• Actualité du jour avec le processus de paix qu'Arafat et Rabin ont engagé, actualité de toujours : cette région a été la convoitise des grandes religions qui ont façonné le monde méditerranéen. Tour à tour, musulmans, chrétiens, juifs s'affrontent sur et pour cette terre. L'histoire passée et présente du Moyen-Orient que raconte ce livre englobe et dépasse le seul conflit israélo-arabe, qu'il s'agisse du Liban, des guerres du Golfe, des questions pétrolières, du développement économique ou encore du problème de l'eau.

  • Le bien-être et la performance sont indissociablement liés au travail bien fait et à la possibilité d'en débattre. C'est pourquoi les organisations les moins exposées aux risques ne sont pas celles où l'on se dispute le moins, mais celles où l'on débat le mieux sur la manière de réaliser les tâches et d'exercer ses fonctions. Mais rien n'est moins simple : en moyenne, un tiers de notre temps est consacré à lever des obstacles dans les décisions à prendre. Ces blocages paraissent parfois insurmontables en face à face et nécessitent la présence d'un tiers pour raffermir le dialogue et faire émerger des pistes de solution.

    Au-delà de cette raison évidente, si la médiation s'installe aujourd'hui dans les entreprises, les établissements publics, les associations..., c'est aussi en tant qu'outil de prévention des violences discriminatoires, sexuelles, sexistes et/ou psychiques... pour lesquelles l'employeur a l'obligation renforcée d'en préserver ses collaborateurs. De fait, en questionnant notamment les représentations et les ressentis de chacun, la médiation offre ce cadre sécurisé nécessaire à la compréhension mutuelle des origines de la violence.

    Cet ouvrage s'adresse ainsi à toute personne (dirigeant, manager, pilote de projet, collaborateur, RH, représentant du personnel, avocat, médiateur...) convaincue par les vertus d'une conflictualité saine et productive pour maintenir la confiance et renforcer les coopérations. Illustrée de nombreux exemples et témoignages, la médiation est repensée comme une histoire de don, tant dans les dispositions du tiers (sa posture, son éthique, sa méthode) que dans sa contribution à une meilleure gouvernance de l'organisation (sortir de la maldonne pour une nouvelle donne).

  • Une première enquête montre que la crise de la masculinité est fondée sur la difficulté à définir ce que doit être un homme à partir d'une profusion de normes souvent contradictoires et variables selon le milieu social. Une seconde enquête relie ces représentations collectives et les applications dans les pratiques privées des jeunes.

  • Mobilisé en 1914, le soldat Edmond Duret écrit des lettres jusqu'à sa démobilisation en 1919. La guerre a construit et changé ce jeune homme ; confronté pendant ces années à la technique et la modernité, il s'oriente vers des études d'ingénieur à la fin de la guerre alors qu'il se destinait à l'enseignement. On découvre ici son quotidien, ses amis, ses lectures, ses réflexions, son département d'origine, la Haute-Savoie, l'évolution des moeurs...

