du 18e R.I. Combat pour la défense de Château-Thierry. Est fait prisonnier. Départ pour le Maroc en février 1942, comme médecin de la Santé publique. Lors de l'indépendance de ce pays, est envoyé - sur sa demande - en Corse, où il finit sa carrière comme médecin inspecteur régional. À sa retraite, s'est adonné à la littérature et à la peinture. Ayant vécu une partie de la "Belle Époque" à Pau, et doué d'une excellente mémoire, il était tout à fait habilité à écrire cette chronique de la vie paloise.

  • Henri Dupuch, natif de Pau, fait toutes ses études primaires et secondaires au Lycée Louis Barthou. Études médicales à Bordeaux. S'installe à Nay. Est mobilisé comme médecin-lieutenant au Bataillon d'instruction du 18e R.I. Combat pour la défense de Château-Thierry. Est fait prisonnier. Départ pour le Maroc en février 1942, comme médecin de la Santé publique. Lors de l'indépendance de ce pays, est envoyé - sur sa demande - en Corse, où il finit sa carrière comme médecin inspecteur régional. À sa retraite, s'est adonné à la littérature et à la peinture. Ayant vécu une partie de la "Belle Époque" à Pau, et doué d'une excellente mémoire, il était tout à fait habilité à écrire cette chronique de la vie paloise.

empty