  • Pour atteindre l´harmonie en couple il faudrait nécessairement partager les mêmes valeurs. Aimer et détester selon les mêmes registres. Voir le monde avec les mêmes lunettes. Pousser à l´extrême l´idéal de similitude comme condition de l´authenticité et de la force du lien. Mais est-ce si sûr ? Cette « évidence » alimentée par les rêves fusionnels et sous-tendue par les préjugés sociaux ou communautaires n´est-elle pas au contraire dangereuse ? Car, qu´on le veuille ou non, qu´il ou elle s´attache ou non à ce rêve d´identité fusionnelle, un constat s´impose : les conjoints sont rarement identiques, souvent dissemblables, et parfois radicalement différents.  Faut-il s´en désoler ? Peut-être est-ce moins les valeurs qui comptent que le fait d´en avoir et de les respecter, même si elles sont distinctes. Pourquoi souhaiter être un double, un clone de l´autre, si l´on peut mieux devenir soi-même à travers la maîtrise et la compréhension mutuelle de nos différences de vision et de comportement ?  La vie à deux nécessite moins un accord parfait sur des valeurs communes que l´élaboration d´une culture commune des différences de valeurs. Comment, par-delà les différences, construire cette connivence ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il est, en plein Paris, un édifice qui renferme autant de trésors que la caverne d'Ali-Baba : l'Hôtel Drouot. Encore faut-il, pour y pénétrer, connaître le « Sésame, ouvre-toi ». Ce Petit manuel des ventes aux enchères vous le révélera. A vrai dire, il ne contient aucune formule magique, mais un exposé précis du mécanisme des ventes aux enchères et une description des us et coutumes de la maison. Il répond à toutes les questions que le profane peut se poser : à qui s'adresser pour vendre un encombrant buffet Henri II ? Peut-on acquérir un objet sans assister personnellement à la vente ? Quels sont les frais à la charge du vendeur et de l'acheteur ? Quelles sont les garanties accordées aux acquéreurs ? etc. Quand vous l'aurez lu, vous en saurez autant que les plus fidèles habitués des ventes publiques et vous serez à même de devenir propriétaire, à des prix défiant toute concurrence, d'une toile de Renoir, d'un frigidaire « en parfait état de marche » ou d'un lot de matelas usagés... Utile, ce livre n'en est pas moins plaisant. Donnant libre cours à son naturel, François Duret-Robert décrit avec un certain irrespect les personnages qui composent la faune « drouotesque » et se fait l'écho des mille et une anecdotes que répandent les mauvaises langues. Il a pu ainsi dresser une liste très complète de tous les « trucs » qui ont été utilisés par certains professionnels pour « tricher » dans les ventes publiques. Bien sûr, tout cela ne prête pas à conséquence, car il ne s'agit pas des exploits d'Ali-Baba et de ses quarante voleurs, mais simplement des Quatre cents coups du marteau d'ivoire.

  • Il est, en plein Paris, un édifice qui renferme autant de trésors que la caverne d'Ali-Baba : l'Hôtel Drouot. Encore faut-il, pour y pénétrer, connaître le « Sésame, ouvre-toi ». Ce Petit manuel des ventes aux enchères vous le révélera. A vrai dire, il ne contient aucune formule magique, mais un exposé précis du mécanisme des ventes aux enchères et une description des us et coutumes de la maison. Il répond à toutes les questions que le profane peut se poser : à qui s'adresser pour vendre un encombrant buffet Henri II ? Peut-on acquérir un objet sans assister personnellement à la vente ? Quels sont les frais à la charge du vendeur et de l'acheteur ? Quelles sont les garanties accordées aux acquéreurs ? etc. Quand vous l'aurez lu, vous en saurez autant que les plus fidèles habitués des ventes publiques et vous serez à même de devenir propriétaire, à des prix défiant toute concurrence, d'une toile de Renoir, d'un frigidaire « en parfait état de marche » ou d'un lot de matelas usagés... Utile, ce livre n'en est pas moins plaisant. Donnant libre cours à son naturel, François Duret-Robert décrit avec un certain irrespect les personnages qui composent la faune « drouotesque » et se fait l'écho des mille et une anecdotes que répandent les mauvaises langues. Il a pu ainsi dresser une liste très complète de tous les « trucs » qui ont été utilisés par certains professionnels pour « tricher » dans les ventes publiques. Bien sûr, tout cela ne prête pas à conséquence, car il ne s'agit pas des exploits d'Ali-Baba et de ses quarante voleurs, mais simplement des Quatre cents coups du marteau d'ivoire.

  • Il est bien douloureux de voir son pays sombrer sous la domination d'une puissance étrangère. En 1940, Serge Duret - comme tant d'autres Français - ne pouvait que réagir de toutes ses forces contre l'asservissement du nazisme. Il s'y employa de toute sa volonté. Rejoignant, dès qu'il le put, en 1942, les Forces françaises combattantes, il y entra en qualité d'agent au Réseau Centurie. Ses services volontaires le conduisirent tout d'abord, durant de longs mois, à organiser - dans le sud du département de l'Eure et sur les confins de l'Eure-et-loir - des sections locales pour le Mouvement "Résistance", et à assurer des liaisons constantes entre elles et les hauts responsables départementaux. Lorsqu'en 1944, arrive le temps pour ces sections d'agir directement contre les troupes d'Occupation, Serge Duret devient chef de canton de Brionne des Forces françaises de l'intérieur. Traqué par la Gestapo, il s'écarte un moment, pour organiser la Résistance sur quelques centres du nord-ouest de son département. Ajoutons que Serge Duret a également servi son pays par une carrière dans l'Éducation nationale, depuis 1939, et qu'il poursuit un mandat municipal depuis plus de quarante ans.

  • Il est bien douloureux de voir son pays sombrer sous la domination d'une puissance étrangère. En 1940, Serge Duret - comme tant d'autres Français - ne pouvait que réagir de toutes ses forces contre l'asservissement du nazisme. Il s'y employa de toute sa volonté. Rejoignant, dès qu'il le put, en 1942, les Forces françaises combattantes, il y entra en qualité d'agent au Réseau Centurie. Ses services volontaires le conduisirent tout d'abord, durant de longs mois, à organiser - dans le sud du département de l'Eure et sur les confins de l'Eure-et-loir - des sections locales pour le Mouvement "Résistance", et à assurer des liaisons constantes entre elles et les hauts responsables départementaux. Lorsqu'en 1944, arrive le temps pour ces sections d'agir directement contre les troupes d'Occupation, Serge Duret devient chef de canton de Brionne des Forces françaises de l'intérieur. Traqué par la Gestapo, il s'écarte un moment, pour organiser la Résistance sur quelques centres du nord-ouest de son département. Ajoutons que Serge Duret a également servi son pays par une carrière dans l'Éducation nationale, depuis 1939, et qu'il poursuit un mandat municipal depuis plus de quarante ans.

  • Militaire ou civil, le nucléaire effraie et fascine. Cette peur tient autant à la trace douloureuse laissée par Hiroshima, qu'aux secrets qui entourent le nucléaire. Si, depuis trente-cinq ans, le désarmement a été lentement engagé, les dangers actuels, plus multiformes, sont bien réels. L'éclatement de l'URSS, l'accession de nouveaux pays au nucléaire, les formes sournoises de la prolifération sont autant de manifestations d'une nouvelle menace.

  • Militaire ou civil, le nucléaire effraie et fascine. Cette peur tient autant à la trace douloureuse laissée par Hiroshima, qu'aux secrets qui entourent le nucléaire. Si, depuis trente-cinq ans, le désarmement a été lentement engagé, les dangers actuels, plus multiformes, sont bien réels. L'éclatement de l'URSS, l'accession de nouveaux pays au nucléaire, les formes sournoises de la prolifération sont autant de manifestations d'une nouvelle menace.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • These notes originated as part of a lecture series on Stochastics in Biological Systems at the Mathematical Biosciences Institute in Ohio, USA.  In this contribution the author uses multitype branching processes with mutation to model cancer. With cancer progression, resistance to therapy, the time of the first type $k$ mutation, and $sigma_k$, the time of the first type $k$ mutation that founds a family line that does not die out, as well as the growth of the number of type $k$ cells. The last three sections apply these results to metastasis, ovarian cancer, and tumor heterogeneity.  Even though martingales and stable laws are mentioned, these notes with examples and applications should be accessible to students and researchers who are familiar with Poisson processes and continuous time Markov chains. Richard Durrett is Professor of Mathematics at Duke University, USA. He is the author of 8 books, over 200 journal articles, and has supervised more than 40 Ph.D. students. Most of his current research concerns the applications of probability to biology, ecology, genetics, and most recently cancer.

  • Au niveau théorique, cet ouvrage s'efforce de produire une synthèse entre les avancées de la sociologie de l'action et celles de l'anthropologie des moeurs de nos sociétés démocratiques contemporaines. On découvrira aussi le rôle tenu par les figures héroïques dans les processus de socialisation de l'enfant.

  • These are the proceedings of the International Conference on ISMAC-CVB, held in Palladam, India, in May 2018. The book focuses on research to design new analysis paradigms and computational solutions for quantification of information provided by object recognition, scene understanding of computer vision and different algorithms like convolutional neural networks to allow computers to recognize and detect objects in images with unprecedented accuracy and to even understand the relationships between them.The proceedings treat the convergence of ISMAC in Computational Vision and Bioengineering technology and includes ideas and techniques like 3D sensing, human visual perception, scene understanding, human motion detection and analysis, visualization and graphical data presentation and a very wide range of sensor modalities in terms of surveillance, wearable applications, home automation etc.ISMAC-CVB is a forum for leading academic scientists, researchers and research scholars to exchange and share their experiences and research results about all aspects of computational vision and bioengineering.

  • Face aux problèmes de poids, « l´hérédité prédispose... l´environnement propose... la psychologie impose ! ».Anorexie, boulimie, obésité, troubles du comportement alimentaire... à ces questions de poids, il n´y a que des réponses individuelles.Trop gros ? Trop maigre ? Et si la minceur n´était qu´un leurre ? Parfois même perdre des kilos est impossible pour des raisons génétiques. Quant à l´anorexie, elle a une dimension psycho-affective indubitable.Ce sont donc des trajectoires de vie singulières que doivent prendre en compte, en une thérapie globale, le nutritionniste, le psychiatre, le psychomotricien... pour aider les patients en souffrance à se libérer de l´image de soi qu´impose la société et la dictature des apparences.Grâce à de nombreux témoignages, ce livre nous montre que ce qui importe, c´est de retrouver le goût des choses, le goût de la vie, le goût de soi.

  • Réaliser une mesure n'est pas un acte anodin, car elle permet de prendre une décision technique et économique. Les moyens de production ont une performance qui s'est considérablement accrue ces dernières années. Parallèlement, suite à une offre abondante du marché, les exigences clients sont de plus en plus fortes pour une demande en technologie de pointe. De fait, la conformité des produits ne peut pas encore être garantie directement sans mesure.

    En conséquence, les entreprises utilisent un grand nombre de matériels de mesure, destinés à prouver la conformité finale des produits vis-à-vis des exigences clients (contrôle de réception) et à vérifier la capabilité d'un processus de production (en phase de mise au point et en suivi de production).

    /> Cet ouvrage se propose d'éclairer le processus de mesure en abordant les thèmes suivants :

    La compréhension des exigences de son client ;
    Le choix d'un appareil bien adapté à cette mesure ;
    L'assurance que les appareils utilisés ont bien la qualité métrologique requise ;
    L'analyse des sources d'erreurs potentielles pouvant influencer la mesure ;
    La validation d'un processus de contrôle ;
    L'estimation de l'incertitude de mesure associée au résultat donné ;
    Enfin, le maintien de cette qualité métrologique au cours du temps.

  • Les grands frères n'interviennent plus ces dernières années que dans leur propre fratrie, mais s'adressent aussi aux autres jeunes. Est-il encore légitime de parler de parenté quand l'encadrement ne concerne plus que sa propre famille ? Quelle est la place réservée aux aînés dans les cités ? Quelle est la vie quotidienne des soeurs ?

  • Montmichoux, dans les hauts plateaux jurassiens, est un petit village tranquille où l'on s'ennuie et où l'on pratique le ski. Patrick Fabre, le cafetier, que l'on surnomme Gueule d'Amour, est un homme paisible. Il vit entouré de ses habitués ; Beauf, le mari de la volcanique Matouille ; Didi, le taxi ; Boudin, le secrétaire de la section communiste ; les trois frères Martinez, de fiers lascars et les trois soeurs Hervet, de belles gamines. Tout ce petit monde va se retrouver en plein cauchemar, quand les meurtres vont se succéder rapidement. Deux des frères Martinez et les trois soeurs Hervet sont assassinées. L'enquête piétine et le policier, Crampier, le meilleur flic de France, est envoyé sur les lieux. Tout le monde soupçonne tout le monde et la tension monte. Qui sera le prochain sur la liste ? Un scénario fouillé et soutenu, qui met en scène une vingtaine de personnages dessinés avec soin. « Le meilleur tireur de l'est » se situe à mi-chemin entre le roman policier et le roman noir. C'est un pseudo-serial, dans lequel l'assassin - qui opère abondamment - n'est pas un véritable tueur en série. L'écriture est incisive, rapide, familière et très vivante.

  • Comment peut-on franchir le Rubicon moral que représente le choix du vote FN ? La question est si dérangeante que l'on a jusqu'à présent préféré s'en tenir aux explications simplistes par le charisme obscur du grand magnétiseur, par l'acharnement de la classe politique à dégoûter les électeurs, et surtout par un présupposé de barbarie latente de la part de ces votants dont les valeurs - ou l'absence de valeurs - ne mériteraient en soi que mépris. L'enquête de terrain à laquelle s'est livré Pascal Duret démontre au contraire que, loin d'être nos parfaits (et si rassurants) opposés, les néo-votants FN revendiquent la plupart du temps, en paroles comme en actes, des valeurs reconnues, telles le respect mutuel et la dignité. Le temps passé avec eux par l'auteur lui a permis d'analyser le parcours qui mène au basculement de ces valeurs dans le ressentiment. Pourquoi vouloir exclure, abandonner, rejeter lorsque l'on se sent soi-même exclu, abandonné, rejeté ? À quelles conditions s'autorise-t-on, non seulement à voter FN, mais aussi à dire qu'on a voté FN ? Quels liens existe-t-il entre la misère politique, la misère sociale et la misère personnelle ? Comment les néo-votants FN se nourrissent-tils des critiques qui les assaillent pour se construire une identité valorisée ? Comprendre, entendu d'un point de vue sociologique, n'est en rien accepter ; c'est en revanche une condition nécessaire pour délimiter le terrain d'une véritable pédagogie de proximité anti-FN. Et, également, pour cesser de nous voiler la face devant l'extrême fragilité présente du lien social. Pascal Duret est professeur à l'Université de La Réunion, et directeur du CURAPS (UPRES-J.E.).

  • Faire équipe

    Pascal Duret

    Rompant avec les slogans et les clichés idéalisant une solidarité donnée pour immédiate au sein des équipes sportives, cet ouvrage dresse le constat que la cohésion ne va pas de soi. L´autorité absolue ne suffit plus à l´entraîneur, il doit savoir négocier. Et concilier des intérêts différents : écouter ses joueurs tout en conservant son autorité et même puiser son autorité de sa capacité d´écoute. La coopération peut s´accompagner au sein de l´équipe de rivalités et de concurrences. Quand vaut-il mieux les neutraliser ou au contraire les rendre profitables pour le collectif ? Si l´abnégation du joueur au service du collectif est régulièrement exigée, comment en retour faire du collectif une ressource pour les individus ? Comment devenir un « bon co-équipier » tout en affirmant son individualité ? Rendant compte au plus près de l´expérience des joueurs, l´ouvrage montre comment il est possible de se montrer solidaire tout en tirant son épingle du jeu. Des exemples variés tirés de huit disciplines sportives permettent de comprendre ce subtil travail d´ajustement entre l´entraîneur et les joueurs, et entre les joueurs eux-mêmes. Cet ouvrage offre aux lecteurs curieux tous les outils nécessaires pour apprendre à créer de la cohésion et à « faire équipe » quel que soit le domaine. Pascal DURET, sociologue du sport et de la compétition, professeur STAPS à l'Université de La Réunion, a assuré la direction de cet ouvrage qui réunit, outre ses contributions, celles de Muriel AUGUSTINI, Éric BOUTROY, Christian BROMBERGER, Sébastien BUISINE, Fabrice BURLOT, Vincent CHARLOT, Adolphe MAILLOT, Jacques SAURY.

  • Réputée mesurer la grandeur des individus non à travers leurs origines mais en fonction de leurs mérites, la compétition s´est imposée comme le principe de classement dominant dans les sociétés démocratiques, au point d´envahir toutes les dimensions de notre quotidien.  En confrontant les approches de cette notion transversale et les grandes théories sociologiques qui s´y réfèrent, cet ouvrage distingue les différents modèles d´excellence à l´oeuvre dans quatre domaines emblématiques de l´épreuve du classement : l´entreprise, l´art, la science et le sport. Il examine enfin les injustices de la compétition et interroge plus généralement son fondement moral et ses conséquences sur le lien social. Comment concilier méritocratie, solidarité et bien-être de chacun ? 

empty